Partagez | 
 

 [FLASHBACK] Safe and Sound...At Last [Sally]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Henry R. Jones


☩ Morsures : 281
☩ Points : 2089


Qui suis-je ?
Race: Humain
Pour ou contre les Vampires ?: Avec eux.
Relationships:

MessageSujet: [FLASHBACK] Safe and Sound...At Last [Sally]   Jeu 12 Déc - 15:15

« Safe and sound...at last »

« Henry et Sally »


Henry risquait de très vite voir arriver des PV pour excès de vitesse dans sa boîte aux lettres mais il n’avait pas le choix. Il devait s’éloigner au plus vite des vampires qui avaient attaqué les soldats – et les soldats eux-mêmes aussi, soyons honnête – avant qu’un d’eux ne se disent que les poursuivre était une bonne idée. Il en avait oublié le casque, oublié toute sorte de précaution quand on en venait au code de la route (qu’il connaissait pourtant sur le bout des doigts), dans le but d’aller le plus vite possible. Heureusement qu’il avait décidé de prendre une moto grosse cylindrée, ça lui permit d’atteindre les cent kilomètres/heure en quelques secondes et il ne descendit pas au-dessous de cela tout le temps que dura leur court trajet. Déjà que d’ordinaire son appartement et le centre-ville de Shreveport n’étaient espacés que d’un petit quart d’heure en moto à vitesse normale, je vous laisse imaginer en allant au double de la vitesse autorisée…Pourtant il ne se permettait pas de se détendre, pas tant qu’ils ne seraient pas derrière sa porte d’entrée, fermée à double-tours. Car sa moto allait vite, mais un vampire faisait bien mieux si ça voulait. Il avait suffisamment discuté avec John et Jess pour le savoir.

Garant sa moto, très mal, en bas de son immeuble, il aida Sally à descendre et passa un bras autour de sa taille pour l’aider à avancer. Henry ne cessait de jeter des regards tout autour de lui pour être sûr qu’aucun vampire n’allait leur sauter dessus. Ca serait quand même un comble de malchance que d’avoir fait tout cela, survécu à tout ça pour finalement se faire avoir au dernier moment par un vampire tapi dans l’ombre. L’escalier, on oubliait, même si l’ascenseur en soi n’est pas plus sécuritaire, ça serait plus simple pour Sally qui menaçait de s’écrouler la pauvre choupette. Le brun la garda contre lui tout le temps, sa rassurant sur le fait que oui, ils s’en étaient sorti, ils étaient sains et saufs et grâce à elle. Pas que, les soldats, au départ, ont bien aidés eux aussi, mais elle a permis de fuir des vampires, de s’en sortir. Lui a fourni le moyen d’évasion, c’est déjà pas mal. Aurait pu faire mieux, mais s’il devait se trimballer avec tout son attirail…Il faudrait qu’il envisage de trouver un moyen de rétrécir les différentes inventions…L’arrêt de l’ascenseur le fit sortir de ses pensées ainsi que de la cage de métal qui servait d’ascenseur à cet immeuble pas tout jeune.

Il entra et fit asseoir Sally sur le canapé-lit (même pas replié, la honte quand même…Enfin tant qu’il n’y avait pas de caleçon qui trainaient…) avant de filer vers la salle de bain pour prendre son kit de premier secours. Sa veste en profita pour se faire la malle, même si enlever sa veste lui rappela sa toute nouvelle blessure au bras, merci les soldats ! Qu’on ne vient plus lui faire l’apologie des armes à feux où il allait s’énerver et vous ne voulez pas voir Henry énervé c’est clair, net et précis…Enfin, il aurait le temps de s’occuper de sa blessure un peu plus tard, à ce qu’il s’entait, ce n’était qu’un effleurement de la balles

"Sally ? Ca va ? Comment tu te sens ? Des vertiges, des nausées.. ?" Il commença à sortir désinfectant et compresses de sa trousses à pharmacie et détacha la cravate du front de Sally pour commencer à nettoyer doucement la plaie. "Dis-moi si je te fais mal."

© Chieuze


_________________
It's easy enough to be pleasant, when life hums along like a song.
But the man worth while is the one who can smile when everything goes dead wrong.


Dernière édition par Henry R. Jones le Jeu 15 Mai - 16:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Sally Devereaux


☩ Morsures : 181
☩ Points : 1775


Qui suis-je ?
Race: Fée
Pour ou contre les Vampires ?: Contre eux.
Relationships:

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Safe and Sound...At Last [Sally]   Mar 17 Déc - 19:04

Safe and Sound...At Last

Elle qui aimait la vitesse et avait toujours espéré faire l’expérience d’une virée en moto avait rarement été aussi terrorisée de sa vie. Elle craignait que l’épuisement prenne le dessus, elle craignait de perdre pied, ne serait-ce qu’un instant et de le lâcher, de tomber. Elle n’avait pas cru que ce genre de situation lui arriverait, du moins pas si tôt, pas avant qu’elle connaisse un peu mieux ce monde qui la fascinait tant. Aujourd’hui, elle souhaitait surtout se réfugier en sécurité, se demandant presque si le danger que représentait Mabb n’était pas préférable, parce qu’au moins elle savait à quoi s’attendre. Heureusement, elle avait Henry. Sans lui, elle n’aurait très probablement pas eu le courage de continuer, de se dépasser pour se mettre à l’abri. Elle s’en voulait terriblement de l’avoir embarqué dans quelque chose qu’elle estimait être entièrement de sa faute. C’était comme s’il s’était baladé avec une énorme friandise pour vampire. Sans le savoir. Elle aurait du le lui dire, lui dire à quoi il s’exposait. Elle n’y avait même pas pensé, et elle s’en voudrait probablement longtemps. Mais pour le moment, elle espérait seulement qu’ils s’en sortent et arrivent à bon port sains et saufs. Elle s’accrochait à lui comme à une bouée de sauvetage, ne cessant de craindre qu’ils finissent par être rattrapés.

Enfin, elle sentit la moto s’arrêter. Tout tournait autour d’elle, et elle serait probablement tombée s’il n’avait pas été là pour la soutenir. En temps normal, elle aurait été à la fois ravie et troublée de se trouver ainsi contre lui, mais à présent elle se concentrait sur le fait de tenir debout, tenir debout à tout prix. Chaque pas lui demandait un immense effort, mais elle voulait continuer, elle ne devait surtout pas abandonner, au risque de les mettre en danger tous les deux. Elle en avait déjà fait suffisamment comme ça. Bientôt ils seraient en sécurité, bientôt les vampires seraient impuissants contre eux. Du moins, elle l’espérait. Le bruit de l’ascenseur l’angoissait plus qu’autre chose. Elle craignait qu’il ne se coince à un moment donné, qu’ils restent là, prisonniers et à la merci d’éventuels prédateurs. Elle détestait les ascenseurs. Elle ne fut soulagée qu’au moment où les portes s’ouvrirent, où ils purent sortir. Puis, enfin, ils se retrouvèrent dans l’appartement du jeune homme, libres et encore en vie.

Docilement, elle se laissa guider jusqu’au canapé-lit, sur lequel elle s’assit. Elle se sentait déjà mieux dans cette position que debout. Au moment où Henry la lâcha et s’éloigna d’elle, elle prit conscience qu’elle avait froid : son costume de fée était déchiré et maculé de boue à certains endroits. Il revint rapidement avec un kit de secours et commença à s’occuper de sa plaie. « Ca pique un peu... mais ça va. J’ai seulement mal à la tête. » Elle réalisait peu à peu, sans vraiment osé y croire, que c’était terminé, qu’ils étaient en sécurité. Elle leva tout de même des yeux inquiets vers lui. « Tu es sûr qu’ils ne peuvent pas entrer ? Ca marche vraiment ces histoires d’invitation ? » Elle n’était pas certaine de pouvoir endurer d’autres émotions fortes ce soir là. Mais c’est alors que son regard se posa sur le bras d’Hank, qu’elle pointa du doigt. « Tu es blessé ! » Puis, la seconde d’après, elle fondit en larmes. « Je suis désolée... c’est de ma faute. Si je n’avais pas été avec toi tu n’aurais pas eu autant d’ennui. J’aurais dû tout te dire dès le début, mais je n’ai pas pensé... et à cause de moi... » Elle était dans un état épouvantable, rongée par la culpabilité. Il n’était rien arrivé de pire qu’une blessure au bras, mais ça aurait pu, et si ça avait été le cas, elle ne l’aurait pas supporté.
bohemian psychedelic
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Henry R. Jones


☩ Morsures : 281
☩ Points : 2089


Qui suis-je ?
Race: Humain
Pour ou contre les Vampires ?: Avec eux.
Relationships:

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Safe and Sound...At Last [Sally]   Dim 22 Déc - 10:46

« Safe and sound...at last »

« Henry et Sally »


Tout en nettoyant la plaie, Hank écouta attentivement ce que Sally lui donna comme information sur son état afin de savoir s’il devrait appeler un médecin quand le jour serait levé. Enfin, il dormirait sûrement entre deux, mais cela était pour plus tard. Déjà, l relâcha une respiration qu’il ne se souvenait pas avoir retenue en entendant que ça allait. Sincèrement, il ne serait pas si fatigué, ou concentré, le gallois aurait probablement rit de nervosité. Peut-être parce qu’il était fatigué justement il avait cette envie, cependant il n’en fit rien, se concentrant sur sa tâche de nettoyer et panser la blessure de Sally avant toute chose.

"Je te donnerais une aspirine pour ta tête plus tard, ça passera."

