Partagez | 
 

 Daddy's little girl [Alana&John]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

John Huntingdon


☩ Morsures : 418
☩ Points : 2516


Qui suis-je ?
Race: Vampire
Pour ou contre les Vampires ?: Neutre
Relationships:

MessageSujet: Daddy's little girl [Alana&John]   Dim 10 Nov - 20:32


Daddy's little girl


Bob Carlisle ▽ There's two things I know for sure
She was sent here from heaven, and she's Daddy's little girl.
John était de garde ce soir à l'hôpital. Il venait de passer deux longues heures aux urgences, et avait été transféré aux consultations pour le reste de la nuit. Son absence non justifié de quelques jours, lui avait causé des tords auprès d'Andy son chef, mais il s'en fichait. Il n'était pas d'humeur et l'avait envoyé sur les roses. Au diable les conséquences !  Il n'en avait que faire de l'aspect arrogant de son supérieur. John accueillit plusieurs familles... Vu l'heure, c'était surtout des fins de soirées qui ont terminé mal qui venaient frapper à sa porte. Des nez cassées, contusions... Quelques petites urgences familiales... des choses tout à fait banales au final ! Mais personne ne lui avait préparé à ce qu'il allait vivre.

Il était l'heure pour John. Il voulait aller retrouver Eleanora afin qu'ils viennent à faire des recherches d'une nouvelle maison ensemble. John ferma et alla jusqu'à son casier. Il déposa sa blouse et chercha après son portable. Il soupira, dans sa précipitation, il l'avait oublié dans la salle de consultation. Il finit de ranger le reste de ses affaires. Pour ne pas perdre de temps, il attrapa sa veste qu'il enfila et prit sa sacoche de travail. Il regarda rapidement l'heure à sa montre.

Il ferma son casier et repartit récupérer son téléphone. John entra dans la salle, il ne s'attendait pas à trouver quelqu'un au milieu de celle-ci si bien qu'il sursauta. Même si son coeur ne battait plus à proprement parlé, la sensation restait désagréable. Il fronça les sourcils et alpagua la personne qui ne semblait pas être de l'hôpital.

« Mademoiselle... les consultations sont fermées. Je vais vous demander de quitter les lieux, s'il vous plait. »

Il attrapa rapidement son téléphone qu'il fit glisser dans sa poche. Il se tourna vers la jeune fille blonde qui ne semblait pas vouloir bouger. En croisant son regard, John eut une drôle de sensation. Une émotion étrange qui le troubla. Il fronça les sourcils. Son visage n'était pas inconnu à l'homme mais il n'arrivait pas à savoir qui elle était. Son cerveau réfutant la possibilité qu'elle soit la personne qu'elle était. C'était tout bonnement impossible pour lui. Puis cette odeur... Incomparable. C'était une fée. Il pouvait facilement les reconnaitre maintenant. Voyant qu'elle ne semblait pas hostile, John ne voulait pas se montrer encore une fois brusque. Il lui fit un léger sourire et lui dit:

« Écoutez... Si vous avez un problème je veux bien vous aider, mais disons que je viens de terminer mon service et ce soir... j'avais des choses de prévu. Je sais ce que vous êtes... Enfin... je peux le sentir... Mais... »

Il ne pouvait s'empêcher de détailler son visage de ses yeux bleues foncés. Il semblait vraiment la connaitre, comme si il la connaissait depuis toujours mais impossible de se rappeler.

« ... J'ai l'impression de vous connaitre... mais c'est impossible. J'ai une bonne mémoire des visages et le votre ne me revient pas... Enfin c'est étrange. Vous vous appelez comment ? »

John n'était pas un homme à laisser les gens derrière lui sans les écouter et sans pouvoir les aider. Il tentait toujours de faire quelque chose. Générosité était un mot qui lui allait bien. Et il avait un mystère à résoudre.
(c) AMIANTE


_________________
    breathe me
    I have lost myself again, Lost myself and I am nowhere to be found, Yeah I think that I might break. I've lost myself again and I feel unsafe. Be my friend. Hold me, wrap me up. Unfold me. I am small, And needy. Warm me up, And breathe me. breathe me - sia
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Daddy's little girl [Alana&John]   Lun 11 Nov - 15:54


"Daddy's little girl"





&



J'avais mis un peu de temps avant de trouver une piste sur mon père. En traversant le portail, j'avais atteri à Shreveport, ville dont je n'avais jamais entendu parlé. Et lorsque j'appris que j'étais sur le territoire américain,je fus un peu effrayée. J'avais souhaité arriver dans un endroit non loin de l'endroit où se trouvait mon père, je ne m'attendais pas à me retrouver sur le sol américain.
Que ce monde avait changé depuis mon départ.

