Partagez | 
 

 Alice ► Where is my Mind ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Alice ► Where is my Mind ?    Sam 15 Fév - 14:10



Alice P. Lewis

"And where is the use of book,
throught Alice, without pictures or conversations ?"


Je vais me présenter ! Je m'appelle Alice Pleasance Lewis, née Liddell. Il se trouve que je suis née le 04/05/1852 à Londres, Westminster plus précisément. Je suis donc Anglaise et par déduction j'ai 162 ans, mais 20 éternellement. Je suis une vampire, mais je n'aime pas ce terme. Je suis aussi mariée, mais je crains que mon époux ne soit mort depuis quelques temps, dois-je donc dire que je suis veuve ? Et je suis hétérosexuelle, mais vous commencez à m'effrayer..
On peut dire que côté caractère je suis plutôt franche, directe, douce, très curieuse, bavarde mais encore souvent distraite, folle, intelligente, convaincue que le pays des Merveilles existe, très imaginative, plutôt naïve et incapable de comprendre le monde dans lequel je vis. J'ajouterai que j'ai une notion de la politesse toute particulière ainsi qu'une notion biaisée et déformée du bien et du mal. Vous saviez que l'on peut me remarquer grâce à ma fâcheuse manie de parfois parler étrangement et aussi grâce à mon accent anglais très prononcé ? Je vais vous dire un petit secret, approchez donc ... Mon pécher mignon se trouve être les histoires pour enfants. Et ma plus grande peur de perdre la raison, ou de perdre Viktoria. Comme c'est confus ! Je la déteste, mais je me sentirais si perdue sans elle. Et qui régnerait sur le Pays des Merveilles, si elle disparaissait ? Certainement pas moi ! Je crois que le Chapelier le ferait... Oh j'allais oublier, ce que vous ne vous doutez pas c'est que je travaille dans rien du tout.. travailler ? Je ne sais pas ce que c'est. Vous posez de bien drôles de questions, et pour me détendre en sortant du boulot j'exerce ma passion qui se trouve être la philosophie, j'aime philosopher, les gens intelligents le font, surpris ? Mon avis sur les nouvelles prérogatives de l'état ? Je.. ne comprends pas. Quel en est le but ? Dans quel contexte cela semble utile ? Pourquoi les humains ont-il si peur ? Je ne comprends pas ce que l'état veut nous faire comprendre. Peut-être font-ils simplement cela pour nous protéger ? Il y a des fous, dehors, vraiment. L'autre jour, un homme a hurlé en voyant mes crocs. Je crois bien qu'il était fou..
৩ Crédit : Tumblr


Ton histoire !

/!\ L'histoire d'Alice est directement inspirée de celle de la vraie Alice Liddell, ayant vécue de 1852 à 1934. Bien entendu, les faits seront modifiés et adaptés, mais le personnage tourne autour des œuvres de Lewis Carroll, "Alice"s Adventures under Ground", "Alice in Wonderland" et "Through the Looking-Glass, and What Alice Found There" /!\


***

Henry Georges Liddell et Lorina Hannah Liddell était un couple charmant. Lord Liddell était le doyen de la prestigieuse université d’Oxford, et ce fut dans ce contexte qu’il rencontra Charles Dodgson. Ce dernier, professeur de Mathématiques, fut par la suite plus connu sous le pseudonyme de Lewis Carroll et joue – cela va de soit – un rôle essentiel dans l’histoire qui va suivre..

La vie des Liddell était étonnement basique pour l’époque. Lord Liddell aimait son métier, tandis que Mrs Liddell était au foyer. Nobles de naissance, la famille n’eut jamais manqué de rien, côtoyant l’aristocratie anglaise depuis de fort nombreuses années. Lorsque Lorina tomba enceinte d’Alice, elle était déjà l’heureuse mère de trois enfants. Et sa lignée ne s’arrêta pas avec la naissance de son quatrième enfant ; après Alice, six autres Liddell virent le jour. Bien entendu, avec dix enfants à gérer, il allait de soit que Mrs Liddell fut contrainte d’engager des gouvernantes. C’était quelque chose de commun à l’époque, naturellement, et Alice fut heureuse d’avoir de si nombreux frères et sœurs. Dès son plus jeune âge, Alice fut donc entourée de gouvernantes, qu’elle trouvait toutes plus gentilles les unes que les autres. Mais sa préférence allait indéniablement à Viktoria Elisabeth Grimm. La petite Alice en fut très proche, l’aimant tout particulièrement malgré son accent de l’Est et certaines de ses habitudes étranges. Ce fut parce qu’Alice l’aimait que Lord et Mrs Liddell ne renvoyèrent pas la dite-gouvernante, qui ne leur inspirait guère confiance.  Mais, à vrai dire, il n’y avait pas grand monde que la douce Alice n’aimait pas. Elle était loin d’être une enfant difficile, à vrai dire. Et ce fut certainement pour cette raison que Charles Dodgson appréciait tant sa compagnie.