Il finit de mettre le pansement sur la légère coupure de Sally (sérieux, c’est minuscule mais sa saigne autant que d’avoir touché une veine ou une artère…Vive le crâne quoi…) quand sa question lui parvint. Son scepticisme était de mise. Si effectivement elle n’avait jamais eu à se protéger de vampires avant, elle ne pouvait pas connaître toutes les subtilités qui venait avec le fait de vivre avec eux ; qui plus est, il est vrai que même lui n’avait pas été sûr que ça fonctionne. Jusqu’à ce qu’il reçoive la visite d’un vampire et qu’il fasse le test. Le fait de savoir qu’il pouvait reprendre son invitation aux vampires qu’il avait autorisé jusqu’à maintenant était un réconfort dans l’instant présent. A priori les rares vampires (parce qu’il n’en n’invitait pas des milliers non plus) qu’il avait invité ne sont pas des monstres avides de carnage mais sait-on jamais, on a bien vu des fils de bonnes familles devenir des serials killer alors un vampire pacifiste péter une durite et tourner Berserk, ça n’était pas si improbable que cela. Avec un sourire rassurant, Henry prit une main de Sally pour lui dire que oui, ils étaient en sécurité dans son appart’, même des vampires qu’il considérait ses amis si besoin est. Hell, son atelier était à deux mètres de là dans l’autre pièce et il avait de quoi fait fuir un groupe de vampires si besoin était.

Cependant il n’eut pas le temps de vraiment la rassurer, elle remarqua sa blessure. Il ferma les yeux en se disant « et m… ». Pas qu’il ait voulut le lui cacher spécifiquement, mais avec ce qu’elle avait vécu ce soir, avec ce qu’elle lui avait dit durant la soirée alors qu’ils essayaient de fuir, Henry ne voulait pas l’inquiéter plus que cela. Il lui aurait dit, quand elle se serait calmée, aurait eu une aspirine et dormir. Et qu’il se serait occupé de sa blessure pour qu’au moins elle semble moins vilaine. Parce que sérieusement ce n’était pas grave ; il en avait assez vu dans sa vie (sur d’autres hein) pour savoir que ce n’était rien. On vivait dans un pays où avoir une arme était le lot quotidien alors des accidents il en arrive tous les jours que voulez-vous. Il rouvrit cependant les yeux en l’entendant pleurer et s’empressa de la serre contre lui. Non, non, non, il ne fallait pas qu’elle pleure enfin, et surtout pas qu’elle pense que ce soit en quoi que ce soit sa faute. Rien de tel. Même si son « j’aurais dû te le dire depuis le début » l’intrigua mais ça viendrait plus tard, tout comme cette histoire de lumière qu’elle avait utilisée sur les vampires.

"Shh, shh…Arrêtes de dire cela Sally, personne ne s’attendait à cette attaque de vampire et ce n’est certainement pas ta faute si les forces de l’ordre de ce pays sont des bœufs qui frappent et questionnent après." Il s’éloigna un peu mais garda les mains de la jeune femme dans les siennes "Quant à mon bras…" il y jeta un regard et revint à Sally avec un grand sourire "C’est rien. Un effleurement. Je vais aller faire un pansement rapide et quand le soleil sera levé, j’irais à l’hôpital pour faire voir la blessure plus amplement. Je reviens."

Henry se leva alors, prenant le kit de premiers secours avec lui et alla dans la salle de bain pour faire son pansement. Bon, d’accord, c’est pas grave, mais la chemise qui colle à la plaie à cause du sang ça fait mal bordel. Il grogne en décollant le tissu pour mieux inspecter la plaie.

© Chieuze


_________________
It's easy enough to be pleasant, when life hums along like a song.
But the man worth while is the one who can smile when everything goes dead wrong.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Sally Devereaux


☩ Morsures : 181
☩ Points : 1775


Qui suis-je ?
Race: Fée
Pour ou contre les Vampires ?: Contre eux.
Relationships:

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Safe and Sound...At Last [Sally]   Ven 27 Déc - 13:01

Safe and Sound...At Last

Ils étaient à l’intérieur, à l’abri, du moins, elle l’espérait. Elle se sentait plus en sécurité, cloitrée à l’intérieur avec lui. Elle pouvait s’asseoir, se poser, enfin. A présent que tout semblait s’être arrêté, elle reprenait conscience de toutes les sensations qui la traversaient : elle avait mal à la tête, terriblement froid, mais surtout il lui semblait que chaque parcelle de son corps la faisait souffrir. Ses muscles étaient endoloris, et la peur restait présente, même si elle commençait peu à peu à s’estomper. Henry s’occupait de sa blessure, ce qui lui faisait du bien. Elle baissa les yeux sur son costume de fée qui n’en avait plus vraiment l’air. Cette soirée avait pourtant si bien commencé ! Qu’arrivait-il à ce monde ? Elle n’y comprenait plus rien...

Elle ne savait pas vraiment ce qu’était une aspirine, mais elle hocha la tête malgré tout, comprenant que c’était quelque chose supposé atténuer son mal de tête qui lui vrillait le crâne. Ses inquiétudes étaient toujours présentes. On lui avait bien dit que les vampires ne pouvaient entrer s’ils n’y avaient pas été invités, mais était-ce bien certain ? Elle aurait voulu qu’il la rassure, mais même s’il n’eut pas le temps de lui dire quoi que ce soit, elle put lire dans ses pensées et connaître son incertitude. Elle se serait en d’autres circonstances montrée plutôt effrayée, mais son attention fut bientôt focalisée par la blessure qu’il avait au bras. D’un coup tout lui revint en tête, dont le fait qu’elle n’ait pas pensé à le prévenir de ce qu’elle était, de ce qu’il risquait à ses côtés. Et elle s’en voulait pour ça, au point de fondre en larmes. Elle songeait à ce qui aurait pu se passer : il aurait pu se faire tuer, tout simplement. Elle avait voulu garder son secret au point de risquer sa vie, elle s’en rendait compte à présent. Elle laissa docilement Henry l’entraîner contre lui. Elle entendit sa panique face à ses larmes, et surtout sa confusion quant à ses paroles. Il pensait que ce n’était pas de sa faute. Il ne savait pas à quel point il se trompait. Il est vrai qu’elle n’était pas responsable de l’agression des vampires, de celle des humains, mais elle l’avait mis en danger malgré tout.

« Je sais bien mais... Ca ne serait pas arrivé si tu n’avais pas été avec moi... » dit-elle en tentant de faire taire ses sanglots. Il la rassurait pourtant, avec son sourire auquel elle ne pouvait définitivement pas rester indifférente tant il était communicatif. Elle finit par arborer un faible sourire à son tour et approuva d’un hochement de tête.

Elle resta là, assise sur le canapé-lit tandis qu’il quittait la pièce pour entrer dans la salle de bain. Toujours préoccupée, elle se pencha à plusieurs reprises, espérant l’apercevoir. Plus elle le connaissait, plus elle se sentait coupable à chaque fois qu’elle lisait dans ses pensées, commençant peu à peu à comprendre le concept de vie privée chez les humains. Mais elle avait du mal à s’en empêcher, et lorsqu’elle comprit qu’il avait réellement mal, elle se leva et se dirigea à son tour vers la salle de bain. Le voir se débattre avec sa chemise la poussa encore plus à se sentir coupable, mais elle s’efforça de ne pas craquer une seconde fois surtout.

« Tu... tu veux que je t’aide un peu ? » Il avait beau lui assurer qu’elle n’était responsable de rien, elle éprouvait toujours ce besoin de se racheter et de lui montrer à quel point elle était désolée. Et puis, elle avait sincèrement envie de se rendre utile, surtout après qu’il l’ait protégée en l’amenant ici. Sans réellement attendre sa réponse, elle s’approcha de lui et avec hésitation attrapa le tissu de sa chemise, en décollant le reste le plus doucement possible. Puis, elle regarda la plaie et de nouveau se sentit réellement honteuse. « Ca va ? Ca ne fait pas trop mal ? »

Elle ne s’y connaissait pas vraiment en médecine, voire pas du tout, mais elle se doutait qu’il allait peut-être avoir du mal à se soigner avec une seule main. « Je dois faire quoi ? » Elle n’était pas certaine de savoir comment s’y prendre, mais au moins elle pouvait toujours essayer. « J’imagine que... tu te poses des questions. Non ? » Elle n’avait même pas besoin de lire dans ses pensées pour le deviner.
bohemian psychedelic
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Henry R. Jones


☩ Morsures : 281
☩ Points : 2089


Qui suis-je ?
Race: Humain
Pour ou contre les Vampires ?: Avec eux.
Relationships:

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Safe and Sound...At Last [Sally]   Lun 27 Jan - 20:46

« Safe and sound...at last »

« Henry et Sally »


Sally acceptait l'aspirine sans poser de questions, ce qui était déjà bien. Certes, Si Henry avait pu lui cacher sa blessure jusqu'à ce qu'elle se soit reposée et douchée (je sais pas vous, mais Henry se sent toujours mieux après une bonne douche) ça aurait été mieux à son avis mais le fait est là; elle l'avait vue et elle s' en voulait. Ca faisait presque physiquement mal au gallois de la voir comme ça alors qu'elle avait toujours été cette jeune femme joviale et entraînante, éternellement curieuse qui était près de lui régulièrement maintenant. Le choc des événements de la soirée ne devait pas aider son état émotionnel (trop de peur et de menaces en si peu de temps) et probablement qu'il ne pourrait rien faire ce soir pour qu'elle se sente un peu mieux. Pourtant, il arriva à lui tirer un faible sourire. Il etait bien loin d'être celui que le brun avait l'habitude de voir sur son amie, mais cetait déjà ça de gagné et sur ce petit sourire il alla dans la salle de bain, espérant pouvoir épargner la partie gore du pansement de la blessure à Sally.
C'est beau l'espoir mais la vie fait ce qu'elle veut et en l'occurrence la rousse s' inquiétait trop - ou s' en voulait trop au choix - pour rester sagement assise à l'attendre. Il releva les yeux de son bras et vit, réellement, l'état dans lequel était son amie. Son costume déchiré, des bleus qui n'allaient pas tarder à se former qui montrait déjà le bout de leur nez et puis le pansement à la tête. Malgré tout ça, elle voulait l'aider, se racheter. Il aurait voulu lui dire non, pour ne pas lui imposer ça, mais après quelques secondes de réflexion, une main de plus pour l'aider avec son bras ne serait pas de refus et si ca aidait Sally à se sentir mieux...Pourquoi pas? Un dernier essai pour retirer totalement sa chemise et il offrit un sourire embarrassé à Sally.