J'appris à utiliser les nouveaux outils que ce monde offrait. Internet... Quelle merveille. Tout à porté de main en l'espace de très peu de temps et ce, sans bouger de chez soi.

Tout cela m'avait appris que mon père était devenu médecin à l'hopital de Shreveport. Mon lieu d'arrivée prenait alors tout son sens.

Ce soir, portée par la même euphorie qui m'avait envahie lorsque j'avais appris qu'il était en vie, je me suis rendue sur son lieu de travail. J'ai attendu un long moment la fin de son service avant d'entrer dans la salle des consultations. Il y revint pour prendre son portable, oublié sur une tablette :

« Mademoiselle... les consultations sont fermées. Je vais vous demander de quitter les lieux, s'il vous plait. »

Froid mais courtois. Il devait être fatigué. C'est dingue. Il n'avait pas changé depuis toutes ces années. Pas un seul cheveux blancs, malgré tout le souci que la perte de sa famille avait du lui causé.
Il reprit la parole, plus doux cette fois :
« Écoutez... Si vous avez un problème je veux bien vous aider, mais disons que je viens de terminer mon service et ce soir... j'avais des choses de prévu. Je sais ce que vous êtes... Enfin... je peux le sentir... Mais... »

Le sentir ? Il pouvait me sentir... Mabb disait que les vampires étaient attirés par l'odeur de notre sang et que c'était pour cela que les fées avaient du se retrancher dans le monde des fées.

« ... J'ai l'impression de vous connaitre... mais c'est impossible. J'ai une bonne mémoire des visages et le votre ne me revient pas... Enfin c'est étrange. Vous vous appelez comment ? »

Obnubilée par le détail de sa personne, je ne répondis pas tout de suite. Rien n'avait changé chez lui. C'était comme s'il avait seulement avancé dans les années, sans subir l'impact du temps. Cafouillant sous l'émotion grandissante, je finis tout de même par lui apporter une réponse :


« Oui... Je... Tu euh nan vous... Enfin... Oui, nous nous connaissons... »

Balancé de but en blanc un « Coucou papa tu te rappelle de moi ? T'as vu comme j'ai grandi ! » n'était pas dans mes cordes, et de toute façon, il ne me semblait pas que cela soit la meilleure façon d'annoncer à son père que sa fille, du moins l'une d'entre elle, n'était pas morte comme il le croyait.
Passé la contemplation, je me réalisais soudainement que devant moi, se tenait un homme que je croyais mort depuis dix ans, et que j'avais tenté de retrouver par tout moyen. Les larmes de joie de l'avoir retrouvé, et de tristesse de ne pas avoir entamé mes recherches plus tôt, me montèrent aux yeux. Et c'est en larmes que je m'avançais vers lui pour le serrer dans mes bras :

« Papa... Papa, je voulais... pas de ma faute... »

De quoi voulais-je m'excuser ? De ne pas avoir pu et su protéger maman ? De ne pas être restée à coté de la maison au cas où il reviendrait ? De l'avoir cru mort ? D'avoir abandonnée Freya à des humains inconnus ? De tout ça à la fois ?

© Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar

John Huntingdon


☩ Morsures : 418
☩ Points : 2516


Qui suis-je ?
Race: Vampire
Pour ou contre les Vampires ?: Neutre
Relationships:

MessageSujet: Re: Daddy's little girl [Alana&John]   Lun 11 Nov - 21:43


Daddy's little girl


Bob Carlisle ▽ There's two things I know for sure
She was sent here from heaven, and she's Daddy's little girl.
John avait cette drôle de sensation en lui en l'observant mais il ne saurait la décrire. Oui, il la connaissait, tous ses sens l'avait reconnu, mais sa raison lui faisait faire un autre chemin. Il continuait donc de l'observait et attendait que la jeune demoiselle viennent à lui résoudre ce mystère avant de quitter l'endroit. Elle semblait autant perturbé que lui. Ils s'observaient tous les deux étrangement. Comme si ils ne voulaient pas perdre un seul détail de leurs retrouvailles. Elle bafouilla. Et elle acquiesça quant au fait qu'ils se connaissaient. D'accord, mais où ? Elle avait du mal à articuler clairement. John fronça les sourcils et allait continuer... Lui poser des questions.

