Partagez | 
 

 [FLASHBACK] Pourquoi? [Elzéar]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: [FLASHBACK] Pourquoi? [Elzéar]   Mer 16 Avr - 13:04

Pourquoi?

“ Elzéar & Elyane "

Nous sommes plusieurs qui n'avons pas décidé de notre sort, nous sommes tous plus ou moins instable psychologiquement et la sécurité nous a bien à l’œil. Nous avons quitté une prison pour en gagner une autre. Pour la plupart de mes copains et copines bébés vampires leurs créateurs ont été tuer dans les camps, pour ma part il est bien vivant. Je me suis bien gardée de révéler qu'il était toujours en "vie". La seule personne qui est au courant de son existence est Sullivan et c'est bien suffisant d'avoir un vampire millénaire à c'est trousse.

Ma thérapie de groupe vient de ce terminer, nous sommes escortés par des gardes vers nos chambres. C'est ridicule de vouloir nous garder en vie contre notre gré, bien entendu quelques uns d'entres nous a réussis à mourir pour de bon et c'est pourquoi la sécurité c'est de beaucoup resserrées autour de nous. Pourtant ce soir, c'est mon tour d'essayer d'en finir pour de bon, deux de mes compagnons vont faire diversion tandis que je vais tenter de m’éclipser à l'extérieur, chose ardu, mais faisable après tout j'étais une métamorphe dans mon ancienne vie. Mes compagnons se mettent à chahuter ce qui me donne une fenêtre assez grande pour fausser compagnie à mes "geôliers". Je me faufile à travers une bouche d'aération pour en ressortir sur un étage beaucoup plus calme. Mon but est de gagner le toit de l'immeuble et attendre le lever du soleil. Une mort plutôt affreuse, mais puisse que Sully m'a confisqué mes pieux de fortune...

Je pousse la porte et le vent du soir m'accueille avec douceur. Les étoiles brillent au-dessus de ma tête et me rassure bientôt j'irais les rejoindre. Il reste encore un moment avant que l'aube se pointe, que pourrais-je faire pour tuer le temps? J'extirpe mon Ipod de ma poche de jeans, écouter mon frère jouer du piano une dernière fois pourrait me mettre en paix avec le monde. Je monte sur le rebord du toit et commence à faire des aller-et-retour tout en regardant une fois de temps en temps en bas pour évaluer la distance qui me sépare du sol.

C'est à ce moment, que la porte du toit s'ouvre avec fracas. Impossible la sécurité n'a pas trouvé aussi rapidement? À moins que l'un de ces stupides bébés vampires m'a trahis! Une vague d'émotions contradictoire me frappe et je comprends aussitôt que la seule personne qui m'a trahis c'est moi. Le vampire qui se trouve devant moi est mon créateur, aucun doute là-dessus. Je sens mon courage et mes résolutions fondre comme neige au soleil, pourquoi se manifeste-t-il maintenant?! Pourquoi???!!! Quand j'ouvre les yeux, je ne me retrouve plus sur le rebord du toit, mais dans une chambre de l'hôtel un étage plus bas. Je me sens redevenir une petite fille qui est sur le point de ce faire gronder sévèrement. La douleur est vive quand je réalise que mon suicide ne me sera jamais permis.

- Pourquoi maintenant?

Certes, je lui en veux à cet inconnu d'intervenir dans ma vie aussi cavalièrement, il a fait voler en éclat toute une vie en me transformant et en m'abandonnant à mon triste sort. Pourquoi il se ramène maintenant comme un preux chevalier. Il n'a pas le droit d'agir ainsi! Je m'approche de lui et lui administre une gifle monumentale. La douleur de la gifle me prends au cœur, des larmes de sang se mettent à couler le long de mes joues.

- Pourquoi....

Ce n'est qu'un murmure, mais suffisamment audible pour les oreilles d'un vampire. Mes sanglots se font plus bruyant tandis que je m'écroule dans les bras de mon créateur. C'est la première fois depuis ma transformation que je ne sens pas de la panique quand quelqu'un me serre dans ses bras.

© Chieuze



Dernière édition par Elyane S. Mercier le Dim 11 Mai - 22:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Pourquoi? [Elzéar]   Mer 16 Avr - 15:05



Elyane & Elzéar Souvent le désespoir a gagné des batailles [Voltaire].


Assis dans ce fauteuil de velours rouge un verre en main, l’on pourrait croire à une œuvre gothique ou penser qu’Elzear était là à poser afin que son portrait soit immortalisé dans un tableau. Mais il n’en était rien, l’air serein du jeune vampire n’était en rien la réalité, cette pose et ce calme démontraient simplement qu’il ne savait que faire. Cela faisait quelques temps déjà que l’italien jouait aux espions observant dans les ténèbres celle qui ne quittait à présent plus ses pensées. Bien sûr cela faisait sordide, après tout un homme aime une femme en cachette, l’espionne, la suit : cela commence comme un fait divers et banal dont la fin est tragique. Mais ici les deux protagonistes n’étaient pas de simples humains, et l’on pouvait dire que leur passif changeait toute la donne à cette histoire.

Prenant un calepin à l’allure usagée, il avait les yeux rivés dessus et semblait absorbé par ce qu’il contenait. Le remettant soigneusement dans une de ses poches, le vampire semblait vouloir trouver une occupation, s’efforçant d’accaparer son esprit, il entreprit d’allumer la télé et poussa un long soupir qui était semblable à une plainte profonde. Toutes les chaines tournaient en boucle les révélations choc des camps et voilà qu’une nouvelle fois tout lui menait à penser à la jeune femme brune ! Lui qui voulait tout faire pour ne plus songer à elle, lui qui avait fait d’elle le sujet principal de ses notes contenues dans ce carnet, le voilà devant se prendre en pleine face son existence. Il finit par se résoudre à faire ce dont tout son être avait besoin, après tout à quoi bon lutter, tout lui ramenait à elle. Une nouvelle fois, il allait veiller sur elle, l’observait, voir ce qu’elle était en train de faire, s’imaginait aller à son encontre … mais ça c’était une toute autre histoire.

Il s’était posé devant la « clinique » où se trouver la belle, celle-ci faisait parti de ces êtres qui étaient grandement suivis et encadrés comprenez prisonniers. Pourquoi ne l’avait-il pas libéré ? Pourquoi rester chaque nuit ici à ne faire que la regarder ? Car ici c’était d’autant plus simple d’avoir accès à celle qui le jetait dans un désarroi ! Si jamais, il la libérait que se passerait-il ensuite ? Si elle venait à le renier ? Si elle quittait cette ville ? Ah l’égoïsme avait cette façon de pouvoir justifier la passivité ! Ses yeux perçants happèrent la silhouette de la brune qui semblait être en attente, il lui fallut un bref laps de temps avant de se rendre compte que la belle avait rendez-vous avec la mort ! Toutes les émotions qu’elle envoyait à son créateur était d’un lugubre sans fin. LA souffrance était dès lors partagée. Comment pouvait-elle faire ça ? Comment pouvait-elle LUI faire ça !? Les jambes tremblotantes, c’est avec maladresse que le vampire se précipita vers le toit du bâtiment d’en face, il dévala les escaliers et fit éclater la porte le séparant de la vue de celle qu’il aimait jusqu’ici en secret ! Sans mot, il embarqua la belle et l’emmena plus bas ne lui laissant nullement le choix.

L’italien était empli de rage, il aurait voulu infliger une gifle virulente à celle qui semblait s’adonner au désespoir ! Mais il fut vite pris de cours par sa progéniture qui laissa éclater son ressenti. Il ne marqua aucune réaction face à cet acte de désinvolture, il semblait si austère toutefois ses yeux étaient empreints d'une certaine tendresse. Et du bout de ses doigts, il effaça avec une certaine délicatesse les larmes de sang présentes sur les joues de porcelaine.

Il avait saisi le corps frêle de celle qui devait probablement faillir face à un trop fort  surmenage, il avait bien ouïe la réitération de ses questions, il comprenait ce besoin de connaitre les raisons des agissements de son créateur. Mais il n'était même pas en mesure de réellement lui réponde, en réalité il pourrait mais se mettre à nu ainsi était un exercice bien trop périlleux à son sens. La portant il la fit s'allongea sur le lit présent dans la petite pièce, se demandant si elle était en mesure d'écouter ses réponses. Il aurait pu lui dire tant de choses, il aurait pu commencer par la vérité qu'elle était la seule chose qui lui importait. Qu'il ne laisserait pas celle qui lui avait ouvert les yeux sur un monde nouveau s'évaporer mais ce genre de phrases pourraient paraître si soudaines et si fausses. Pourtant si elle le connaissait, si elle prenait conscience que cet être était d'un absolu solitaire qui n'avait aucune attache peut-être mesurerait-elle l'ampleur de ce sauvetage. Elzéar voulait dire parce que je tiens à toi mais les mots étaient telle une lame aiguisée et le fait de redouter que cette dernière le rejette était bien trop pour qu'il se jette à l'eau.