"Une main de plus ne serait pas de refus..."

Alors la rousse tenta de décoller la chemise le plus délicatement possible, ce à quoi Henry serra les dents pour être sûr de ne pas laisser passer de sons douloureux. Oui il était quelque peu douillet, inhabitué à la douleur et de toute façon ça aurait fait mal d'une façon ou d'une autre. Alors hein. Pas de quoi en faire un vélo. C'était ce qui passait par sa tête en ce moment, ainsi que l'idée qu'il faudrait qu'il prête des vêtements à Sally s'il ne voulait pas quelle attrape un rhume ou un vilain coup de froid.

Observant pensivement sa belssure, il se dit qu'il aurait probablement des points de sutures en allant faire voir ça demain à l'hôpital, mais pour linstant ils allaient desinfecter et faire un bandage. C'était tout ce qu'ils pouvaient faire pour le moment.

"Alors. Je vais désinfecter, et ensuite on fera un bandage. Tu peux sortir la petite boite verte dans le placard de gauche?"

Ceci fait il en sortit la bouteille ambré de désinfectant et un coton. Il travailla silencieusement, ce qui n'était pas commun pour lui il fallait bien le dire, mais fut coupé dans son élan par son amie qui lui posa une question...sur ses questions éventuelles. Amusant, non? Il s’arrêta pour l'observer un instant puis soupira doucement, un sourire aux lèvres.

"Bien sûr que je me pose des questions. Des dizaines même. Mais tu veux vraiment que je les pose maintenant, alors qu'on pourrait finir avec mon bras pour ensuite aller dormir et voir tout ça demain? Il faudrait que tu prennes une douche et que tu te changes pour ne pas risquer de tomber malade. Alors oui j'ai des questions, forcément j'en ai, tu commences à me connaître maintenant, mais pas ce soir Sally."

Même lui n'était pas sûr de pouvoir organiser son cerveau suffisamment pour lui poser une quelconque question. Dormir serait parfait. Sérieusement. Ils auraient tout le temps du monde de voir toutes les questions et interrogations le lendemain.

© Chieuze


_________________
It's easy enough to be pleasant, when life hums along like a song.
But the man worth while is the one who can smile when everything goes dead wrong.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Sally Devereaux


☩ Morsures : 181
☩ Points : 1775


Qui suis-je ?
Race: Fée
Pour ou contre les Vampires ?: Contre eux.
Relationships:

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Safe and Sound...At Last [Sally]   Lun 10 Fév - 21:15

Safe and Sound...At Last

Sally ignorait quand la peur disparaitrait. Ce qu’elle avait vécu ce soir dépassait de loin ce qu’elle avait imaginé. Elle n’en revenait d’ailleurs toujours pas d’être encore en vie, sur ses deux jambes, malgré les bleus qui le recouvraient. Elle commençait à sentir l’empreinte du coup que lui avait asséné le vampire. C’était la première fois de sa vie que quelque chose de ce genre lui arrivait, la première fois qu’on la frappait. Elle avait déjà été témoin de violence, mais celle-ci était plus sourde, beaucoup plus sournoise. Ici, c’était tuer ou être tué. Ou parvenir à s’en sortir en fuyant. Certes, elle avait entendu toute sa vie à quel point la vie sur Terre était hostile et dangereuse, mais ce n’était pas pour autant qu’elle y était préparée. Le choc auquel elle venait de faire face n’avait pas été que physique, en témoignaient les larmes qu’elle avait versées en voyant la blessure d’Henry. Une blessure qu’elle considérait être de sa faute et entièrement de sa faute. Rien de tout ceci ne serait arrivé si elle lui avait dit la vérité dès le début. En la lui cachant, elle n’avait pensé qu’à sa propre sécurité, sans envisager qu’il puisse risquer sa vie à cause de ça. Le moins qu’elle puisse faire, c’était lui proposer son aide pour se soigner, d’autant plus que d’après les pensées qu’elle entendait, il n’avait pas l’air de s’en sortir si bien que ça seul. A son plus grand soulagement, il accepta et avec précautions, elle attrapa les pans du tissu et entreprit de le décoller de la plaie le plus délicatement possible. Il ne s’exprimait pas verbalement, mais ce n’était pas le cas de ses pensées par lesquelles transparaissaient la douleur qu’il ressentait.

« Pardon pardon pardon ! » s’exclama-t-elle d’un ton désespéré.

Elle détestait savoir qu’elle lui faisait mal, mais elle avait bien compris qu’elle n’avait pas franchement le choix. Elle tenta de se montrer encore plus délicate, mais ça ne suffit pas, elle l’entendit. Heureusement, ce fut bien vite fini et elle respira enfin. Elle se retrouva, la chemise à la main, prenant conscience qu’il était torse nu et se mit à rougir. Il n’était pourtant pas dans la nature des fées d’être gênées par ce genre de choses, mais ça la prit d’un coup. Par chance, il ne sembla pas s’en apercevoir, et lorsqu’il lui demanda d’aller chercher de quoi le soigner, elle ne se fit pas prier. Elle trouva rapidement la petite boîte qu’il voulait et la lui tendit.

« Ce... ce n’est pas trop grave au moins ? » demanda-t-elle d’un ton peu assuré.

Elle le regarda patiemment désinfecter le tout, avant de lui poser une question sur justement les interrogations qui ne devaient pas manquer à son sujet, elle n’avait pas besoin de lire dans ses pensées pour le deviner. Il lui répondit cependant que les réponses devraient attendre le lendemain, et elle devait bien admettre qu’elle n’en était pas mécontente. Elle était tout simplement épuisée et elle mourrait d’envie de dormir. De prendre une douche d’abord. Elle avait froid et avait l’impression d’être couverte de boue.

« D’accord. Ca veut dire que je peux rester ici alors ? Parce que je rêve d’une douche chaude... » Elle se serait mal vue retourner à son motel à cette heure de la nuit et avec tous les vampires qui trainaient dehors. Elle se demanda une fois de plus ce qui leur avait pris d’attaquer si soudainement. Mais il n’était plus l’heure des questions. Elle attrapa de quoi faire un bandage dans la boîte. Ca au moins, elle savait le faire.

« Je vais bander la plaie, ne bouge pas. » Le plus soigneusement possible, elle s’attela à la tâche, essayant de s’appliquer. Enfin, elle termina et contempla son ouvrage avec une certaine fierté. « Voilà, c’est terminé. Ca devrait tenir jusqu’à demain. Enfin j’espère. »

Puis, elle se redressa et referma la boîte. Il avait parlé de prendre une douche. Décidée à le faire, elle commença à retirer son costume de fée, là, devant lui, sans en savoir que cela faisait partie des choses qu’elle aurait dû éviter en dehors de la dimension féérique.
bohemian psychedelic
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Henry R. Jones


☩ Morsures : 281
☩ Points : 2089


Qui suis-je ?
Race: Humain
Pour ou contre les Vampires ?: Avec eux.
Relationships:

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Safe and Sound...At Last [Sally]   Mer 19 Fév - 23:03

« Safe and sound...at last »

« Henry et Sally »


Depuis combien de temps personne ne s'était vraiment inquiété de savoir si ses bobos faisaient mal ou pas? Des années. Ce n'était pas grand chose, franchement, mais avec les situation qu'il avait vu ces derniers temps, avec son job qui lui faisait voir des choses qu'un plus sensible que lui ne pourrait pas supporter, voir une laie comme la sienne lui semblait si bénin...Alors qu'on s'en inquiète lui faisait un drôle d'effet d'un coup. Il posa des yeux un poil incrédule sur Sally, avant qu'un large sourire digne des meilleurs jours ne vienne prendre place sur son visage. Il était sûr, maintenant que la rousse faisait partie de sa vie comme plus qu'une simple connaissance, qu'il aurait de quoi se réjouir dans les temps à venir. Ne serait-ce que continuer à lui montrer tout ce qu'elle avait encore à découvrir sur la vie ici...Il regrettait cependant que sa découverte d'Halloween se soit soldée par une course-poursuite par des vampires et des blessures, même superficielles. Est-ce qu'elle acceptera de retourner faire la chasse au bonbons l'année prochaine? Bon sang, il pensait déjà à l'année prochaine alors que officiellement, Halloween n'était même pas terminé encore. Il devrait peut-être consulter les gentils gens en blouses blanches pour son problème de fixation et plans à l'avenir dans un avenir plus qu'incertain...Enfin passons. La seconde question de Sally lui fit ouvrir des yeux grands comme des soucoupes.