Il ne s'attendait pas à ce que la demoiselle se jette dans ses bras littéralement. John resta un instant perdu, les mains en l'air et ne savant pas trop où les poser. Il était déstabilisé. Avait-il manqué quelque chose ? Aussi prêt, il n'avait plus aucun doute, c'était bien une fée. Puis elle prononça ces mots, ces premiers mots qui firent chavirer totalement son coeur et sa conscience. Papa ? Avait-il bien entendu ? Sa fille ? C'était impossible ! Non, elle était morte ! Et même si elle avait survécu, trop d'années avaient passé, elle serait morte de vieillesse. Comment est-ce possible ? Ce fut au tour de John de rester sans voix, totalement pétrifié. Il secoua d'abord la tête négativement et recula doucement la jeune femme pour la regarder.

Son souffle était court, il était sous le choc. Il la maintenait par les épaules. Il souffla difficilement.

« ... Ce n'est pas possible... Ma fille est morte... Mes deux filles et ma femme ! Vous ne pouvez pas être elle ! Ce n'est pas possible... Et quand bien même, plus de 300 ans ont passé... Et les fées ne sont pas éternelles... Je le saurai non ? »

Non... Il ne savait rien des fées... Il ne savait strictement rien de leur petit monde féérique qu'elles se gardaient bien de transmettre aux gens de son espèce. Mais plus il la regardait, plus les doutes s'envolèrent. Ce visage qui lui rappelait tellement Eleanora. Ses yeux bleues marines comme les siens. Une couleur tellement typique de leur famille. Son visage... Sa grande fille était là. Oui, c'était ca. Une larme de sang coula le long de sa joue. Il restait pétrifié un moment.

Elle était là ! Oui, c'était elle ! Comment ? Mais comment ? Il commença à pleurer. Ses mains glissèrent le long de ses joues. Il lui prit le visage et la regarda longuement. Elle était en vie et en forme. Il lui sourit alors, mais ses jambes tremblaient sous l'émotion. Il la prit de nouveau dans ses bras et la serra fort contre lui.

« Alana... Ma chérie... Ma petite puce... Mon Dieu ! Comment est-ce possible ? Je suis désolée, j'ai cru que tu étais morte... Si j'avais su... J'aurai remué ciel et terre pour te retrouver... Mais je suis là... Tout va bien maintenant ! Ma petite fille... Ma toute petite fille... »

Il passa une main dans ses cheveux et continua de la garder près de lui. Il avait arrêté de penser. Il voulait juste profité de cette révélation qui venait de lui rendre la joie de savoir qu'au moins une de ses filles avaient survécu. Elle était en vie ! Il allait faire en sorte qu'elle vive heureux jusqu'à la fin de ses jours. Sa chair ! Son sang !

(c) AMIANTE


_________________
    breathe me
    I have lost myself again, Lost myself and I am nowhere to be found, Yeah I think that I might break. I've lost myself again and I feel unsafe. Be my friend. Hold me, wrap me up. Unfold me. I am small, And needy. Warm me up, And breathe me. breathe me - sia
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Daddy's little girl [Alana&John]   Mar 12 Nov - 17:12


"Titre du topic"






&




J'en était toute retournée. Le revoir après tant de temps... Lui n'y croyait pas. Je sentais une certaine distance quand je l'ai serré dans mes bras, ce qui me blessa un peu. Mais quoi de plus naturel de sa part. Seul les vampires étaient immortels, et je n'était qu'une fée. Bien entendue, je serais morte si je n'étais pas allée dans le monde des fées. Plus de trois siècles s'étaient écoulés, et j'étais aussi vivante que lui, façon de parler bien sûr puisqu'un vampire n'est pas vraiment vivant, biologiquement parlant.  Avec douceur, il me repoussa légèrement, m'observant tout comme je l'observait avec des yeux embués de larmes. A ses paroles qui suivirent, je secouais la tête. Non, dix ans seulement s'étaient écoulés pour moi. Dix années seulement. Le temps ne s'écoulait donc pas de la même manière entre ces deux mondes.  Si pour lui de l'eau avait coulé sous les ponts, c'était bien plus frais pour moi. Respirant bien à fond, je tentais de reprendre un peu mon calme. Mon père avait besoin d'explications. Il avait raison. Je devrais être morte et enterrée depuis des années.