Parce que ... il avait beau essayer, il se sentait vraiment minable et trouvait une échappatoire avec les notes de musique qui s'échappaient toujours des écouteurs de la belle!

C'est magnifiquement joué ... c'est votre œuvre? Le vouvoiement donnait un air noble et candide à l’homme, il était vrai qu’en plus il n’était pas forcement en adéquation avec le lieu. Mais l’italien gardait les marques d’une d’éducation d’un autre temps.  Portant un des écouteurs dans l'oreille de la brune, il omit même de lui demander son prénom. Mais une chose était sûre, cette mélodie devait beaucoup signifier pour que ce soit la chose qu'elle veuille emporter dans son voyage vers l'au-delà.

©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Pourquoi? [Elzéar]   Mer 16 Avr - 17:01

Pourquoi?

“ Elzéar & Elyane "

Je peux ressentir la colère de mon créateur qui se dissipe doucement pourtant l'angoisse et la peur reste et nous empoisonnent tous les deux. Je n'arrive pas à comprendre pourquoi il a décidé d'agir maintenant? Pourquoi je suis devenue tout à coup si importante à ces yeux? Depuis ma "libération" il n'a jamais vraiment cherché à venir à ma rencontre, à me parler et encore moins à me montrer comment vivre ma nouvelle vie de vampire. Je lui en veux de m'avoir laisser à moi-même, de m'avoir pousser dans des extrêmes. Toutes les larmes de sang que j'ai versés sur une vie que je ne voulais pas, enfin pas de cette manière. Je ferme les yeux douloureusement quand je sens les doigts de mon créateur sur ma joue.

Je m'attends à recevoir une gifle monumentale à mon tour, mais la douleur ne vient pas. Je me sens quitter le sol pour me retrouver calée dans ses bras. Il joue vraiment à fond son rôle de preux chevalier ma parole! Je suis sur le point de protester quand il me dépose finalement sur le lit moelleux et confortable. Une douceur que je n'ai pas connu depuis un long moment, depuis ma transformation, je crois avoir plus souvent dormi sous terre que dans un lit.

La réponse à mes pourquoi incessant n'est qu'un maigre "parce que". Offusquée par le manque de coopération de mon créateur. Je lui lance un regard lourd de sous-entendu avant de détourner le regard en poussant un profond soupir. Il ne semble pas être un vieux vampire comme Sullivan, mais il ne semble pas non plus venir de mon époque. Je n'arrive pas à déterminer son époque.

C'est magnifiquement joué ... c'est votre œuvre?

Sa voix est mélodieuse et douce à mes oreilles. Le genre de voix qui vous met aussitôt en confiance. Je secoue la tête de façon négative et je serre mon ipod contre mon coeur. Aïe! Moi qui lui reproche d'être peu loquace, je suis loin d'être mieux que lui. Nous avions bien toute l'éternité pour se parler, mais encore il faudrait peut-être founir un peu d'effort?

- Non...ce n'est pas mon oeuvre.

Un bon début, nous ne sommes pas obligés de rentrer dans le vif du sujet non plus, on pourrait peut-être apprendre à ce connaître? J'angoisse à l'idée d'aimer le lien et la compagnie de mon créateur. J'ai terriblement peur de souffrir d'une seconde séparation, car le lien que j'ai maintenant avec le vampire allongé à côté de moi je l'ai vécu avec un autre vampire. Tout cela c'est bien mal terminé, moi qui n'est pas si fleur bleu d'habitude je me rends compte maintenant que j'aurais bien voulu une relation avec quelqu'un de "normal", fonder une famille et tout la guimauve que cela implique! Je prends une profonde respiration et me glisse sur le côté pour pouvoir faire face à mon créateur. Je vais tenter de redevenir la Ely d'antan, mais je risque d'avoir besoin d'aide pour y arriver totalement.

- C'est l'oeuvre de mon frère, Matthew. Volpe Fuoco en est le titre, il la écrite pour moi...

Mon frère cadet, mon adorable petit frère qui doit me croire morte. Je lui avait jurer que je prendrais toujours soin de lui. Je me félicite de l'avoir envoyer auprès de mon père en France avant le débordement.

- Le titre fait référence à mon apparence préféré lors de nos ballade nocturne avant ma transformation j'étais une métamorphe et le renard était ma forme préférée...

La perte de mes pouvoirs me sont encore très douloureuse et je ferme momentanément les yeux pour reprendre un peu sur moi. Je me refuse de paniquer, il pourrait décider de me ramener dans l'horrible clinique...

- Je m'appelle Elyane, Elyane Sara Mercier et toi?

© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Pourquoi? [Elzéar]   Mar 22 Avr - 13:38



Elyane & Elzéar Souvent le désespoir a gagné des batailles [Voltaire].


. Parfois la plus grande souffrance ne vient pas des mots qui sont prononcés mais bien de ceux qui sont tus, enfermés à jamais en son sein, ne trouvant jamais de délivrance, ces mots se nécroseront n’ayant pour effet que de noircir le cœur. Là était la conviction d’Elzéar à chaque fois que son regard se posait sur sa progéniture, et pourtant ça ne l’empêchait pas de ne pas se livrer. Déjà, les humains mettaient du temps à se livrer, eux qui avaient l’éternité n’avait pas de raison de se hâter. Certes, il ressent une passion dévorante pour la brune aux yeux azurs et c’est justement cela qui lui fait prendre des pincettes. Bien plus précautionneux qu’à l’accoutumée, il ne voulait pas trop en dire pour ne pas que celle-ci fui. Profiter même de cette fugace rencontre était pour le vampire un bref moment de bonheur.

Elle avait sur lui un pouvoir que personne n’avait jamais eu, le regard perçant qu’elle lui avait infligé l’avoir quelque peu meurtri. Il profita que cette dernière détourne les yeux pour aller vers les fenêtres afin de fermer les rideaux opaques qui y étaient suspendus. Cela n’avait pas vraiment d’utilité car les stores fermés étaient semblables  à des parois si denses que les lueurs du soleil ne trouveraient jamais passage. Un de ces hôtels qui avait pensé l’aménagement pour s’adapter à une certaine catégorie de la population.

Adressant un sourire enjoué quant à la réponse gestuelle de sa progéniture, il appréciait l’ironie de la situation. Elle aussi, n'était pas genre à avoir la langue bien pendue, elle aussi avait cette faiblesse. Et pourtant sans qu’il s’y attende elle lui avait répondu avec une intonation bien différente, semblant avoir délaissé le ton de reproche pour ce qui devait être une profonde blessure ! *Bravo Elzéar Pietro Belviso* pensa t’il, il était vraiment doué pour mettre les pieds dans le plat ! C’est maladroitement qu’il est revenu auprès de celle qui avait bien plus de force que lui, et ça il devait l’admettre. Elle avait réussi à communiquer. Cela parait banal, et pourtant pour le vampire c’était la démonstration d’une force de caractère dont il n’avait pas fait preuve. Arquant un sourcil à la prononciation du titre de la musique dédiée, il n’avait pas pu s’empêcher de se demander si cette dernière avait aussi des origines italiennes ? Ce titre, le ramenait à ses origines, à sa patrie et prononçait d’une façon impeccable ne faisait que renforcer l’attrait qu’il éprouvait. Il aurait voulu en savoir bien plus sur son frère, mais il préféra se mordre la lèvre inférieure afin de ne pas se montrer désobligeant. Peut-être est-ce une façon de penser qui n’avait plus à avoir lieu en cette époque mais si il ne tenait qu’à lui, il lui dirait demanderait clairement de réfléchir à ce que son acte ultime aurait fait à son frère qui même si il était le cadet en tant qu’homme, il se doit de la protéger. Mais à quoi bon tenir ses propos qui n’auraient comme incidence qu’augmenter le profond abysse qui l’habitait déjà ?