"Évidemment que tu restes ici cette nuit! Je ne vais pas te laisser retourner dormir dans le motel où n'importe quel vampire peut aller et venir après ce qu'il s'est passé ce soir. Même pas en cauchemar." il finit de désinfecter la plaie avant de continuer, sinon il n'en finirait jamais "Et la douche ouais, un impératif. Sinon je t'assure tu vas très mal dormir. J'en prendrais une après toi d'ailleurs."

Et alors qu'il allait commencer à bander la plaie en lui demandant juste de tenir le bout au départ, la voilà qui lui faisait le bandage toute seule comme une grande. Eh bah. Elle avait plus de ressource que l'humain n'en n'avait pensé la première fois qu'il l'avait rencontrée. Il observa les mouvements assurés et précis que fis la jeune femme, comme il avait vu plusieurs infirmières de l'hôpital le faire auparavant. Lui-même se débrouillait pas mal, mais là c'était du quasi parfait. Henry en fut abasourdi et, étrangement, impossiblement fier. C'est aussi à ce moment-là qu'il prit conscience qu'il était effectivement torse-nu face à elle. Conséquence inévitable d'avoir retiré sa chemise. Bon, il était QUE torse-nu, pas en caleçon ou...nu comme un vers tout simplement. Sa dignité était encore en place.

"Eh bien, c'est parfait Sally, ça tiendra laaaaargement jusqu'à demain."

Ce fut quand il releva la tête qu'il remarqua qu'elle était déjà en train de retirer son costume. Alors qu'il était encore là. Dans la même pièce. A moins d'un mètre d'elle...Ouah, ouah, ouah, on se caaaalme. Il plaqua bien vite une main sur ses yeux par pur esprit de galanterie (et d'un peu de gène il devait bien le dire) et commença à avancer à tâton vers la sortie.

"Booon, c'est pas tout ça mais je vais aller chercher des fringues et faire..." il se tut en sentant de la peau sous sa main et retira aussitôt sa main, ne sachant pas où il a pu poser sa main et préfère à dire vrai ne pas le savoir et repart de plus belle vers la sortie en bafouillant un gêné "Un p'tit truc à manger à plus!"

Sur quoi il referma prestement la porte et partit dans sa chambre pour prendre quelques vêtements qui pourraient aller à Sally et les déposa devant la porte de la salle de bain en le faisant savoir à l'occupante de la dite salle de bain avant de repartir mettre quelques vêtement propres puis de se diriger vers la cuisine. Manger un truc ne serait pas du luxe.

© Chieuze


_________________
It's easy enough to be pleasant, when life hums along like a song.
But the man worth while is the one who can smile when everything goes dead wrong.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Sally Devereaux


☩ Morsures : 181
☩ Points : 1775


Qui suis-je ?
Race: Fée
Pour ou contre les Vampires ?: Contre eux.
Relationships:

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Safe and Sound...At Last [Sally]   Dim 2 Mar - 21:21

Safe and Sound...At Last

Sally aurait souhaité que cette soirée se passe de manière différente. Elle aurait aimé pouvoir simplement récolter des bonbons auprès d’Henry et les déguster avec lui une fois qu’ils seraient rentrés, découvrir une nouvelle tradition qui lui plaisait. Elle n’avait jamais mangé ce genre de friandises. Elle ne s’était jamais déguisée juste pour le plaisir, le temps d’une soirée. Elle était de plus en plus fascinée par les traditions humaines et avait d’autant plus envie de mieux les connaître. Mais ce qu’il s’était passé avait tout gâché. Henry était blessé, elle avait bien failli se faire vider de son sang et les faire tuer tous les deux. Si elle voulait tout lui dire, c’était en grande partie à cause de cette culpabilité qui la rongeait. Elle n’osait imaginer la manière dont il la regarderait quand il saurait tout. Et ça aussi lui faisait peur. Et s’il la rejetait par la suite ? Elle n’était pas là depuis longtemps, mais assez pour comprendre à quel point les humains pouvaient être imprévisibles. Elle fut soulagée lorsqu’il lui assura qu’elle pouvait rester et elle fit un réel sourire pour la première fois depuis qu’ils étaient rentrés. Elle allait rester ici, l’endroit où elle se sentait le plus en sécurité. Pas seulement parce que les vampires ne pouvaient pas y entrer ou parce qu’elle n’était pas seule, mais parce qu’elle avait confiance en lui, et ce malgré le fait qu’elle ne le connaisse que depuis peu de temps. Sans doute le petit faible qu’elle avait pour lui n’y était-il pas pour rien.

« Merci. Je... je suis contente d’être avec toi. » ajouta-t-elle, légèrement rougissante, avant de s’occuper de son bandage.

Elle en avait pris le plus soin possible, et elle devait admettre que le résultat était plutôt réussi. Il le reconnut d’ailleurs lui même, et elle en fut réellement fière et eut l’impression de s’être un peu rachetée après ce qu’il s’était passé, même s’il est vrai qu’elle n’était pas responsable de cette attaque de vampires qu’elle ne parvenait d’ailleurs toujours pas à comprendre. Une fois qu’elle eut terminé, il lui sembla tout naturel de se déshabiller pour aller sous la douche. Les fées n’étaient pas une espèce très pudique et elle n’éprouvait aucune gêne à l’idée de le faire devant le jeune homme. Il ne lui était pas venu à l’esprit qu’il n’en serait pas de même pour lui. Il commença par se cacher les yeux, et au cas où elle n’aurait pas compris, ses pensées furent assez claire.

« Oh euh... d’accord. » répondit-elle, interloquée, d’autant plus lorsqu’il se recula vivement après lui avoir touché l’épaule à l’aveuglette. Elle ne put s’empêcher de laisser échapper un léger rire lorsqu’il quitta la salle de bain comme s’il avait d’autres vampires à ses trousses.

Une fois seule, elle termina de se déshabiller et fila sous la douche. L’eau chaude lui fit du bien instantanément. Elle sentit sa peau picoter, en particulier aux endroits où elle avait des bleus et des écorchures. Tout son corps était endolori et la chaleur ne fit que la fatiguer davantage, même si elle se sentit bien mieux. Elle finit par sortir, se sécha à l’aide d’une serviette avant d’enfiler les vêtements qu’Henry avait laissés pour elle. Elle était tout simplement épuisée, mais il est vrai qu’elle aurait volontiers mangé quelque chose.

« Henry ? Je vais m’allonger un peu, je viendrai manger après. » lança-t-elle en direction de la cuisine.

Elle ne savait pas où elle était supposée dormir, mais elle pouvait bien s’allonger sur le canapé-lit si ce n’était que pour quelques minutes. Mais à l’instant où elle s’étendit sur le matelas et posa sa tête sur l’oreiller, elle oublia tout le reste et s’endormit profondément.
[size=8.800000190734863]bohemian psychedelic[/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Henry R. Jones


☩ Morsures : 281
☩ Points : 2089


Qui suis-je ?
Race: Humain
Pour ou contre les Vampires ?: Avec eux.
Relationships:

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Safe and Sound...At Last [Sally]   Ven 14 Mar - 22:19

« Safe and sound...at last »

« Henry et Sally »


Le bruit de l'eau se fit entendre et Henry hocha la tête à lui-même se disant qu'au moins Sally prenait le temps de se calmer et se détendre après cette soirée éprouvante. Le gallois ferait de même une fois qu'ils auraient mangé, parce que là son estomac criait famine. Il n'avait pas l'habitude de faire autant d'exercice sans se préparer psychologiquement avant et puis même,  les poussées d'adrénaline ca creuse; ça demande à votre corps de gros efforts sans même qu'il ne s'en rende compte pour au final tout bruler d'un coup.  C'est pour cela que les rush d'adrénaline laissaient toujours completement tremblant et flageolant; le contre-coups d'un tel choc ne peut pas être minime, à moins d'avoir été entraîné pour cela (ce qui est loin d'être le cas de Henry ici présent). Donc, conséquence logique, il allait manger un truc plutôt consistant pour se remettre de ses émotions. De manière générale, il n'était pas un mangeur émotionnel, c'est à dire qui mange selon ses humeurs, habituellement il évacuait stresse, tristesse ou colère via ses inventions. Il se plongeait dans la réalisation d'une de A à Z tant qu'il n'était pas redevenu lui-même? Mais bon, pour une fois il allait manger pour se remettre d'une émotion trop forte. De temps en temps ça ne fait pas de mal. Il regarda ce qu'il avait dans son frigo...

Ce qui voulait dire pas grand chose au final, surtout pour deux personnes. Vu que ce soir ils devaient se gaver de bonbons (initialement), il pensait pouvoir faire des courses le lendemain. Avisons, donc. Des oeufs...quelques champignons dans le congélateur, des herbes en pagailles...Bon bah...go pour une omelettes aux champignons et fines herbes. Il ne voyait pas trop quoi d'autre, les quelques autres trucs étant une crème anglaise en pot et des bâtonnets de poisson. Beuf. Il commença alors à battre les oeufs, ajouta une pointe de lait pour la forme et ajouta herbes et champignons avant de tout verser dans sa poële chaude. Alors qu'il brouillait savamment les oeufs (ouais il ne sait pas faire une belle omelette en fait mais on s'en fout ça se mange), il entendit Sally lui dire qu'elle allait s'allonger un peu.

"Okay je viendrais te chercher quand c'est prêt!" répondit-il en retournant à son brouillage d'oeufs en règle.