Prenant mon visage entre ses mains il me détailla. Sa peau était froide mais aussi douce que dans mes souvenirs. Je fermais un court instant les yeux pour me remémorer toutes les fois où il guérissait un bobo. C'était comme si entre ses mains j'avais de nouveau quatre ans. Il réussit même à m'arracher un demi-sourire.
Petit à petit, il sembla réaliser que j'étais bel et bien là. Que sa fille était vivante, entière. Une larme rouge coula sur sa joue.... Rouge ? Pouvait-on être heureux au point de pleurer du sang ? Intriguée, mais pas effrayée ou déstabilisée pour deux sous, j'approchais ma main de son visage et essuyais du pouce sa perle rouge.
Il finit par me serrer dans ses bras, passant sa main dans mes cheveux :

« Alana... Ma chérie... Ma petite puce... Mon Dieu ! Comment est-ce possible ? Je suis désolée, j'ai cru que tu étais morte... Si j'avais su... J'aurai remué ciel et terre pour te retrouver... Mais je suis là... Tout va bien maintenant ! Ma petite fille... Ma toute petite fille...

-Papa... Papa c'est rien... Tu pouvais pas savoir, personne ne pouvait, parvins-je à murmurer, le nez enfoui dans son cou.

Je passais quelques secondes, ou même quelques minutes, comme ça, dans les bras de mon père, le serrant aussi fort que possible. Comme ça faisait du bien. Une partie du vide qui s'était brutalement creusé il y a dix ans s'était comblé en quelques secondes. Bien sur, il restait le vide de ma mère et de ma sœur, cette dernière qu'aucun d'entre nous n'avait vu grandir d'ailleurs. N'ayant déjà plus de larmes à verser, les yeux rougis, je me décollais de mon père, sans le lâcher pour autant :

«  Papa, je ne te repproche pas de ne pas m'avoir cherchée. Même moi je t'ai longtemps cru mort. C'était ce qu'on m'avait dit. Oh mon papa... Comme tu m'as manqué, comme j'aurais aimé que rien ne soit arrivé, tout aurait été si simple... »

Ses yeux auraient encore brillés de larmes s'il avait été humain, j'en suis certaine. Quant à moi, je devais vraiment ressembler à un albinos. Du pouce, j'essuyais une dernière larme sur ma joue.



© Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar

John Huntingdon


☩ Morsures : 418
☩ Points : 2516


Qui suis-je ?
Race: Vampire
Pour ou contre les Vampires ?: Neutre
Relationships:

MessageSujet: Re: Daddy's little girl [Alana&John]   Mar 12 Nov - 20:07


Daddy's little girl


Bob Carlisle ▽ There's two things I know for sure
She was sent here from heaven, and she's Daddy's little girl.
Il n'arrivait pas à y croire et pourtant c'était réel. Alana était là, contre lui. Son odeur, la chaleur de son corps. Son coeur battait fort dans sa poitrine. Elle était vivante. John la serra contre lui, tout en caressant ses cheveux. Trois cent ans ! Trois cent ans, sans elle ! Comment avait-il pu imaginer qu'il la reverrait et surtout pas dans cette situation. Avec tous ces dangers à l'extérieur, comment était-ce possible ? John avait des tas de questions pour sa fille... Comment ? Pourquoi ? Où était elle ? Que s'est il passé cette nuit là. Il se recula, les joues rougis par les larmes de sang qui avaient coulé en abondance sur ses joues. Il continua de regarder son visage, laissant ses mains sur ses épaules, ne voulant pas la quitter, la laisser partir. Plus jamais... Il la garderait toujours auprès de lui. Elle le croyait donc mort ? Ce n'était pas totalement faux au final. John passa une main sur sa joue, cueillant les larmes versées de sa petite fille.