Il ferma les yeux chérissant ce moment, elle venait de partageait un pan de son passé avec lui et c’était un exercice que lui-même n’était pas apte à faire. Il savait qu’il lui avait volé sa vie, et même si elle n’en avait pas conscience la mélancolie présente dans ses propos étaient tel un retour de bâton qu’elle envoyé envers son géniteur. Les yeux fixés au plafond, il mima un « addolorato » du bout des lèvres sans émettre le moindre son et ne pesant même pas que la belle pouvait s’en rendre compte.

Face à sa présentation formelle, le vampire la regarda avec des yeux tout ronds ! Il avait perdu toute contenance et ressemblait à un enfant à laquelle on pose une question bien trop difficile. Penchant la tête sur le côté, il ressentait une légère honte de ne pas avoir été celui qui commencer à se présenter. Là était les bonnes manières … mais pouvait-on lui en vouloir ? Prenant la main de celle qui avait un prénom qu’il n’avait dès lors pas encore entendu, « Charmant ! Je me prénomme Elzéar Pietro Belviso ! »

Il ne pouvait pas s’arrêter à cela, elle avait entamé la conversation, elle avait eu l’audace que lui-même n’avait pas eu ! Il se devait de dire quelque chose, de faire « vivre » la relation. Son esprit pensait à de multiples choses, il se demandait même si elle se doutait qu’il pensait à comment relancer la conversation !

« Nous sommes condamnés à passer cette journée ensemble  »  lâcha t’il en montrant les stores ! Il venait de faire preuve d’une fulgurance des plus discutables, puis se passant les mains dans les cheveux, il prit un ton plus patriarcal « Sache que lorsque la nuit sera, nous irons dans ma demeure ! »

Ne s’attardant pas plus que cela, et ne laissant pas la jeune femme le temps à la moindre réaction, c’est avec une bienveillance qu’il continua « Vous savez …  il ne tient qu’à vous de prouver à votre frère que vous … n’êtes … pas morte ! »  la fin hésitante de ses dires démontrait bien que lui-même avait encore du mal avec cette notion, [/color]et encore une fois qu’il avait judicieusement choisi de ne pas dire *que vous êtes vivante*. De plus, peut-être que là il allait vers un terrain miné. Une chose est sûre, le vampire tente tant bien que mal de bien faire.

Spoiler:
 
©clever love.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Pourquoi? [Elzéar]   Lun 12 Mai - 2:44

Pourquoi?

“ Elzéar & Elyane "

Je ressens une certaine anxiété quand Elzéar fait allusion de sa demeure que nous allons gagner dès la prochaine nuit. Je sais bien qu'il n'a pas de mauvaise intention, mais depuis les camps me retrouver en "intimité" avec d'autres personnes me rends très anxieuse et un peu paranoïaque. Je ne vais pas non plus refuser de le suivre surtout que maintenant il semble vouloir prendre soin de moi. Il m'offre enfin ce que je désire, il suffit d'avoir un peu de courage. La conversation se tourne de nouveau sur mon jeune frère. Un sourire triste se glisse sur mes lèvres, Elzéar a bien sûr raison, mais la vie est maintenant si complexe.

- C'est beaucoup plus complexe que s'en a l'air Elzéar, mon jeune frère n'a jamais accepté mes choix de vie...

Ma phrase reste en suspends, dois-je vraiment me livrer à mon créateur? Dois-je vraiment lui parler de ma vie antérieur et de Sullivan? Une douleur lancinante me prends au cœur à l'évocation de mon ancien amant. Les paroles de ma psychiatre me revient danser dans mon esprit également: "La guérison se fait en parlant, en se livrant, vous devez parler mademoiselle Mercier." Timidement, je tends les mains vers celle de mon créateur, sa peau est froide comme la mienne, mais ce petit geste de ma part me rassure. Je prends conscience qu'il est bien là, mes doigts cours sur la paume de ses mains en douceur. Je fronce les sourcils essayant de mettre un peu d'ordre dans ma tête. Je dois parler, me confier, de cette manière il a une chance que je puisse revenir la petite Elyane d'avant.

- Lorsque j'étais encore humaine, je fréquentais beaucoup les bars de vampire, je n'acceptais pas de me faire mordre, mais j'aimais faire de nouvelle rencontre. Juste pouvoir discuter et en apprendre plus, c'est à cette période que j'ai rencontrer Sullivan.

Je lève les yeux timidement vers mon créateur qui semble tout aussi bouleverser que moi. Je n'arrive pas à faire encore la différence entre mes propres émotions et les siennes. Mon regard glisse sur mon poignet un tatouage est graver dans ma peau pour l'éternité. Ces mots en gaélique danse devant mes yeux: *L'amour n'a pas d'âge, pas de limites et pas de mort*.

- Sullivan et moi avons été amant, je suis devenue son humaine. Avant que je sois prise par les autorités on prévoyaient de me transformer quand je serais prête. Tu comprends que ma transformation actuelle n'est pas un problème en sois puisqu'il était prévu que je devienne ainsi!

Une boule d'émotion me prends à la gorge, je sens mon regard qui se brouille, pourtant j'arrive a réprimer un sanglot et continuer ma litanie.

- Je ne te reproche pas de m'avoir transformé, tu n'avais pas le choix. Sullivan m'a abandonné, il n'a pas tenu sa promesse. Il m'a trahis et je me suis retrouvée seule, j'ai souhaité ardemment la mort, qu'elle vienne me prendre et tu es arrivé....

Une larme de sang glisse sur ma joue, je ferme les yeux pour empêcher ses sœurs de venir la rejoindre.

- Maintenant, j'ai peur, terriblement peur d'être abandonné, que tu m'abandonnes une seconde fois. J'arrive pas à comprendre pourquoi, j'imagine que c'est le lien entre créateur et progéniture qui s'active. Je ne veux pas être séparer de toi...


© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Pourquoi? [Elzéar]   Mar 13 Mai - 18:19



Elyane & Elzéar Souvent le désespoir a gagné des batailles [Voltaire].



Il l’a considéra un instant esquissant un léger sourire en coin, lui-même si il avait eu une sœur il était certain qu’il aurait tenu de tels propos quant à son attitude et ses choix de vie concernant les hommes, le style vestimentaire … Bref chacun des gestes de sa sœur fictive subirait une critique de sa part, enfin ça c’était ce qu’il s’imaginait. Mais dans sa tête, il ferait ça par amour et par crainte de l’extérieur. Toutefois, il avait peur de lui énoncer cela car il avait été plutôt maladroit jusqu’ici et peut-être que cette fois-ci encore il n’avait pas saisi l’ampleur de ce que la jolie brune lui confiait.

Celle-ci s’était permise un geste empreint d’une douceur auquel le vampire ne s’attendait pas. Levant les yeux pour contempler sa progéniture, Elzéar ne comprenait pas comment un geste si anodin pouvait tant le troubler. Le contact avait un effet si apaisant et pourtant il ressentait la crainte que tout ceci soit éphémère, la peur qu’un jour cela s’arrête. C’en était ridicule ! Mais il n’y pouvait rien, c’était plus fort que lui et d’une certaine façon n’était-ce pas là la preuve de son humanité ? Même jadis, il n’avait pas réellement aimé certes il avait été avec des femmes –trop même- mais pour aucune il n’avait eu d’affection. Personne n’avait réussi à le faire estimer le prix de sa vie. Jusqu’ici l’homme voulait vivre pour fuir la mort,  c’était de la pure couardise quoi que l’on dise mais là, ici en cet instant, le vampire frémissait à l’idée que celle-ci disparaisse et qu’il ne soit plus en mesure de l’admirer. Ce froncement de sourcil n’était peut-être qu’un détail mais rien qu’avoir notifié cela et trouvait que cette mimique rendait Elyane plus séduisante était la preuve qu’Elzéar l’observait avec minutie.

color=#008080]*Sullivan*[/color] sur tout ce qu’elle lui avait dit, c’était le seul mot qui avait provoqué une certaine tristesse, elle n’en avait pas conscience mais l’intonation avait été différente à l’appellation de cet individu. Ses yeux pétillèrent, il ressentait une pointe de trahison. C’était injuste comme émotion mais le vampire ne pouvait se défaire de ce ressenti. Il serra son poing sans même s’en rendre compte. Il est vrai que lui n’avait jamais aimé, qu’Elyane était la première personne qui lui importait réellement et le fait que celle-ci ait eu une trajectoire différente était une torture pour Elzéar qui se retenait d’hurler sa rage. Pourtant elle n’était coupable de rien, ce n’était pas car lui avait une personnalité moins enclin à se laisser aller avec les autres qu’elle devait faire de même. Pensait-il sérieusement qu’une fille aussi douce et jolie  n’aurait pas eu d’attaches. Non pas vraiment et d’une certaine façon cela montrait qu’au moins elle était en proie à des émotions profondes. Il était celui à blâmer, il était celui qui était le gougeât dans les affaires de cœur. Mais l’amour n’était pas rationnel et la douleur qu’il ressentait est réelle.