Une fois cuit, Henry divisa la poële en quatre parts et en servit deux (histoire de ne pas faire morfal d'un coup) avant d'aller chercher Sally...Ou pas. En la voyant profondément endormie, il n'eut pas le coeur de la réveiller pour la faire manger. Si elle dormait, elle n'avait pas faim pendant ce temps. Elle pourrait manger comme elle veut le lendemain matin, pas de problème. Lui, en revanche allait manger et se prendre une douche avant d'aller s'écrouler lui aussi. Il se dit d'ailleurs qu'avoir fait son bandage tout de suite était un peu idiot s'il voulait prendre une douche...Bon, il devrait le défaire pour le refaire ensuite, tant pis.

Il suivit son petit programme. Manger. Douche. Bandage (qui franchement était moins beau que celui de Sally mais en même temps avec une seule main c'est un peu compliqué). Dodo. Ou presque. Il se retrouva devant un cruel dilemme face au couchage. Sally était déjà dans le lit et franchement, il n'avait pas envie de risquer de la réveiller en prenant place lui aussi dans le lit. En même temps, il ne voulait pas aller dormir dans le lit de camp dans son atelier, préférant pouvoir garder un oeil sur elle même durant la nuit (oui oui, même en dormant). Puis la lumière se fit dans son esprit. Allant chercher son petit lit de camps, il l'installa à côté du lit (après avoir déplacer la table basse, ça serait bien de ne pas s'exploser un genou dessus le lendemain matin) et prit, précautionneusement, un coussin à côté de Sally et un sac de couchage dans son placard avant de s'allonger à côté, tourné vers elle. Il l'observa quelques minutes dormir, paisible et détendue après une telle soirée, et finit par s'endormir lui aussi, d'un sommeil sans rêve, ou pas dont il se souvienne en tout cas.

© Chieuze


_________________
It's easy enough to be pleasant, when life hums along like a song.
But the man worth while is the one who can smile when everything goes dead wrong.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Sally Devereaux


☩ Morsures : 181
☩ Points : 1775


Qui suis-je ?
Race: Fée
Pour ou contre les Vampires ?: Contre eux.
Relationships:

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Safe and Sound...At Last [Sally]   Ven 21 Mar - 19:25

Safe and Sound...At Last

Elle s’était endormie presque immédiatement, paisiblement après cette soirée mouvementée. Son sommeil fut lourd et sans rêve dont elle puisse se rappeler. La lueur du jour à travers les fenêtres finit par la réveiller. Elle avait la sensation d’être reposée après avoir vécu un véritable cauchemar. Elle eut l’impression de sortir du brouillard et se sentait beaucoup mieux. Elle s’étira et se rendit compte que son corps entier était courbaturé, ce qui n’était pas étonnant. Son mal de tête se rappela à elle. Elle porta une main à son front, constatant au toucher que le pansement ne semblait pas avoir bougé. Sa joue lui faisait mal également et un bleu bien visible s’y était formé, trace du coup que lui avait asséné le vampire. Se pelotonnant dans ses couvertures, elle roula sur le côté, constatant avec surprise qu’elle était seule dans le lit. Un instant inquiète, elle leva la tête et aperçut alors Henry, couché et toujours endormi sur un petit lit non loin d’elle. Elle sourit, apaisée par sa présence. Elle resta au chaud au fond emmitouflée dans les couvertures jusqu’au cou durant quelques minutes, avant de se lever le plus doucement et lentement possible afin de ne surtout pas réveiller le jeune humain.

Elle se dirigea sur la pointe des pieds jusqu’à la cuisine. Après tout ce qu’il avait fait pour elle, après qu’il l’ait protégée et accueillie chez elle sans rien demandé en retour, elle avait envie de faire quelque chose de spécial pour le remercier. Et quoi de mieux que lui préparer un délicieux petit déjeuner ? Bon il y avait un problème de taille : elle n’avait jamais vraiment cuisiné. Elle n’avait aucune idée de comment il fallait s’y prendre. Mais elle avait vu à plusieurs reprises Lafayette faire des pancakes, ça n’avait pas l’air bien compliqué. Elle était certaine qu’elle pourrait se souvenir de tout et s’en sortir afin de faire plaisir au jeune homme.

Elle tenta de se rappeler de ce qu’il avait utilisé. De la farine. Du lait. Des oeufs aussi. Elle ne parvenait pas à se rappeler s’il y avait autre chose, mais ça lui semblait suffisant. Il lui fallut quelques minutes afin de tout trouver, mais elle finit par y arriver à force de fouiller un peu partout. Elle se rappela que le cuisinier du Merlotte’s préparait d’abord la pâte dans un saladier avant de tout faire cuire, elle fit donc de même. Il ne lui vint pas à l’idée qu’il y avait des proportions à respecter et mit un peu tout n’importe comment. Casser les oeufs fut de loin le plus ardu, mais elle fit de son mieux pour qu’il n’y ait pas trop de coquilles dans la préparation. Malheureusement, elle vit bien que ça ne ressemblait pas à la belle pâte lisse de Lafayette. La sienne était compacte et bourrée de grumeaux. C’est donc qu’elle avait dû oublier des choses. Attrapant quelques bouteilles au hasard dans les placards, elle en remplit le saladier.

Dépitée, elle constata que ça n’avait toujours pas de réelle ressemblance avec les préparations qu’elle avait pu voir. Tant pis, elle allait tout de même le faire cuire, ça finirait bien par ressembler à quelque chose de bon. Elle se mit en quête d’une poêle qu’elle finit par trouver. Après s’être débattu avec la cuisinière durant plusieurs minutes, elle alluma le feu trop fort, croyant qu’ainsi ses pancakes cuiraient plus vite. Elle versa le contenu du saladier dans la poêle. Loin d’avoir l’air de pancakes, ça ressemblait plutôt à une bouillie informe et qui dégageait une odeur... disons plutôt étrange. Elle tenta de faire des ronds avec un couteau, mais on ne pouvait pas dire que c’était une réussite. Agacée et déçue, elle soupira, et se recula, sans se rendre compte que le saladier en verre était trop près du bord de la table. Elle donna un brusque coup de coude et avant qu’elle ait pu le rattraper, l’objet s’écrasa au sol et vola en éclats.

« Oh non ! » gémit-elle, désespérée.

Elle était désormais entourée de morceaux de verres, et espérait que le bruit n’ait pas réveillé Henry, et surtout qu’il ne constate pas le carnage qu’elle avait fait dans sa cuisine avant qu’elle ait eu le temps de tout nettoyer. Elle commença à ramasser les morceaux de verres, essayant de ne pas se couper et oubliant sa mixture sur le feu...
bohemian psychedelic
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Henry R. Jones


☩ Morsures : 281
☩ Points : 2089


Qui suis-je ?
Race: Humain
Pour ou contre les Vampires ?: Avec eux.
Relationships:

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Safe and Sound...At Last [Sally]   Lun 31 Mar - 21:20

« Safe and sound...at last »

« Henry et Sally »


La nuit sembla passer si vite...Henry sentit les sensations revenir à son corps doucement, progressivement, mais sa conscience refusait de le laisser émerger suffisamment pour se lever. Ses oreilles percevaient quelques sons, il sentait le poids de la couverture sur son corps alors qu'il s'était tourné sur le ventre durant la nuit, un bras pendant du bord du lit de camps.

Qu'il était doux de pouvoir dormir sans crainte, alors que la nuit précédente avait été un enfer sur Terre. Le gallois voulait en profiter un maximum, conserver ce sentiment de paix intérieure avant de devoir vraiment se lever et reprendre sa vie quotidienne normalement. À ceci près que Sally faisait plus que jamais partie de sa vie à présent. Il n'allait pas se voiler la face; il tenait à la jeune femme et il ne pourrait certainement plus passer une journée sans s'inquiéter de son état régulièrement. Pas qu'elle nécessite que l'on s'inquiète; pas de conditions médicale spécifiques, pas de problèmes récurrents...Non, il voulait juste...être sûr qu'elle aille bien, que plus jamais elle ne se retrouve dans une situation comme hier soir. Ce fut une soirée horrible alors que ca aurait dû être une soirée dédiée à l'amusement, aux indigestions de bonbons et autres rires.

Il sortit aussitôt de sa torpeur quand il entendit le bruit de verre cassé. Il se releva sur ses coudes et lança un regard vers le lit. Vide. Henry souffla un "Sally" en un souffle, comme si ne plus la voir ici après ce bruit lui avait retiré tout souffle de la poitrine. Il se débattait avec sa couverture pour pouvoir se lever mais semblait encore plus s'emmêler dedans que s'en sortir. Il finit par vaincre son vile ennemi et se leva en trombe pour parcourir les quelques mètres en direction de la cuisine. Pourvu qu'il ne lui soit rien arriver. Et si les quelques qu'il vampires lui avaient mentis? Lui faisant croire qu'il fallait forcément une invitation pour entrer chez un humain alors qu'il n'y en avais pas besoin. Venant d'un vampire comme Sullivan, ça ne le surprendrais pas. Cependant il avait eu la confirmation par John. Lui n'aurait pas oser lui mentir ainsi, si?

"Sally!"

Henry arriva à l'entrée de la cuisine et fit un arrêt net. Que quoi...? Il embrassa des yeux la cuisine, qui semblait avoir vécu un ouragan culinaire, puis Sally et le verre éparse au sol. La connection de cause à effet se fit dans son esprit et la reaction du brun ne se fit pas attendre: il explosa de rire. Sérieusement. Il avait tellement eu peur pour elle, que quelque chose de serieux lui soit arrivé, les nerfs à fleur de peau que ces derniers finirent par lâcher prise un instant. Au moins elle était sauve. Bon certes, sa cuisine, elle, ne l'était pas mais c'était bien le dernier de ses soucis. Quand il se fut remis de son fou rire, Henry posa son regard une fois de plus sur Sally.