A vrai dire, le mathématicien appréciait beaucoup la compagnie des enfants Liddell. Surtout celle d’Alice, et son grand frère Henry, de sa grande sœur Lorina et de sa petite sœur Edith. Régulièrement, il prenait des clichés des enfants, à qui il racontait de merveilleuses histoires pour capturer éternellement l’amusement sur leur petit minois. Alice, quant à elle, trouvait Lord Dodgson très amusant et très chaleureux et avait pour lui une tendresse que l’on ne retrouve que chez les petites filles. Il était son ami, disait-elle souvent, et qu’il soit adulte l’importait peu. Chaque été, elle attendait avec impatience l’incontournable balade en barque. Celle-là même où elle pouvait voir Lord Dodgson habillé d’une autre façon qu’avec son éternelle tenue noire rappelant celle d’un pasteur. Ce fut un certain été 1862, sur la tamise entre Oxford et Godstow, que la santé mentale de la petite Alice Liddell commença à défaillir. Ce fut d’abord discret, naturellement. Et progressif, malheureusement. Ce jour de Juillet, l’enfant d’une dizaine d’années demanda à son ami d’inventer pour elle une histoire. Et Charles Dodgson inventa ce qui fut à l’origine du trouble de la personnalité d’Alice ; l’incroyable aventure d’une petite fille tombée dans un terrier de lapin. Alice le pria de coucher cette histoire sur papier, insistant de nombreuses fois auprès de lui. Elle voulait pouvoir lire et relire cette merveilleuse aventure. Et, au fond, quel enfant ne s’identifierait pas à un héros portant son nom ?

Néanmoins, ce ne fut que deux ans plus tard, à l’occasion d’un Noël que Charles Dodgson passa en compagnie de la famille Liddell, que le trouble de la personnalité lattant d’Alice se développa, jusqu’à commencer à la ronger. Elle reçut, comme cadeau, le manuscrit du livre « Alice’s Adventures Under Ground » et quelques temps plus tard, elle commence à se convaincre que le Pays des Merveilles existait bel et bien. Elle se crée même des souvenirs, en rapport avec le livre, se convainquant qu’elle est la petite fille qui a vécu toutes ces merveilleuses aventures. Ce n’était que Charles Dodgson lui-même qui arrivait encore un tant soit peu à ramener la petite Alice sur Terre, en lui rappelant que ce n’était qu’une histoire régulièrement et en essayant de focaliser l’attention de la demoiselle sur d’autres contes. Mais Lord Liddell et sa femme, voyant leur fille sombrer dans une folie douce et tenant Lewis Carroll pour responsable de cela, interdirent à Lord Dodgson de la revoir. Cela ne fit qu’aggraver son trouble de la personnalité. Et, se sentant incomprise par ses parents, elle se tourna vers ses gouvernantes. Si, auparavant, elle avait beaucoup aimé Viktoria, elle commençait à l’identifier à la Reine de Cœur.. Pour autant, elle l’appréciait encore, mais s’éloignait doucement d’elle..

Malgré tout cela, Charles Dodgson n’abandonne pas son projet d’étoffer son livre. Il le fera même publier, en 1865, après avoir rajouté des parties et après l’avoir renommé « Alice in Wonderland ». La jeune fille, alors âgée de 13 ans, parvint à se procurer un exemplaire. Déjà dangereusement folle, elle sombre encore plus et remplace certains de ses souvenirs par ceux qu’elle se crée en se basant totalement sur le livre. Ainsi, elle tient tête à ses parents en leur disant avoir vécu tout cela. Ses parents se dirent que ça lui passerait, et lui confisquèrent les deux éditions de l’histoire inventée par Charles Dodgson. Mais, malgré ses mesures, Alice s’enfonça dans son monde imaginaire, perdant totalement contact avec la réalité. Lord Liddell, désespéré, contacta Lord Dodgson dans l’espoir qu’il lui apporte une solution. Quelques semaines plus tard, Charles Dodgson fit apparaitre un article dans lequel il nie tout lien entre Alice – son personnage – et la petite Alice Liddell. Cette dernière, folle de rage à la suite de cet article, insulta publiquement Lord Dodgson de menteur et de voleur de souvenirs. Lord Liddell a alors l’idée de marier sa fille, espérant la faire reprendre contact avec la réalité par ce biais. En Août 1866, le mariage de Alice Pleasance Liddell et de Nicolas Henry Lewis est prononcé. Un mois plus tard, Alice est internée dans le Grand Asile de Londres.