Son regard suivait le même chemin que la belle pour se stopper sur le tatouage présent. Il ne comprenait pas la signification mais vu qu’elle l’avait observé juste après que le prénom fut prononcé, il était convaincu qu’elle l’avait fait en son honneur. Et ses propos confirmèrent cela. Il souhaitait savoir sa signification mais il était pour le moment en zone trouble. Pourtant, il voulait vraiment tout savoir d’elle et le fait qu’elle se livre ainsi était la preuve de sa confiance. Elle tentait de le rassurer mais ses propos étaient telle une lame d’acier trempée s’enfonçant lentement dans toutes les parties du corps du pianiste. Il lui avait volé cette chose. Elle était heureuse, elle allait s’offrir à ce type qui n’était qu’un simple écho et qui pourtant l’anéantissait. En plus, ses larmes trahissaient son mal-être. Elzear était un monstre l’unique chose qui le comblait appartenait à un autre. Mais il l’aimait de tout son être, toutes les parcelles de son corps lui ordonnaient de l’enlacer ce qu’il fit sans hésiter car elle avait été bafouée. Car à présent elle n’avait plus personne et que même si il avait un grand égo, il ne voulait pas qu’il prenne place au dépend du moral d’Elyane. Donc si son premier instinct aurait été de lui en vouloir, il le fit taire pour calmer les maux de celle qui était son unique voie au bonheur.

Essuyant la première larme à l’aide de son pouce, Elzear attrapa le menton de l’ancienne métamorphe et le leva pour
que leurs regards se rejoignent

« JAMAIS … je ne t’abandonnerai ! Tu m’entends ! JAMAIS je ne serais le responsable de tes larmes ! »

Il ne s’était même pas rendu compte qu’il était passé au tutoiement, il n’était pas homme à se livrer mais il savait que celle-ci avait le besoin de savoir ! Et que si il ne mettait pas les choses au clair, si il ne lui contait pas ses raisons elle aurait toujours ce doute et il deviendrait nocif, prenant racine en elle et serait en mesure de détruire le futur bonheur. Et ça il n’en était pas question. Portant son regard vers le plafond, il lui était plus aisé de se jouer aussi à la carte de la livrance

« Tu ne le sais pas mais … j’ai toujours été là ! Je ne t’ai pas abandonné … je .. je .. » prenant une profonde inspiration, il continua « je n’ai cessé de veiller sur toi » devait-il lui faire mention de ce carnet où il avait noté la moindre chose sur cette dernière ? Ce n’était peut-être pas nécessaire, en tout cas pas tout de suite et cela pourrait paraitre si bizarre à ses yeux. Mais tout en pensant à cela, il sortit machinalement le carnet de sa poche. Déposant un doux baiser sur son front, le vampire pensait au fond que ce Sulli ne l’avait peut-être pas abandonné comment pouvait-il en être autrement ! Mais il tairait cette idée tortueuse. « PERSONNE ne pourra me séparer de toi, quoiqu’il arrive ce sera TOI & MOI ! » il en était intiment convaincu en tout cas ses émotions étaient claires, et le ton pris était si vindicatif qu’il était certain que le vampire n’hésiterai pas à éliminer les obstacles qui leur feraient face. Mais était-ce une si bonne chose ?
©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Pourquoi? [Elzéar]   Mer 14 Mai - 2:23

Pourquoi?

“ Elzéar & Elyane "

Je n'étais pas préparée par la réaction de mon créateur, quand ses bras se referment sur moi, je sens tout mes muscles de mon corps se tendrent comme une corde d'un arc. Je tente de me détendre quand ses doigts soulèvent mon menton pour que je le regarde. Ses mots sont porteur d'une promesse, j'aimerais vraiment le croire, un sourire timide apparaît sur mes lèvres quand il m'avoue ne m'avoir jamais quitté. Bien sûr, je le savais, il n'a jamais été vraiment loin. J'ai toujours sentis son regard poser sur moi. Je sens ses lèvres sur mon front, un baiser d'une douceur que je n'ai pas connu depuis un long moment. Cette douceur jure avec le ton vindicatif qu'il prends pour me dire que personne ne pourra nous séparer et que cela sera toujours lui et moi. Tout semble si clair pour le vampire Italien, pour moi tout est confus, j'ai besoin de temps. Je me détache de son étreinte et la panique me quitte peu à peu, je glisse une main dans ma longue chevelure et me rends compte que j'ai besoin de prendre un bon bain.

- Parfois...hm je risque de paraître distante, je...

Je me pince les lèvres pour trouver les mots justes, je ne veux pas le repousser, mais le garder à distance. Je ne supporte plus que l'on me touche, une simple accolade peut être perçu comme une attaque pour mon cerveau. L'horreur des camps m'ont laissés une énorme blessure et elle n'est malheureusement pas physique donc beaucoup plus difficile à guérir.

- J'étais la seule métamorphe dans les camps, ils m'ont fait des choses horribles, je ne supporte pas que l'on me touche. Je crains de ne plus être en mesure d'être intime avec quelqu'un...

Sans vraiment attendre sa réponse, je me lève du lit dont les ressorts craquent sous mon poids. J'ai besoin de prendre une douche avant le lever du soleil fatidique. Puisque je suis encore un bébé vampire, le sommeil me prends dès les premiers rayons. Je retire mes sandales et ma robe d'été se retrouve rapidement à mes pieds. Je me tortille pour retirer mon soutien-gorge qui rejoins à son tour le reste de mes vêtements. Je me retrouve en tenue d'Ève devant mon pauvre créateur. J'enfile le peignoir de l'hôtel et cache ma nudité à sa vue.

- Je n'ai jamais été pudique, c'est une qualité que les métamorphes partagent tous, finalement il y a peut-être de l'espoir pour moi. Je vais prendre une douche avant le lever du soleil...

Je m'enferme dans la petite salle de bain, j'ouvre l'eau de la douche pour qu'elle atteigne une température agréable. Je retire mon peignoir et me glisse sous l'eau, rapidement l'eau qui s'écoule sur mon corps prends une couleur brune. Depuis combien de temps ne me suis-je pas lavée? Je frotte mes cheveux à le shampoing à l'odeur de rose, ils vont retrouver leurs douceurs au toucher. C'est au bout d'une vingtaine de minute que je sors finalement de la salle de bain. Le peignoir comme seul vêtement, tandis que de mes doigts je démêle mes cheveux. Il est bientôt l'heure, je commence peu à peu à ressentir de la fatigue. Bientôt me corps ne me répondra plus, cela à quelque chose de particulièrement terrifiant, perdre le contrôle de son corps ainsi. Je m'approche à nouveau du lit et en tire les couvertures. Un réflexe encore humain, car la température n'a aucun incident sur mon corps maintenant. Le peignoir me quitte à nouveau tandis que je me glisse nue sous les couvertures. Le tissue me recouvre et me cache de nouveau aux yeux d'Elzéar. Mes cheveux s'étalent sur l'oreiller et embaume l'air, je fais glisser mes doigts sur mon tatouage. Une habitude que j'ai prise depuis les camps, je le fais toujours avant de m'endormir.

- J'ai perçu ton questionnement à propos de ce qu'il est écrit. C'est du gaélique: L'amour n'a pas d'âge, pas de limites et pas de mort. J'aimerais y croire à nouveau....

Mes yeux se ferment tandis que le sommeil me prends, une nuit sans rêves. Je ferme les yeux et je ne les ouvres qu'au coucher du soleil. Cette nouvelle journée ne fait pas exception à la règle. Mes yeux s'ouvrent d'eux même, je prends une position assise dans le lit. Cela me prends un certains temps pour me rappeler à quel endroit je me trouve. Je suis seule dans le lit, Elzéar n'y est plus. Une panique sourde me prends au cœur. Il m'a abandonné?! Paniquée j'enfile mes vêtements de la veille à grande hâte. C'est en voulant sortir de la chambre que je le percute de plein fouet. Surprise et honteuse d'avoir réagis de la sorte, je baisse aussitôt le regard sur mes pieds.

- Quand je me suis réveillée, tu n'étais plus là, j'ai paniqué....