"Ne bouge pas, je vais chercher le balais...et la serpillière."

Ce qu'il fit, tendant alors la petite pelle en plastique à Sally pour qu'elle mette les bouts de verre dans la poubelle. Quand tout fut plus ou moins nettoyé (ou disons que les choses dangereuses ont été enlevées) il reposa son regard sur la rousse.

"Alors, tu essayais de faire quoi? Dis-moi tout."

Il s'approcha de la poelle, tentant de deviner ce qu'elle cherchait à faire.

© Chieuze


_________________
It's easy enough to be pleasant, when life hums along like a song.
But the man worth while is the one who can smile when everything goes dead wrong.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Sally Devereaux


☩ Morsures : 181
☩ Points : 1775


Qui suis-je ?
Race: Fée
Pour ou contre les Vampires ?: Contre eux.
Relationships:

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Safe and Sound...At Last [Sally]   Sam 5 Avr - 16:37

Safe and Sound...At Last

C’était une véritable catastrophe. Son aventure culinaire ne prenait pas du tout la tournure qu’elle avait espéré. La pâte à pancakes, loin de donner de jolies petites crêpes épaisses, arrondies et lisses, avait pris l’aspect d’une grosse masse pleine de grumeaux, pratiquement impossible à manger. Non, complètement immangeable en fait. Le tout dégageait en plus une odeur absolument épouvantable. Elle tentait de faire de son mieux pour rattraper le massacre, mais force était de constater que ce que faisait Lafayette était loin d’être aussi facile qu’elle l’avait cru. Elle n’y comprenait absolument rien. Elle regrettait à présent de ne pas lui avoir demandé conseil avant. Elle était couverte de farine, le plan de travail était dans un état épouvantable et elle commençait à paniquer : qu’allait-il dire ? Est-ce qu’il allait se mettre en colère contre elle ? En tout cas, elle n’avait aucune envie d’être une source de problèmes, surtout après qu’il l’ait protégée et hébergée chez lui.

Mais alors qu’elle pensait que ça ne pourrait pas être pire, elle cassa en plus le saladier. Désespérée, elle commença à ramasser les morceaux de verre en faisant attention de ne pas se couper. Bon, elle devait avoir absolument tout nettoyé avant qu’il se réveille et voit ce désastre. Malheureusement, elle l’entendit prononcer son prénom. Trop tard. Elle n’avait plus qu’à se répandre en excuses. Elle crut néanmoins sentir une certaine angoisse dans la bouche du jeune homme.

« Henry ? »

Il ne tarda pas à apparaître dans l’embrasure de la porte et elle baissa les yeux, dépitée. C’est alors qu’il eut une réaction surprenante : il éclata de rire, ce qui la fit sourire elle aussi, même si elle se sentait toujours aussi stupide. Elle devait bien avouer que c’était plutôt comique, et au moins il ne semblait pas en colère contre elle. Elle le regarda ramasser le verre, tentant de faire de même à la main avec les gros morceaux, puis, elle mit le contenu de la pelle en plastique dans la poubelle, vérifiant qu’il n’y avait plus de morceaux par terre.
Lorsqu’il lui demanda ce qu’elle avait essayé de faire, elle se sentit un peu honteuse en voyant l’état de sa préparation.

« J’essayais de faire des pancakes, mais ça n’y ressemble pas vraiment. Ca avait pourtant l’air facile quand Lafayette le faisait. » Elle poussa un soupir découragé. « Je ne suis pas très douée. »

C’était le moins qu’on puisse dire. D’autant plus qu’elle avait oublié d’éteindre le feu sous la poêle et qu’une odeur de brûlé commençait peu à peu à s’élever sans qu’elle s’en aperçoive. Elle était beaucoup plus préoccupée par l’état de la cuisine, catastrophique. Elle même avait de la pâte sur le visage et de la farine plein les cheveux.

« Je sais que les humains aiment ça et je voulais te faire plaisir, après ce que tu as fait... Mais je suis une véritable catastrophe ambulante, je suis désolée... »

Elle avait volontairement relâché son attention sur le secret qu’elle s’était pourtant jurée de garder. Parce qu’elle avait envie de le lui dire. Elle ne le connaissait peut-être pas depuis si longtemps que ça, mais elle avait confiance en lui et après qu’il l’ait protégée de cette manière, après l’avoir mis en danger sans le vouloir, elle lui devait bien ça. Sans compter qu’il l’avait vue utiliser sa lumière et qu’il devait bien se douter qu’elle n’était pas une humaine ordinaire. Elle ignorait encore comment elle allait amener le sujet, mais celui-ci viendrait sans doute de lui même.
bohemian psychedelic
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Henry R. Jones


☩ Morsures : 281
☩ Points : 2089


Qui suis-je ?
Race: Humain
Pour ou contre les Vampires ?: Avec eux.
Relationships:

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Safe and Sound...At Last [Sally]   Lun 14 Avr - 21:11

« Safe and sound...at last »

« Henry et Sally »


Henry hocha pensivement la tête en découvrant ce que Sally avait voulu réaliser ce matin. Il essayait de voir ce qu'il y avait d'autre que la farine et le lait. Bon, des oeufs à priori, mais après. Il aurait voulu retenir la grimace qui lui vint à l'odeur qui émanait de la poëlle, ne voulant pas vexer ou rendre triste la rousse alors que ce qu'elle avait fait venait d'une excellente intention. Elle voulait le remercier de l'avoir sauvée la veille. Il ne dit rien pendant un moment, la laissant parler et il finit par hausser un sourcil. Voilà cette allusion qu'elle avait déjà faite la veille et qui avait déclenchée tant de questions dans l'esprit du brun. Des questions qu'elle lui avait proposé de répondre la veille alors qu'ils venaient de se réfugier. Il avait repoussé l'envie de lui poser ses questions parce que, sincèrement, la veille il n'avait eu qu'une seule envie: se prendre une douche et s'écrouler dans son lit. Il avait mangé un petit quelque chose histoire de dire qu'il n'avait pas le ventre vide pour dormir, mais sincèrement, il serait aller dormir sans rien dans l'estomac ça ne l'aurait pas empêcher de dormir comme une souche toute la nuit.

Maintenant, elle ramenait le sujet sur le tapis, ou du moins rappelait le sujet de la veille à Henry et ce dernier eut un moment de pause dans ce qu'il faisait avant qu'il ne pousse un léger soupir. Quelque part il ne voulait pas la brusquer à répondre à des questions possiblement invasives alors qu'elle se remettait à peine d'une nuit étrange, angoissante et traumatisante. Surtout pas alors qu'elle pensait être une catastrophe comme elle le disait elle-même. Okay, elle a raté ses pancakes et cassé un saladier. Et alors? Lui non plus ne savait pas faire de pancakes et des trucs cassés, il en a régulièrement. Ce n'est pas pour autant qu'il était une catastrophe ambulante. A son travail il était efficace et professionnel, il maniait particulièrement bien les brancards dans les virages un peu serrés. Alors il ne la laisserait certainement se rabaisser ainsi pour une chose aussi anodine. Il passa son bras indemne autour des épaules de la rousse, l'attirant à lui et se voulant réconfortant.

"Tu n'es pas une catastrophe Sally. Tu ne deviendras pas un grand chef étoilé et on prendra des saladier en plastique à l'avenir. Et alors? " il lui offrit un large sourire "En revanche tu fais de superbes bandages, d'ailleurs, il faudrait que tu refasses le mien...J'ai pris une douche hier soir...Mais j'ai dû défaire le tout beau que tu m'avais fait..." A son tour d'avoir l'air pas fier. il se détacha de Sally et alla vers le micro-onde et sortit l'assiette d'oeufs brouillés qu'il lui avait gardé, avant de l'y remettre pour la faire chauffer "Mais d'abord, on mange. Tu n'as rien avalé depuis hier soir il faut que tu manges un truc. Après on discutera."

Sur ces quelques mots il alla chercher la boîte de céréales et se fit un café, en proposant à Sally. Son ton était loin d'être inquisiteur, il voulait lui faire comprendre que oui, il aurait des questions pour elle mais qu'il était simplement curieux de ce qu'elle avait à lui dire. Car il n'était pas idiot, ça tenait du surnaturel, un élément dont il n'avait jamais entendu parlé jusqu'à maintenant. Comment voulez-vous que le scientifique en lui se retienne d'obtenir des informations sur une nouvelle créature surnaturelle? Mais en même temps, c'était Sally. Il devait respecter sa vie, ce qu'elle était. Il ne voulait pas risquer de poser des questions qu'il n'aurait pas le droit de poser où qui pourrait la mettre mal à l'aise...Il prit l'assiette chaude du micro-onde, la déposa avec le café et les céréales sur un plateau qu'il prit et se dirigea vers le canapé-lit déplié, où il déposa le petit déjeuner qu'il avait sorti et s'assit, en tailleurs, sur le lit défait. Il s'en fichait bien.

"Allez, viens manger."