Se sentant incomprise et rejetée, Alice tomba dans un mutisme total qui inquiète les médecins. Les méthodes de psychiatrie de l’époque sont légions et la jeune femme subit tout un tas de choses qui seraient aujourd’hui considéré comme de la torture, mais rien ne semble fonctionner. Un an après son internement, les psychiatres proposent à Lord Liddell, ainsi qu’à Lord Lewis, de faire subir à Alice une lobotomie, car l’espoir d’une guérison semble improbable. Lord Liddell s’y opposa farouchement, défendant encore sa fille rendue folle et muette. De son côté, et malgré la situation qu’il juge « dramatique », Charles Dodgson fait publier la « suite » des aventures d’Alice. « Through the Looking-Glass, and What Alice Found There » est offert à Alice par son père lui-même, qui espère ainsi la faire sortir de son mutisme. Et, en effet, après lecture du livre, la jeune femme d’alors 19 ans sourit et parle pour la première fois en 5 ans. Mais ce fut un pas en avant pour trois pas en arrière. Toujours autant convaincue de l’existence du Pays des Merveilles et de toutes ces choses extraordinaires qu’elle aurait soit-disant vécu, Alice se met à parler d’une façon étrange et dans un langage que personne ne comprend (ayant toujours été très intelligente, elle avait parfaitement comprit et copier le procédé utilisé par Charles Dodgson dans son poème « Jabberwocky ») et, lorsqu’elle parlait avec des mots bien anglais, elle faisait de chacune de ses phrases des énigmes.

Lord Lewis mit presque un an à convaincre Lord Liddell de faire subir une lobotomie à Alice. Ironiquement, celle-ci fut programmée le 4 mai 1872, soit le jour des 20 ans de la jeune femme. Docile – parce qu’elle ne comprenait pas de quoi il en retournait – Alice accepta la chose avec un sourire. Mais, alors que la lobotomie commençait à peine, elle eut le choc de voir Viktoria débarquer dans la salle et massacrer tout le monde, à l’exception de la jeune femme. L’autrichienne kidnappe alors Alice qui, en voyant de ses yeux le massacre du Grand Asile de Londres ainsi que le sang et les corps qui jonchaient le sol, fut en état profond de choc. Viktoria transforma alors Alice (qui ne se rend pas réellement compte de ce qu’implique sa condition de vampire même 142 plus tard). A peine sortie de Terre, la nouvelle-née dû suivre sa créatrice dans une course folle qui les menèrent en Amérique. En effet, le massacre du Grand Asile de Londres fit la une des journaux londoniens et l’Autorité Vampirique Anglaise se mit à la recherche de Viktoria et de sa nouvelle progéniture. Alice mit peu de temps à reconnaitre son ancienne gouvernante. Et, plus que jamais, elle l’identifia à la cruelle Reine de Cœur. Elle commença même à profondément la détester, et à le lui faire ressentir. Pour autant, elle ne cherchera jamais à fuir, ou à faire du mal à sa créatrice. Et, paradoxalement, Alice se sent affreusement perdue sans Viktoria. Sa créatrice parvint d’ailleurs à apaiser la haine d’Alice à son égard par le biais d’un mensonge. En effet, l’autrichienne raconta à l’anglaise que cette dernière n’était autre que la fille cachée de la Reine de Cœur, et que dans son extrême indulgence, celle-ci avait fait en sortie de retenir ses cartes qui faillirent trancher la tête d’Alice, lui sauvant ainsi la vie. Malgré l’incohérence flagrante par rapport à l’œuvre de Lewis Carroll, la jeune femme fut trahie par sa naïveté et crut Viktoria. Elle eut même une forme de reconnaissance à l’égard de la femme.