Je lève finalement les yeux sur mon créateur et lui fais un sourire timide. Je me trouve idiote d'avoir douté de lui aussi rapidement. Il m'a promis de jamais me quitter. Je pousse un profond soupir, notre futur co-habitation ne risque pas d'être une sinécure. Surtout que maintenant je perçois ses sentiments envers moi de plus en plus clairement.

- Tu m'as dis que nous allons chez toi ce soir, tu m'y emmène?


© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Pourquoi? [Elzéar]   Jeu 15 Mai - 20:27

Citation :


Elyane & Elzéar Souvent le désespoir a gagné des batailles [Voltaire].



Elle s’était échappée de son étreinte, en avait-il trop fait, était-il devenu à l’antipode de ce qu’il était au point que les femmes se dévient de sa route. Ce geste et les propos qui l’accompagnèrent avaient jeté un blanc. Le fait qu’elle veuille garder quelques distances étaient pourtant une réaction on ne peut plus rationnelle. C’était une réaction sage et réfléchie. Qui aurait dit qu’un jour les rôles seraient inversés. Elzéar n’aurait jamais imaginé pouvoir être l’émotionnel dans une relation, il vous aurait ri au nez pour lui avoir dit cette énorme bêtise. Il se serait gausser à s’en étouffer car oui le vampire n’était pas le genre à se laisser bercer par les élans de son cœur et techniquement il n’avait jamais entretenu pas de relations, en tout cas pas le genre qui vous amène toute une panoplie d’emm*rde. La simplicité était ce qu’il y avait de vraie. Et pourtant, le voilà plongeant tête la première dans tout ce qu’il exécrait. Le voilà devenir vulnérable. Et les grands yeux de la jeune femme n’étaient vraiment pas fait pour l’aider au contraire le bleu clair le désarmait, le condamnant dans cette situation. Vous pensez le mot fort, il est vrai qu’utiliser condamnation pour symboliser un réel amour paraissait étrange. Mais aux yeux de l’italien c’était ainsi. Il avait eu des femmes, la liberté et une attitude « m’enfoutiste » où rien ne l’atteignait et là il s’offusquait d’un rien, il était dans tous ses états pour de simples mots, son cœur le faisait souffrir et pourtant il ne battait même plus ! Etait-ce donc ça le véritable amour ? Chaque mot allait-ils être décortiqué au point de faire une analyse biaisé par ses sentiments ? Antérieurement, cette phrase aurait été accepté avec un acquiescement de la tête et un léger sourire en coin, le genre qui signifiait De toute façon il en aurait été ainsi Aujourd’hui, il se demandait Pourquoi ? Avait-il été trop direct ? Etait-ce le passé de sa belle ? Surement Sullivan ! Oui c’était évident,  à peine avait-elle prononcé son nom que le tempo de leur danse s’était modifié, que le doute s’insinuait en elle. Voilà donc ce qui fulminait dans l’esprit d’Elzéar.

Ce n’était que lorsque la belle s’en était expliqué que le vampire se sentit absurde. Comment avait-il pu oublier cette épreuve ?! Lui aussi avait subi des atrocités ! Il arrivait peut-être à tout enfouir mais certain[e]s ne pouvaient tout simplement pas. Mais c’était vrai qu’il voyait dans cette épreuve un bénéfice. Cette période sordide, néfaste lui avait offert la plus belle chose : Elyane. C’était le secret du vampire. Il ne le dirait pas car cela ferait de lui un monstre ou même un fou mais au vu du résultat, les camps ont été pour lui une bonne chose. Son regard marron prit une teinte noisette, son visage marqué par la compassion à l’égard d’Elyane, il se rendait compte de l’égoïsme de sa pensée. Son bonheur vaulait-il les souffrances de ceux de l’ancienne métamorphe ? Non. Se mettant sur le bord du lit pour augmenter un peu plus cette distance, le vampire baissa les yeux au sol. Il ne voulait la forcer en rien, il ne voulait pas la contraindre et serait prêt à attendre l’éternité pour elle.

Pointant son doigt vers la tête de la belle, Je ne m’intéresse qu’à cela évidemment que le vampire aimerait être intime avec Elyane mais pas au dépend de ses barrières mentales. Elle était une femme, et Elzéar de son vivant n’avait jamais été abjecte au point de forcer d’une quelconque façon que ce soit une jeune fille. Non c’est non.

Je serais là pour toi. De toute façon l’intimité c’est surfait ! Quel éhonté mensonge, et pourtant il tentait vraiment de la rassurer quant à ses intentions. Car oui le charnel comptait pour l’italien néanmoins il n’avait pas tort dans le sens où les nouvelles mœurs de l’époque font que tout le monde cède à l’intimité sans vergogne lui le premier. Et donc apprendre à vraiment se découvrir, ne serait-ce pas là unique ?

Quand sa belle vint à se dévêtir, Elzéar regarda le spectacle un peu confus. Car les mots qu’elle venait de lui dire étaient une réalité, il avait perçu ses émotions et elle ne pouvait être touchée pas de façon si … intéressée en tout cas. Il aurait voulu poser une main sur son dos, ou même l’aider à ôter la fermeture de son soutien-gorge sans qu’elle n’ait à jouer les contorsionnistes mais est-ce que ce geste serait de trop ? Est-ce que cela serait vu comme une encontre avec ce qu’elle venait de lui dire.

Il y aura toujours de l’espoir, je te l’ai dit ce sera toi & moi

Pendant que celle-ci allait se prélasser dans la salle de bain, douche qu’elle avait amplement méritée. Elzéar lui réfléchissait à comment lui venir en aide. Quels gestes pouvaient-ils faire ? Ne pas faire ? Quant elle vint à lui se glisser nue comme un vers sous les couettes, le vampire ne put s’empêcher d’avoir un sourire béat frôlant l’enfantin et le crétin. Lui restait par-dessus. Il prit une profonde inspiration profitant de la bonne odeur que dégageait la brune. L’odeur vint écraser les diverses odeurs acres qui étaient présentes. Il caressa lentement ses cheveux lisse et soyeux entre ses mains. Puis elle refit ce geste, encore ce tatouage. Elle était vraiment attentive et avait le don de décortiquer les ressentis. Ainsi il n’avait même pas mentionné son envie de savoir sur le tatouage qu’elle-même lui répondait

Tu y as cru au point de te le faire graver sur ta peau … car il était sûr que son tatouage n’ait pas été une question de mode, de coup de tête. Cette façon qu’elle avait de le caresser, de l’observer on sent qu’il lui importe, qu’il symbolise une partie de son âme [métaphoriquement parlant]. Ensemble, avec du temps et de la patience on te prouvera que ce qui est écrit là est vrai !

Il ne s’était pas endormi tout de suite, il avait entouré le corps protégé par les couettes d’Elyane, et l’avait regardé un bon moment avant lui aussi de s’endormir. Rien ne se passa pendant sa nuit de sommeil. Se réveillant, il regardait la jeune femme qui avait toujours les paupières closes, c’était normal au début le sommeil était bien plus conséquent un peu comme un bébé humain sans la phase je pleure toutes les 4h. Il alla à son tour sous la douche toutefois il mit une très faible pression d’eau afin de ne pas être responsable de son éveil. Propre, il alla quérir de quoi sustenter la jeune femme.  Il n’allait quand même pas partir en chasse avec et un peu de True blood devrait faire l’affaire.

Woaw le frêle corps de la brune vint s’écraser contre lui à son retour. Il avait même failli lâcher leur repas tellement le choc était inattendu. Elle n’avait pas pu le voir mais cela fit sourire Elzéar car il comptait pour elle, elle aussi était dans une phase à ce que chaque geste, chaque acte, chaque mot pouvait provoquer des émotions exagérées.

Faisant un geste de la main pour l’amener à passer devant, il lui emboîtait le pas J’étais parti te chercher ça à moins que … *tu veuilles du sang frais* mais il n’osait pas prononcer la fin de sa phrase même si c’était une évidence que l’autre solution concernait le sang non synthétique. Ils ne tardèrent pas à arriver devant une modeste demeure. L’homme se contenait de peu, celle-ci lui servant surtout de point de chute, il y avait tout de même le confort nécessaire mais l’habitation était dépourvue de décoration. Aucune photo, rien qui ne montrait la personnalité de celui qui y vivait.