© Chieuze


_________________
It's easy enough to be pleasant, when life hums along like a song.
But the man worth while is the one who can smile when everything goes dead wrong.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Sally Devereaux


☩ Morsures : 181
☩ Points : 1775


Qui suis-je ?
Race: Fée
Pour ou contre les Vampires ?: Contre eux.
Relationships:

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Safe and Sound...At Last [Sally]   Dim 20 Avr - 21:45

Safe and Sound...At Last

Elle avait causé un véritable carnage dans cette cuisine, inutile de revenir là dessus. Elle s’en voulait, clairement. Dans son esprit, elle avait imaginé réussir à préparer un délicieux petit déjeuner pour le remercier de lui avoir sauvé la vie, ni plus ni moins. Elle avait aussi imaginé que ce serait plus facile. En un tour de main, Lafayette sortait oeufs, bacon et pancakes comme si c’était simple. Et elle l’avait cru. Mais en voyant le résultat de ses tentatives culinaires, il y avait de quoi être désespéré. Elle n’était définitivement bonne à rien, pas même à faire quelque chose d’aussi simple qu’un petit déjeuner. Est-ce qu’elle arriverait un jour à se mêler aux humains ? Avec ce qu’il s’était passé hier, elle commençait à en douter... Elle dramatisait surtout les choses, et elle s’en rendit compte lorsqu’Henry lui signifia que rien de tout ça n’était vraiment grave. Elle se départit de son air désemparé et réussit enfin à sourire. Puis, alors qu’il l’attirait à lui, elle s’avança et le serra dans ses bras avec l’énergie un peu excessive qui lui était habituelle, manquant presque de les faire tomber tous les deux.

« Tu as raison ! Mais je voulais te faire plaisir... tu... tu m’as sauvé la vie hier soir... » ajouta-t-elle plus timidement. C’était la première fois que quelqu’un faisait quelque chose de ce genre pour elle. Elle était emplie d’un sentiment qu’elle avait du mal à définir. Elle se sentait... en sécurité, protégée. Ce qui ne lui était plus arrivé depuis que la reine Mabb avait pris le contrôle de la dimension féérique. « Je te referai ton pansement, promis ! » Elle l’embrassa rapidement sur la joue et se recula légèrement.

A l’instant où il sortit l’assiette du micro-onde, elle respira la délicieuse odeur des oeufs et réalisa à quel point elle mourait de faim. Elle avait le sentiment de ne pas avoir mangé depuis plusieurs jours alors que la veille elle aurait sans doute été incapable d’avaler quoique ce soit. Elle le suivit jusqu’au salon et s’assit sur le canapé-lit à ses côtés. Elle commençait à se sentir réellement à l’aise dans cet appartement. Elle prit une assiette et prit une partie des oeufs qu’elle commença à manger directement. Elle avait tellement faim qu’elle ne s’embarrassa pas de manières. Une fois que son appétit fut un peu calmé, elle leva les yeux vers Henry, affichant un sourire un peu embarrassé mais néanmoins soulagé. C’était fini. Ils étaient en plein jour, elle était en sécurité. Mais ils allaient devoir parler maintenant. Elle avait envie de dire ce qu’elle avait sur le coeur. Elle détestait mentir, et surtout lui mentir. Il était devenu réellement important pour elle, elle s’en rendait compte. Elle posa son assiette sur ses genoux et resta silencieuse quelques instants, avant de reprendre la parole.

« Henry... Tu as dû t’en rendre compte mais... Je ne suis pas vraiment humaine. Et quand je t’ai dit que je venais d’un endroit loin d’ici... Je parlais de quelque chose de vraiment loin comme... une autre dimension... »

Bon, deux solutions : soit il serait intrigué et demanderait davantage d’explications, soit il refuserait de la croire. En effet elle avait pu constater à quel point le secret de l’existence des fées avait été soigneusement conservé. Rares étaient les créatures qui en avaient entendu parler et encore plus celles qui avaient eu l’occasion d’en voir une. Même pour les vampires, elles n’étaient pas identifiées. Il s’agissait seulement d’individus dont l’odeur était inexplicablement délicieuse. Elle avait tant de choses à lui dire... par où commencer ? Elle n’avait plus qu’à espérer qu’il ne la jetterait pas dehors ensuite...
bohemian psychedelic
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Henry R. Jones


☩ Morsures : 281
☩ Points : 2089


Qui suis-je ?
Race: Humain
Pour ou contre les Vampires ?: Avec eux.
Relationships:

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Safe and Sound...At Last [Sally]   Jeu 15 Mai - 19:04

Henry R. Jones a écrit:
« Safe and sound...at last »

« Henry et Sally »


La réaction de Sally était compréhensible et attendrissait profondément Henry. Bon, il avouait volontiers qu'il avait été tout aussi surpris de ses propres réactions la veille au soir que Sally. Il se connaissait comme étant le petit génie méconnu et qui préfère amplement rester dans l'ombre, le type qui serait le soutien technique de toute équipe de super-héros. Pas le héros qui sauvait tout le monde. D'accord, il n'avait sauvé que deux vies: la sienne et celle de la rousse mais pour quelqu'un qui n'était pas formé pour cela, c'était déjà monumental, vous ne pensez pas? Oui, les chevilles vont bien. Non, plus sérieusement, en s'imaginant face à un vampire agressif, il aurait cru beaucoup plus facilement qu'il reste tétanisé qu'il n'arrive à courir. Pourquoi? Eh bien parce que malgré tout ce qu'il savait sur les vampire - ou plutôt à cause - il ne se voyait pas du tout pouvoir échapper à un vampire. Alors avoir réussi à éviter la mort lors d'une entrevue avec un vampire agressif relevait du miracle. Merci l'intervention des forces armée en fait. Enfin, passons, ce ne sont que des détails. Ce qu'il voulait dire, mais son cerveau avait tendance à s'embrouiller quand il tentait d'expliquer quelque chose, c'est qu'il ne croyait pas encore ce qu'il avait fait, malgré sa blessure légère et ce que Sally ne cessait de répéter. Il sortit de ses pensées quand elle déposa un bisou sur sa joue et il tourna la tête à droite puis à gauche en se demandant une seconde ce qu'il venait de se passer. Puis elle lui parla de refaire son bandage et il sourit, ce grand sourire de gamin qu'il arborait et que certains de ses collègues à l'hôpital trouvaient énervant au possible.

Ils allèrent s'installer sur le lit et elle mangea avec appétit, ce qui rassura grandement Henry (même s'il devrait quand même l'emmener voir un médecin à l'hôpital) sur l'état de santé de la rousse. Il mangea son propre bol de céréales en l'observant manger. Voir la preuve concrète qu'elle était bien là, qu'il avait réussi à l'aider la veille au soir. Quand elle reposa son assiette, il se rendit compte à quel point il avait fixé la jeune femme avec ce petit sourire rassuré sur le visage et reprit la tâche de finir son bol de céréales. Sally avait repris la parole et il l'écouta attentivement tout en continuant de manger, pour finir avec des yeux ronds comme des soucoupes, la cuillère figée dans sa bouche, n'en croyant pas ses oreilles. Elle qui était hésitante à dire ce qu'il en était de sa nature, Henry avait le cerveau déjà en ébullition de nombreuses questions quant à cette éventualité d'autre dimension. Il finit sa bouche avec empressement et posa son bol sur le sol pour se focaliser uniquement sur la jeune femme.

"Alors, qu'on se comprenne bien, quand tu dis autre dimension, tu veux dire genre une dimension parallèle comme l'univers miroir dans Star Trek?" il ne se rendit compte que trop tard qu'elle ne connaissait probablement pas la référence et se reprit vite "Enfin Star Trek importe peu ici. Continue ton explication, tu m'intrigues d'autant plus...Tu es quoi en fait?"

Il ne voulait rien d'autre que d'entendre ce qu'elle avait à lui raconter, toute son histoire et qui elle était, d'où elle venait...

© Chieuze


_________________
It's easy enough to be pleasant, when life hums along like a song.
But the man worth while is the one who can smile when everything goes dead wrong.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Sally Devereaux


☩ Morsures : 181
☩ Points : 1775


Qui suis-je ?
Race: Fée
Pour ou contre les Vampires ?: Contre eux.
Relationships:

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Safe and Sound...At Last [Sally]   Jeu 22 Mai - 7:38

Safe and Sound...At Last

Elle craignait de ne pas pouvoir exprimer suffisamment sa reconnaissance envers lui. Il lui avait sauvé la vie. Sans lui, elle aurait très probablement été le repas d’un vampire à l’heure qu’il est. Il avait pris soin d’elle, et ce depuis le début. Elle n’avait pas été honnête avec lui dès le départ et se rendait bien compte qu’elle avait eu tort de ne pas lui dire la vérité plus tôt, de ne pas lui avoir fait confiance avant. Elle l’avait mis en danger et ne pourrait pas se le pardonner si facilement. C’était pour ça qu’elle insistait pour tout lui dire à présent. Mais d’abord, le petit déjeuner, qu’elle dévora en un rien de temps, affamée comme elle l’était après toutes ces émotions et une longue nuit de sommeil passée sans s’alimenter. Elle avait des courbatures partout, mais elle était beaucoup moins fatiguée et un peu de remise de ses émotions. Le petit déjeuner lui sembla délicieux, et surtout lui permit de se sentir un peu moins nauséeuse. Lorsqu’elle se tourna vers lui, elle se rendit compte qu’il la regardait et sourit. Il avait cette expression qui produisait toujours chez elle cette sorte de sensation qu’elle avait encore du mal à définir, un peu comme si elle se liquéfiait.

Elle avait posé l’assiette et s’était mise à parler. Il était temps de commencer à tout lui expliquer, alors qu’ils étaient tous deux reposés, et surtout en sécurité. En voyant l’air choqué qui s’imprima sur le visage du jeune homme alors qu’elle lui parlait de la dimension féérique, elle comprit que les explications risquaient d’être longues. Forcément, tout ça n’avait rien à voir avec les vampires, les métamorphes ou les lycans : les fées étaient des êtres rares et encore inconnus de la plupart des gens. Elle espérait que sa réaction serait plutôt positive.