Pendant 142 ans, progéniture et créatrice sillonnèrent l’Amérique. Ce ne fut qu’en 2012 – car Alice se sentait lassée de devoir toujours tout recommencer à zéro – qu’elles s’établirent en Louisiane. Alice aimait beaucoup cet endroit.. Elle s’y fit même des amis, bien que son incompréhension du monde érigeait une barrière entre elle et le reste des personnes qu’elle côtoyait. Le temps s’écoula, calme et tranquille – aussi calme que pouvait être la vie d’Alice Liddell et de la Reine de Cœur – jusqu’aux explosions des usines de True Blood. Alice, qui avait apprit à se nourrir de ça, en fut choquée même si elle ne comprenait pas concrètement ce que cela signifiait. Et elle n’eut aucun mal à passer des bouteilles aux gorges, tout en essayant de ne pas tuer qui que ce soit. Viktoria avait donné une bonne éducation à sa progéniture, quoi qu’on en dise.. Puis, l’Etat instaura le fameux couvre-feu, dont Alice se ficha éperdument. Ce fut un soir où les étoiles brillaient fort dans le ciel – elle aimait les étoiles – que la jeune vampire se fit arrêter. Une banale patrouille était tombée sur elle et lui avait demandé son identité. Elle avait coopérer, toujours très douce et souriante, et n’avait pas comprit lorsqu’un des hommes armés lui avait plaqué une pièce en argent sur le poignet. Naturellement, sous le coup de la douleur et de la surprise, Alice hurla et ses crocs sortirent presque d’eux-mêmes.. Et, naturellement, elle fut embarquée dans un des camps de recherches..

Le camp lui rappelle le Grand Asile de Londres.. Mais ce ne sont pas les expériences qu’elle redoute.. Après tout, pendant cinq ans, elle avait réussi à passer outre la douleur physique et psychologique que les « traitements » lui infligeait.. Non, ce qu’elle redoute le plus est la réaction de Viktoria. Elle se rappelle encore de l’état dans lequel sa créatrice avait mit le personnel de l’asile. De la rage dans laquelle elle s’était trouvée.. Et Alice a peur que ce schéma se répète encore. Plus que tout à présent, Alice craint la rage de sa Reine de Cœur. Car elle sait que cette dernière ne restera pas les bras croisés en la sentant en danger..


Derrière ton écran !

Hello ! Derrière mon personnage qui ressemble à deux goûtes d'eau à Emily Browning, je suis en réalité un/e fille, j'ai 21 ans. Je m'appelle Marine mais on me nomme aussi Roween sur la toile. Ma présence sur le forum sera de 7/7. Je fais environs assez de lignes. J'ai connue le forum grâce à j'y suis admin. Mon mot de la fin sera écrire ici
@ Pomme Ecarlate


Dernière édition par Alice P. Lewis le Dim 16 Fév - 12:52, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alice ► Where is my Mind ?    Sam 15 Fév - 14:20

Oooooh j'aime trop ton ava!!! Et étant fanatique d'Alice, je peux qu'aimer le perso aussi ♥️

Re-bienvennuuuuue  heart lookheart 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jules Weasley


☩ Morsures : 687
☩ Points : 2266
☩ Localisation : Chez elle


Qui suis-je ?
Race: Vampire.
Pour ou contre les Vampires ?: Avec eux.
Relationships:

MessageSujet: Re: Alice ► Where is my Mind ?    Sam 15 Fév - 14:49

Emily la plus jolie  lookheart  Bienvenue parmi nous  eyes1 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alice ► Where is my Mind ?    Sam 15 Fév - 14:50

Bienvenue <3
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alice ► Where is my Mind ?    Sam 15 Fév - 15:06

Merciii les gens !
Je ne pensais pas que mon idée plairait comme ça o__o
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alice ► Where is my Mind ?    Sam 15 Fév - 16:53

Bienvenue sur le forum!
J'adore Emily Browning  superman 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alice ► Where is my Mind ?    Dim 16 Fév - 9:14

Merci Elyane ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Gabriel d'Avaugour


☩ Morsures : 1297
☩ Points : 3079
☩ Localisation : Shreveport


Qui suis-je ?
Race: Vampire
Pour ou contre les Vampires ?: Avec eux.
Relationships:

MessageSujet: Re: Alice ► Where is my Mind ?    Dim 16 Fév - 13:16

Histoire absolument géniale *-* !

Je l'ai vraiment dévorée avec appétit :3 ! C'est donc avec une joie immense que je te valide <3 ! Tu connais tout les chemins du forum, je te laisse ajouter ta couleur et ton rang si tu veux  rougie angel eyes1 crazyyy !

_________________


You want a revelation, you want to get it right. You are the revelation. No light, no light in your bright blue eyes, I never knew daylight could be so violent. A revelation in the light of day, you can’t choose what stays and what fades away. But if everything is juste a LIE ?Florence + The Machine - No Light, No Light.
(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alice ► Where is my Mind ?    Dim 16 Fév - 13:19

Wooo *-* Je suis super contente si l'histoire t'as plu ! ♥
Merci beaucoup ♥
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alice ► Where is my Mind ?    

Revenir en haut Aller en bas
 

Alice ► Where is my Mind ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Till the Last Drop :: Fiches abandonnées-