Viens, il faut quand même que tu manges ! Ensuite nous pourrons faire le tour du propriétaire ou même aller dehors ! Le vampire avait insisté sur ce dernier mot, comme pour trahir une nouvelle fois la pensée que peut-être qu’elle souhaitait du sang frais mais le dire distinctement était une épreuve pour lui car cela pourrait l’amener à changer la vision qu’elle avait de son créateur. Il n’était pas un meurtrier mais se nourrir à la source était bien plus nutritif et ne causait pas de victimes si on était à même de se contrôler. Je pourrai t’apprendre , à présent nul doute sur ce qu’il tentait de lui faire comprendre depuis leur sortie à l’hôtel.
©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Pourquoi? [Elzéar]   Ven 16 Mai - 3:35

Pourquoi?

“ Elzéar & Elyane "

Elzéar m'avait quitté seulement pour aller me chercher quelque chose pour me nourrir, un restant de Tru:Blood offert par l'hôtel. Ma langue a déjà goûter à ce produit synthétique, mais je dois avouer que mon corps n'en raffole pas. Je n'arrive jamais à juguler ma faim avec ce faux sang. J’emboîte le pas à mon créateur, nous prenons la direction de son logis. Une petite maison à la façade plutôt terne. En soit rien de vraiment exceptionnel, je trouve que cela manque de couleur et de vie. Elzéar m'ouvre la porte et me laisse entrer, aucune décoration au mur, la couleur qui prédomine est le blanc. Je me doute que mon créateur n'a pas cherché à peinturer. Dans la salle de séjour, je remarque un piano qui détonne dans le décors très épuré de la pièce. Mes doigts glissent doucement sur les touches du piano et une mélodie se répercute dans le silence de la maison. Je m'éloigne du piano pour continuer mon exploration sous le regard de mon créateur. J'imprime chaque détails dans mon esprit, l'endroit pourrait être jolie au final avec une petite touche féminine.

Elzéar m'indique que je dois manger et qu'après on pourras faire le tour du propriétaire ou même sortir si je le désire. Il m'offre la bouteille de sang synthétique qui a préalablement chauffé au four à micro-onde. Je porte le goulot à ma bouche et trempe mes lèvres dans le produit synthétique. J'avale difficilement une gorgée de l'horrible boisson. Je finis par grimacer de dégoût et je remets entre les mains de mon créateur le restant de bouteille à peine entamé.

- Je n'ai plus faim.

Un petit mensonge de ma part, l'Italien est loin d'être dupe, de plus mon ventre gargouille en réclamant sa pitance. Je n'ai pas été très prudente ces derniers jours, je me suis nourris que sporadiquement, car je préparais mon suicide. À quoi bon ce nourrir, si c'est pour mourir quelques jours plus tard? Mes méthodes de chasses ne sont pas encore au point même avec l'aide de Sullivan, je finis toujours par m'emporter et à tuer ma victime d'une horrible façon.

- Je pourrai t’apprendre.

Je sautille d'une jambe à l'autre, Elzéar pourrait m'apprendre, oui bien sûr je n'en doute pas une seconde, mais est-ce qu'il est prêt à me voir agir? J'évite son regard mal à l'aise, par couardise je le contourne pour continuer à faire le tour du propriétaire. La cuisine est à peine meublée, c'est très spartiate comme décoration. Je n'en suis pas très surprise puisque les vampires non pas besoin d'une cuisine dernier cri! Mes pas me portent à l'escalier qui mène à l'étage, d'un regard je demande silencieusement la permission de monter en haut. Elzéar me la donne bien entendu et je monte les escaliers à la vitesse vampirique. Il y a deux chambres, l'une est vide et l'autre doit être celle de mon créateur. Je vais devoir aller récupérer mes meubles, car il est hors de question que je dors avec Elzéar. Une salle de bain complète les pièces de l'étage.

- Ta maison a vraiment besoin d'une touche féminine. Heureusement, que je suis là maintenant!

Je lui touche le bout du nez pour accompagner ma boutade. Je sais maintenant que je ne peux plus reculer. La proposition de m'apprendre à me nourrir va revenir sur le tapis. De plus, je sais pertinemment qu'un créateur à le pouvoir de forcer sa progéniture à se nourrir de force. Je me rappelle que Sullivan à du utiliser cet ascendant sur John au courant de sa longue vie.

- Tu as raison, cependant je ne suis pas très douée. J'ai tendance à arracher le cœur de la poitrine de mes victimes et le manger et ce n'est pas des blagues. Je suis sûr que tu es déjà au fait de cette information n'est-ce pas?

C'est sur un sourire que je descends les escaliers et me dirige vers la porte d'entrée. En hélant, Elzéar pour qu'il me rejoigne. On sort tout les deux dans la froideur de la nuit, je glisse ma main dans celle de mon créateur et me laisse guider par lui. Je suis a l'affût de chaque bruits, un hibou se met à hululer à notre passage. C'est à ce moment, que je m'arrête et entraîne Elzéar à faire de même. Mes crocs apparaissent tandis qu'une douce odeur humaine se glisse à mon nez. L'italien resserre sa poigne sur ma main, mais je n'en fais qu'à ma tête, tandis que j'arrive à me détacher de lui et prendre la direction de mon futur encan!  

J'arrive a les repérer, un petit groupe de 3 personnes qui discutent sur un parking désert. J'arrive à percevoir la douce mélodie de leurs sangs qui s'écoulent dans leurs veines à chaque battement de cœur. Elzéar me rattrape sans grande difficulté, je l'implore des yeux pour qu'il me laisse faire. Les 3 humains finissent par nous remarquer et l'un d'eux s'approche de nous.

- Hé mon gars! Si tu veux te faire ta catin, tu es mieux de rentrer chez toi, avec les sangsues qui traînent dans le coin on n'est jamais trop prudent.

Un instant! Ce mec ne vient-il pas de me traiter de prostituée!? Je suis furieuse tandis qu'un grognement menaçant me prends à la gorge. À moins que ce bruit beaucoup plus profond provient de mon créateur?

© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Pourquoi? [Elzéar]   Mer 21 Mai - 9:01



Elyane & Elzéar Souvent le désespoir a gagné des batailles [Voltaire].


Ne plus avoir faim après avoir suçoté c’était bien là des propos absurdes. Comment ne pouvait-elle pas être affamée ? Un mensonge qui ne parait pas lourd de conséquences et pourtant aux yeux du vampire il n’y a pas de petits mensonges. Surtout qu’ici la suite pourrait être désastreuse. Un vampire qui cache sa faim ne pourra que devenir une bête sanguinaire, ne pas se l’avouer c’était courir à sa perte. De plus, elle était très jeune vampire donc tout la menait vers cette envie, ce besoin irrépressible de se rassasier. Penser pouvoir faire taire une faim qui ne cessera de grandir était une pure aberration. C’est bien moins aisée que de réguler en tant qu’humain puisque la variété de mets que vous pouvez manger était plus vaste et ne se limiter pas à un seul aliment, alors oui ne mangez que des légumes n’est pas sain mais en soit au moins l’estomac peut se sustenter d’une telle chose. La nature de vampire, elle ne peut se nourrir que de plasma, rayer cela de votre repas et vous finirez par connaitre la mort éternelle.

Sa volonté de lui enseigner semblait provoquer au moins une réaction chez la belle, et c’était tout ce que voulait le vampire qui déplorait que cette dernière n’est qu’humecter les lèvres dans le liquide synthétique. Il avait senti quand même de la récalcitrante, et il n’en mesurait pas les raisons. Peut-être qu’elle voulait le préserver, ne pas qu’il la voit se nourrir à la source mais lui-même ne se privait plus pour le faire. Néanmoins même si il lui était important de laisser la victime en vie car il avait un profond respect pour la vie humaine, [tragique ironie pour celui qui a du connaitre la mort pour voir la beauté même des vivants.] il pensait aussi que toutes les vies ne se valaient pas. Il avait observé longuement sa progéniture avant même leur rencontre sur le toit, il avait même fait des recherches minutieuses, il savait que cette dernière avait de grandes difficultés à pouvoir se contrôler. Mais justement cela n’était pas un problème, pas aux yeux d’Elzéar pour qui Elyane primait avant tout le reste.

Il émit un rire face à celle qui ne se privait pas pour investir les lieux et déjà imposer sa touche. Elzéar regardait les alentours d’un air dubitatif, il n’y avait rien d’original et même si lui s’était habitué à ce vide, la plupart des gens ne comprenaient pas. Fais-toi plaisir tu as carte blanche ! Cela ne pourrait que lui faire du bien à lui aussi, ce sera la marque de sa progéniture et le lieu respirerai ses goûts, ses envies. Ce serait un vrai lieu de vie non juste un point de chute, et pour commencer une histoire commune n’est-il pas normal de le faire dans une maison qui ne ressemble pas à celle d’un asocial ?