« Star quoi ? » demanda-t-elle avec un air ahuri. Voyant qu’il laissait tomber, elle continua. « C’est une sorte... d’autre monde. C’est loin et en même temps proche. Il y a une entrée au cimetière de Bon Temps. » Venait l’instant de vérité. Elle prit une profonde inspiration et le regarda. « En fait... je suis une fée. »

Elle laissa échapper un sourire embarrassé. Le mot était lâché. Il ne la croirait peut-être même pas. Quoiqu’il y avait tellement de choses bizarres en ce monde que les fées n’étaient pas ce qui se faisait de plus étrange au fond. Elle lui laissa quelques instants, le temps de digérer la nouvelle avant de compléter ses explications. Il était grand temps de lui dire pourquoi il risquait d’autant plus sa vie en restant avec elle.

« Il faut que je te dise quelque chose d’autre. Voilà je... nous les fées avons une particularité... Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais notre sang attire les vampire. C’est irrésistible, comme une sorte de drogue. C’est pour ça qu’ils étaient aussi attirés par moi hier soir. J’aurais dû te le dire avant. Je t’ai mis en danger, je suis désolée... »

Son sourire disparut et son visage prit une toute autre expression, indiquant clairement qu’elle était sur le point de fondre de nouveau en larmes. S’il avait été gravement blessé à cause d’elle, ou pire, elle ne se le serait jamais pardonné. Elle se rendait compte qu’elle tenait réellement à lui, malgré le fait qu’ils se connaissent depuis si peu de temps.
bohemian psychedelic
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Henry R. Jones


☩ Morsures : 281
☩ Points : 2089


Qui suis-je ?
Race: Humain
Pour ou contre les Vampires ?: Avec eux.
Relationships:

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Safe and Sound...At Last [Sally]   Mar 24 Juin - 7:43

« Safe and sound...at last »

« Henry et Sally »
Les explications de Sally était confuse au départ, mais à la limite, ça faisait sens. Dans tout ce qu'il avait pu lire/voir/étudier/whatever, il avait cru comprendre qu'effectivement, les dimensions parallèles étaient à la fois loin de nous, dans ce sens qu'elles sont des univers totalement différents mais pas forcément si loin que cela d'un point de vue purement géographique. Après tout, il n'y avait qu'un mur qui séparait la dimension du Tenth Doctor de celle où s'était retrouvée coincée Rose...Mais on s'égare là. Pour tenter de se concentrer au mieux avec son cerveau qui finissait de se réveiller, Henry préféra poser son bol de céréales sur le côté, se focalisant sur Sally et ce qu'elle disait. Elle réussit un exploit d'ailleurs: celui de faire perdre la parole à l'humain. Comment? En lui annonçant qu'elle était une fée. Le silence était surtout due à la bataille interne entre sa conscience réaliste qui riait très fort en affirmant "ah! c'te bonne blague" et son côté geeko-scientifique qui partait déjà dans tous les sens à ce que cela voulait dire. Il reprit cependant les pieds sur terre quand elle lui affirma que le sang de fée avait un effet de drogue sur les vampires. Sérieux...Alors le sang de vampire est un drogue chez les humains et le sang fée était une drogue pour les vampires. Une petite voix appartenant à la partie dérangée de sa curiosité se demandait si ça changeait quelque chose de donner du sang de vampire qui avait du sang de fée dans les veines à un junkie au V...Mais c'est parti aussi vite que c'est arrivé.

Il allait dire quelque chose, pas forcément quelque chose de très intelligent d'ailleurs, quand il prit conscience de la tête que faisait Sally. Il l'avait suffisamment vu ces vingt-quatre dernières heures pour savoir ce que ça voulait dire: des larmes. Ils en avaient eu suffisamment hier soir cependant. Alors il lui sourit, ce sourire un peu niais mais tendre qu'il avait parfois, et déplaça l'assiette maintenant vide pour aller la prendre dans ses bras. Une de ses mains faisait des ronds rassurant dans le dos de Sally, pour tenter de la calmer.

"T'en fais pas, l'important c'est qu'on soit tous les deux là okay?" il la lâcha pour pouvoir la voir, gardant une main dans sa nuque "Okay, tu m'aurais prévenu avant que les vampires risquaient de particulièrement t'apprécier, ça aurait été mieux, c'est vrai. Mais je comprend aussi que tu n'ai pas voulu trahir ton secret. Si JE n'ai jamais entendu parler des fées, et crois-moi j'ai entendu parler de beauuuuucoup de choses étranges, c'est que vous devez bien garder votre secret, je comprends. Alors ne te bile pas pour ça. En plus, une fée, c'est chouette. C'est plus sympa que les vampires ou les garous d'un point de vue sociabilité. Non parce que les loups sérieux, ça devrait pas être des loups mais des ours!"

D'accord, blague pas drôle mais si ça faisait au moins sourire un peu Sally, ça lui suffisait amplement. Il comprenait très bien qu'elle ait été traumatisée par ce qu'ils avaient vécus hier mais il ne fallait pas qu'elle porte le blâme, même si les vampires l'on prise pour une friandise d'Halloween. Il lui offrit un nouveau sourire et se leva ensuite, attrapant la vaisselle en même temps.

"Bon, je dépose ça dans l'évier et puis on va refaire ce bandage?"

© Chieuze


_________________
It's easy enough to be pleasant, when life hums along like a song.
But the man worth while is the one who can smile when everything goes dead wrong.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Sally Devereaux


☩ Morsures : 181
☩ Points : 1775


Qui suis-je ?
Race: Fée
Pour ou contre les Vampires ?: Contre eux.
Relationships:

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Safe and Sound...At Last [Sally]   Mar 8 Juil - 18:04

Safe and Sound...At Last

Elle se sentait extrêmement nerveuse. Elle avait craint surtout que ce soit difficile à croire, et en voyant l’air perplexe que prenait le jeune homme, elle commençait à croire qu’elle avait peut-être eu raison. Elle avait pu constater à quel point les humains pouvaient se montrer sceptiques, même si bien sûr ils avaient tous fini par admettre l’existence des vampires et lycans. Mais en ce qui concernait les fées, c’était totalement différent. Elles étaient plutôt rares et avaient consciencieusement dissimulé leur existence au commun des mortels, pour des raisons évidentes. Mais leurs principaux prédateurs demeuraient les vampires. Elle l’avait su au moment où elle avait décidé de quitter son monde. Elle avait su qu’elle quittait un danger pour se jeter dans la gueule d’un autre et foncer vers l’inconnu. Mais elle avait choisi la liberté. Elle ne s’attendait pas à ce que les choses soient aussi difficiles. Elle avait connu de vrais moments de peurs, mais jamais autant que la nuit dernière. Elle n’en revenait toujours pas de s’en être sortie vivante. Mais elle regardait Henry et elle se disait que rien que pour le fait de l’avoir rencontré, cela avait valu la peine. Donc elle lui avait parlé. Elle lui avait raconté. Et étrangement, elle se sentit soulagée. Du moins, jusqu’au moment où elle évoqua ce qu’il s’était passé la nuit dernière. Ce qu’il avait risqué, à cause d’elle. Et le temps ne fut guère long avant que les larmes ne lui viennent de nouveau aux yeux.

Lorsqu’il la prit dans ses bras, elle se laissa faire. C’était quelque chose qu’elle aimait toujours particulièrement, un contact qu’elle appréciait même de plus en plus et qui la réconfortait à chaque fois de la même manière, faisant peut-être battre son coeur un peu plus fort. Il n’était pas en colère contre elle. C’était là un immense soulagement. Au contraire, il chercha même à la réconforter et elle se sentit immédiatement mieux. Il parvint même à la faire rire, c’est pour dire, et à ainsi prévenir un éventuel flot de larmes. « C’est vrai, tu ne m’en veux pas ? » Elle ignorait s’il réalisait à quel point les révélations qu’elle venait de lui faire étaient une preuve de la confiance qu’elle lui accordait. Elle-même ne le réalisait peut-être pas d’ailleurs. Mais de nouveau elle se sentait mieux. Elle avait bien fait de tout lui dire. Même si tout n’était pas réglé, elle détestait avoir à cacher sa véritable nature, une tâche bien plus difficile qu’il n’y paraissait.

Elle se redressa et se leva également lorsqu’il proposa qu’ils refassent le pansement. « D’accord ! » Elle prit également sa vaisselle à elle et se dirigea derrière lui vers la cuisine. Elle resta immobile quelques instants, réfléchissant, avant de se tourner de nouveau vers lui avec enthousiasme. « Pour me faire pardonner de ne pas t’avoir prévenu plutôt, j’ai pensé à quelque chose : tu peux poser toutes les questions que tu veux sur les fées, j’y répondrai. J’imagine que tu dois en avoir. » Elle ne le connaissait peut-être pas depuis bien longtemps, mais suffisamment pour savoir qu’il devait avoir un million de questions en tête à l’heure actuelle. « En revanche... je pense que tu l’as déjà compris, mais tu ne dois en parler à personne. Tu promets ? » Elle le regarda intensément. Elle lui faisait confiance oui, mais elle avait besoin d’entendre ces mots sortir de sa bouche. Si sa véritable nature se savait, elle serait en danger et elle l’avait parfaitement compris.
bohemian psychedelic
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Safe and Sound...At Last [Sally]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[FLASHBACK] Safe and Sound...At Last [Sally]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Till the Last Drop :: RP terminés-