Je sais la voix se fit sérieuse, emboitant le pas de la jeune brune il n’avait pas pu émettre ses idées, après tout c’est à force d’expérience que le résultat se fera, et ce monde contenait tellement de gens minables qui ne méritait pas forcement le don qui leur avait été fait, en effet pouvoir respirer, profiter des rayons du soleil était un cadeau aux yeux de l’italien. Moultes hommes de par leurs actes ne devraient pas en jouir. Mais ces mots-là pouvaient-ils les dire sans passer pour un bourreau ?

Glissant sa main dans la sienne, se liant il se décide à l’emmener, ne se pressant pas afin qu’elle puisse se concentrer et aussi se préparer Certains individus méritent un tel sort sous-entendu la mort horrible qu’elle causerait ne vaudrait pas de ressentir de tristesse ou remord à leur égard. Mais elle n’avait pas entendu les propos du vampire, non elle était devenue incontrôlable, sa faim qui la tenaillait jusqu’ici avait décidé de ses actions. Elle fonça vers une proie, le vampire la rejoint très vite. Il ne voulait pas la laisser faire, il avait un plan, un plan qu’il pensait être le bon et là ces êtres n’entraient pas dans les critères. Les supplications de la belle n’y feraient rien, elle est telle une droguée qui serait en manque et on ne cède pas face à cela. Il l’empoignait fermement voulant lui dire qu’il lui trouverait une cible plus adéquate sauf que l’une des personnes vint les interrompre. Il aurait pu apprécier le sage conseil sauf que l’inconnu a commis une immense erreur. *Catin* relâchant l’emprise de celle-ci, il lança un poing rageur sur la figure de l’impudent provoquant un bruit qui ne laissa pas de doute quant au fait que le nez était cassé. D’ailleurs, un flux de sang s’écoulait du nez brisé Vas-y il invitait sa progéniture à se nourrir de lui, bien sûr c’était par pure punition et évidemment ce mot ne méritait pas la torture qui pouvait survenir mais Elzéar était fou furieux et un vampire en rage est un prédateur cruel. Il tacherait tout de même d’intervenir avant la fin fatidique et userait de l’hypnose pour que le trio ne se souvienne de rien. Les deux autres membres s’approchant après avoir entendu le cri de douleur de leur ami. Elzéar les pousserait à ne pas se mouvoir, et les inciterait à ne pas avoir peur quand ils leur feraient face.
©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Pourquoi? [Elzéar]   Lun 26 Mai - 23:38

Pourquoi?

“ Elzéar & Elyane "

Mon créateur a frapper au visage le jeune imprudent qui a osé m'insulter, une joie non dissimulée me prends au coeur quand je vois le flot de sang qui s'écoule du nez brisé de ma prochaine victime. Je ronronne presque de plaisir quand Elézar me donne le feu vert, de la plus féline des manières je me glisse proche du jeune homme qui se tiens le nez à deux mains pour contenir le sang. Mes canines sortent, elles sont légèrement douloureuse, je pose mes doigts sur une coulée de sang et la porte à mes lèvres. Le groupe sanguin de ma victime s'avère être mon préféré: B négatif. Le jeune homme semble se ratatiner sur lui-même quand il se rends compte que ses amis ne lui seront d'aucune aide. Elzéar se charge bien d'eux, je crois qu'il utilise l'hypnose pour les empêcher de se mouvoir. Mes doigts glissent sur le cou du jeune homme, je peux percevoir le pouls rapide sous mes doigts.

- Ne t'en fait pas, tu sentiras presque rien et demain tu auras déjà tout oublié.

Je penche la tête de l'homme exposant ainsi son cou à mes crocs, je perfore d'un coup sec la jugulaire de ma victime. L'homme hurle, mais rapidement je plaque ma main libre sur sa bouche pour le réduire au silence. Son délicieux sang s'écoule dans ma gorge, le goût en est délicieux! Les battements de son coeur ralentissent, mais j'en ai cure, j'en désire toujours plus. J'entends la voix de Elézar, mais je n'en distingue pas les mots. Je me sens tiré par l'arrière et je suis bien obligé de libérer ma victime qui s'écroule à mes pieds.

- Oups....

Je me penche sur ma victime pour prendre son pouls, son coeur bat à peine. Je crains qu'il ne puisse survivre sans transfusion sanguine. Un sentiment de culpabilité me prends à la gorge, sous le regard horrifié de mon créateur je me mords le poignet. Je suis prête à donner mon sang à un parfait inconnu pour juguler ma culpabilité. Elzéar m'interdit de commettre cette grossière erreur et je ne peux que regarder ma victime s'éteindre. Je pousse un hoquet de surprise et comme un animal blessé je prends mes jambes à mon cou.

Je ne vais pas très loin, je me suis enfoncée dans la forêt qui borde la route. Comment je vais arriver à vivre l'éternité de cette façon? Je n'arrive pas à bien me nourrir sans tuer le donneur et le sang synthétique à un goût infect. Des larmes de sang perlent sur mes joues tandis que je sens la présence de mon créateur tout près de moi.

- Je suis désolée, je ne voulais pas le tuer, je n'ai juste aucun contrôle......

J'essuie mes larmes d'un revers de la main, je me tourne vers Elzéar. Je me sens comme une enfant qui s'apprête à recevoir la punition de sa vie.

- On m'a expliqué comment me nourrir, mais on m'a dit que ce n'était plus nécessaire de se soucier de leur pompe à sang...

Ce sont les mots de Sullivan, mais je préfère taire le nom de mon ex-amant à mon créateur. Je crois que c'est mieux ainsi.


© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Pourquoi? [Elzéar]   Lun 9 Juin - 16:32



Elyane & Elzéar Souvent le désespoir a gagné des batailles [Voltaire].


La jeune vampire n’avait pas attendu bien longtemps pour faire une bouchée de ce malotru mais ce n’était pas sans faire usage de la grâce qui semblait innée chez la jolie brune. Quant à Elzéar, il essayait qu’il n’y ait aucun trouble-fête qui viendrait gâcher le repas de la demoiselle. Il était en effet assez inconvenant d’interrompre une dame qui était en train de s’alimenter. Les amis du jeune homme étaient dociles et ne semblaient absolument pas perturbés par ce qui se tramait à proximité, l’italien les avait contraint de continuer comme si de rien n’était leur conversation. Le vampire était assez noble dans sa façon de faire et même dans l’hypnose, il avait tendance à ne pas profiter de la situation n’allant jamais à l’encontre des principes des gens ou ne jouant pas la carte de l’humiliation. Après tout, ici il aurait pu être tout à fait puéril et donner des gages aux amis de celui qui avait osé insulter celle qui le faisait chavirer. Ils étaient ses amis, et on pourrait se dire que l’on choisissait ses amis en fonction de sa personnalité et donc que l’on partageait les idées de ce dernier mais le vampire ne voulait pas condamner des gens pour l’acte d’un homme qui était en plus enivré donc pas forcément apte à mesurer ses paroles.  

Mais Elzéar n’avait pas fait attention et ça commençait à arriver bien trop souvent qu’il ne soit pas plus méticuleux. Surement que la colère qui l’habitait lui avait fait baisser sa garde et avait amoindri sa vigilance. Se précipitant vers la brune, il lui somma de stopper sa pitance mais elle ne semblait pas vouloir écouter ce que ce dernier lui disait. Elle passait outre les paroles de son homme. Ce dernier ne voulait pas intervenir car il voulait que cela vienne d’elle-même, elle était en apprentissage et s’il s’immisçait toujours entre sa proie et elle, Elyane ne serait jamais en mesure de se contenir. La couver et la couvrir seraient la condamner d’une certaine façon et il ne pouvait pas être responsable de cela. Il ne voulait pas que celle-ci sombre dans la déchéance que beaucoup d’individus de leur race connaissaient ! Il ne voulait pas que celle-ci minimise l’essence de la vie humaine.

Oups ! Le vampire était épouvanté, ce petit mot était malvenu enfin elle réagissait comme si elle venait de briser un verre, certes cet homme avait mis en colère le vampire, certes lui-même avait poussé sa compagne à se nourrir mais il ne s’attendait pas à ce que ce dernier succombe ! L’italien regardait le corps de l’homme qui tentait de lutter pour pousser un soupir de plus essayant de survivre. Le regard sombre du vampire porté à ce corps était empreint d’une touche de mélancolie. Il était le seul responsable de sa fin ! Il avait attisé l’envie d’Elyane tout en sachant pertinemment que celle-ci éprouvait de grandes difficultés à se réguler ! Il avait voulu jouer car il aimait cela, il aimait que celle-ci se repose sur lui et c’est ce qui se produisait quand on était trop insouciant !

Il ressentait sa culpabilité qui n’avait pas lieu d’être ! Elzéar P. Belviso était le coupable. Devant ce drame, les amis étaient tels des automates continuant leur conversation sans pouvoir faire autrement. C’était d’autant plus tragique ! Toutefois il ne pouvait la laisser réparer cette erreur de la façon dont elle voulait le faire. Ce n’était pas judicieux et c’était à exclure. Déjà dans sa vie humaine cet homme était prompt à émettre des paroles douteuses, certains diront que ce ne sont que des mots mais l’italien savait que les mots étaient une chose à ne pas négliger ! Il fallait savoir que les débuts de vampire sont comme être sous acide constant et le seul fait de ne pas tenir sa langue sous l’emprise de l’alcool n’inaugurait rien de bon. Il allait mourir et c’était mieux ainsi point ! Ici Elzéar avait agi de façon juste en tout cas il était convaincu que si Elyane l’avait transformé ça n’aura été que chaos ! Après tout elle-même n’était même pas en mesure pour le moment de s’occuper d’elle !

Il avait laissé la jeune fille fuir, il faisait preuve d’un calme olympien ! Avant d’aller en quête de sa dulcinée, il prit la peine d’effacer la mémoire des deux personnes qui n’auront même pas le souvenir d’avoir été en ce lieu ce soir. Il les mena avec sa vélocité dans un lieu bien loin d’ici rendant leur présence en cet endroit impossible ! Il savait que la police les questionnerait et il savait aussi qu’elle tacherait de savoir si il était humainement possible de se rendre de la boîte où Elzéar les avait mis vers le parc où leur ami avait été tué dans un laps de temps concordant, et la réponse était non ! De toute façon, le vampire comptait bien se débarrasser de ce corps. Il ne pouvait pas courir le risque qu’Elyane soit poursuivie ou pire !

Il plongeait un regard froid envers sa progéniture, bien plus qu’il ne le voulait ! Ses yeux noisettes démontraient qu’il avait beau l’aimer, il était désappointé ! Pourtant, elle était contrite, pourtant Elzéar ressentait toute sa douleur mais il ne voulait pas adoucir ses maux ! Non, il pensait que si il venait à essuyer ses larmes il amoindrirait l’impact de ce qu’elle venait de faire !

On ? On ? ON ? la voix se faisait de plus en plus colérique, car Elzéar savait qui incluait ce ON, il savait qu’elle avait eu deux hommes dans sa vie, il savait que ça ne pouvait pas être le métamorphe ! De tels propos devaient venir d’un vampire ! Et à présent, la jalousie se mêlait à des sentiments déjà bien conflictuels ce qui amenait Elzéar à être plus virulent qu’il ne l’avait jamais été ! Frappant son poing fermé sur un arbre qui se trouvait à proximité de l’ancienne métamorphe, il sortait ses crocs ! Vraiment ?! Tu penses donc ainsi ?! Tu VEUX ME FAIRE CROIRE QUE CETTE PENSEE TE CONVIENT !? il prit une légère pause Soit ce dernier mot avait été dit de façon neutre, et c’était d’autant plus perturbant que cela semblait être le calme avant la tempête ! L’amorce d’une chose qui allait faire réagir comme jamais la metamorphe ! Le vampire allait se montrer cruel, barbare et odieux, une chose est sûre la pauvre Elyane allait être secouée, il avait même fermé l’accès à ses pensées afin qu’elle ne sache pas qu’il ne comptait pas mettre ses menaces à exécutions ! Elle devait être persuadée qu’il irait jusque-là ! Mais prenait-il vraiment soin de ce qu’il risquait ? « Quel EST déjà le nom de ton frère … c’est après tout une pompe à sang et …. Comme tu l’as dit …. Pourquoi se soucier ??! » Cette phrase suffisait à elle seule à traduire les desseins du vampire et endormir le lien avec Elyane était nécessaire pour qu’elle soit convaincue qu’il allait prendre la vie de sa famille. Il voulait lui donner une leçon ! Il voulait lui faire comprendre que ses propos étaient pure hérésie et il savait que la plupart des gens enregistraient les choses quand on leur présentait de façon abrupte ! Peut-être qu’il allait s’en mordre les doigts, peut-être qu’il aurait fait preuve de plus de diplomatie mais peut-être aussi que citer de façon peu subtile les bons conseils de Sire Sullivan avait été la goutte d’eau !

©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Pourquoi? [Elzéar]   Ven 13 Juin - 3:48

Pourquoi?

“ Elzéar & Elyane "

J'espèrais secretement que la réaction de mon créateur aurait été douce et compréhensive, que j'ai pu être naïve pour croire pareil sottise! Le regard que me lance Elézar à mon endroit est terrifiant, je ne peux retenir un cris de terreur quand le poing de l'Italien s'enfonce comme dans du beurre dans le tronc de l'arbre qui se trouve à proximité. Je recule tandis que sa voix se fait encore plus colérique, ses crocs sont bien en évidence et ne me laisse aucun doute sur sa colère à mon endroit.

- Vraiment ?! Tu penses donc ainsi ?! Tu VEUX ME FAIRE CROIRE QUE CETTE PENSÉE TE CONVIENT !?

Bien sûr que non, le principe de considérer les êtres humains comme des sacs à sang me rebutent, mais je ne connais rien d'autre! Mon créateur n'était pas là pour remplir son rôle et même si cela ne lui convient pas, Sullivan a été présent pour me montrer les bases. Le contrôle va venir en vieillissant pour le moment, il risque d'avoir beaucoup de cadavres dans mon sillage. Ce qui n'est pas du tout toléré par mon créateur, je m'en rends compte maintenant qu'il attache beaucoup d'importance à la vie humaine. Je plaque mes mains sur mes oreilles comme une enfant qui ne veut pas entendre les réprimandes d'un père trop autoritaire.

- Quel EST déjà le nom de ton frère … c’est après tout une pompe à sang et …. Comme tu l’as dit …. Pourquoi se soucier ??!

Si mon sang aurait encore circulé dans mes veines, il aurait faire rien qu'un tour! Les paroles d'Elzéar sont lourde de sens, il n'oserait pas? Je le détaille du regard et me rends compte avec horreur qu'il ne blague pas! Une colère sourde monte en moi, un bruit guttural s'échappe de ma gorge. Un bruit n'a plus rien d'humain, mes crocs sort à leur tour tandis que je laisse la colère me submerger. Je pousse avec violence l'Italien qui recule de plusieurs mètres.

- Si tu touches à un seul cheveu de Matthew, je te TUE!

L'instinct maternel que je ressens pour mon cadet depuis sa naissance revient en force, je ne vois plus mon créateur comme quelqu'un de doux et attentionné, mais bien comme un être dangereux que je me dois de mettre hors d'états de nuire. Je ne laisserais personne menacer mon frère et ma famille. C'est donc toutes griffes dehors que je saute sur mon créateur pour lui mettre la correction de sa vie.

Bien entendu, je n'ai aucune chance de gagner contre lui, il est mon créateur et de surcroît beaucoup plus vieux que moi. Pourtant cela ne m'empêche pas de le frapper et de le griffer avec mes ongles en lui hurlant dessus des insanités. Le sang et les bleus apparaissent sur nos peaux tandis que je m'acharne avec l'énergie du désespoir sur Elzéar. Les larmes de sang brouillent ma vision et je n'arrive plus à voir ce qui m'entoure. C'est en nage que je m'arrête de le marteler et m'écroule dans l'herbe à côté de lui. Je prends une position fœtale et laisse libre cours à ma douleur. Je voudrais disparaître, que tout s'arrête!

- Je suis un monstre, nous sommes tous des monstres! Je te déteste de m'avoir appris cette leçon aussi cruellement...

Je me rends compte que ces paroles n'étaient que provocation, il voulait simplement m'apprendre que la vie humaine a un prix et qu'elle est précieuse. Je ne peux retirer la vie à quelqu'un sans risquer de perdre mon âme.


© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Pourquoi? [Elzéar]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[FLASHBACK] Pourquoi? [Elzéar]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Till the Last Drop :: RP terminés-