Il l'observait. Elle avait tellement grandit, mais elle était bien leur fille. Ce visage ! Elle ressemblait tellement à sa mère mais en même temps, John pouvait se voir dans chacun de ses traits. Il avait tellement de questions... Et surtout, il voulait tellement la protéger. Il lui caressa le visage et approcha ses lèvres de son front pour lui déposer un baiser protecteur et délicat.

« Chuuut... Ca va aller... Ca va aller maintenant... Regarde moi. »

Il se mit face à elle et lui sourit avec toute la tendresse qu'il avait pour elle. Il retrouvait son âme de père à l'instant présent.

« Explique moi... J'ai besoin de savoir ce qu'il s'est passé... Explique moi parce que je ne comprends pas tout ! Que s'est il passé ? Qui sont les personnes qui t'ont dit que j'étais morts ? Ta soeur ? Ta mère ? Je... C'est assez confus encore pour moi... »

Lui aussi il avait des choses à lui dire. Son mariage avec Eleanora. Eleanora qui est la réincarnation de sa mère... Il devait la prévenir... Lui dire ce qu'il s'était passé de son côté. Il se recula un instant, se frottant les joues pour retirer le sang qui avait coulé. Il ne devait pas être présentable à voir et il ne voulait pas qu'Alana le voit comme ca.

« Ils n'ont pas tout à fait tord. Je suis mort dans un sens... Enfin je l'étais... »

Il trouva le robinet de son cabinet, et se passa le visage à l'eau, avant de prendre une serviette et de s'essuyer convenablement. Il s'appuya un moment sur le rebord et souffla longuement pour reprendre contenance et revenir près d'elle, en lui attrapant la main.

(c) AMIANTE


_________________
    breathe me
    I have lost myself again, Lost myself and I am nowhere to be found, Yeah I think that I might break. I've lost myself again and I feel unsafe. Be my friend. Hold me, wrap me up. Unfold me. I am small, And needy. Warm me up, And breathe me. breathe me - sia
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Daddy's little girl [Alana&John]   Mar 12 Nov - 22:18


"Titre du topic"






&



Vraiment... C'est dingue cette... conservation. Il 'avait pas bougé depuis tout ce temps, pas une ride en plus, pas un cheveux blanc de plus rien. Même ses mimiques restaient les mêmes. Et elles étaient aussi claires dans mon esprit que si j'avais vécu avec lui ces dix dernières années. Son baiser sur mon front me fit sentir toute fragile et un frisson me parcoura le dos et hérissa mes petits cheveux présents sur ma nuques. Papa avait le visage barbouillé de sang. Alors c'était ainsi que les vampires pleuraient... Du sang... On pleure ce que l'on boit apparemment.
Je levais les yeux vers lui, obéissante comme je l'avais toujours, du moins souvent, été. Larmes séchées et émotions un peu apaisée, je commençais à lui livrer le secret de ma survie alors qu'il allait se nettoyer le visage, tout en m'asseyant sur la table de consultation :

« Le lendemain du jour où tu as disparu, des gens du peuple ont forcé l'entrée de la demeure. En entendant du bruit, je me suis levée et j'ai trouvée maman dans le couloir... Elle... Elle m'a donnée Freya et nous nous sommes réfugiées dans le petit salon privé au rez de chaussée. »

Je marquais des pauses régulières. C'était la première fois je crois, que j'évoquais cette nuit d'horreur, la pire de toute ma vie. Parler du décès de maman, c'était la chose la plus difficile qu'il m'était donnée de faire.

« Maman nous a caché derrière le panneau secret... juste à temps. Des villageois sont entrés et l'ont encerclée, en la menaçant avec des fourches et des faux... Je voyais toute la scène à travers une fissure dans le panneau. »

J'avais une énorme boule dans la gorge qui me faisait de plus en plus mal. J'étais entrain d'aborder le point le plus sensible des évènements. Annoncer à papa comment maman était morte, tout en ayant la scène qui se déroule dans notre tête, comme un poème ou une chanson que l'on connait par cœur.

« C'est alors que maman s'est mise à briller... Une lumière forte... Et... Et... »

Je repris une profonde inspiration... puis une autre, refoulant sans cesse cette boule dans la gorge qui voulait sortir.

« Papa... J'ai rien vu. J'ai serré Freya contre moi, j'ai arrêté de respirer, et j'ai fermé les yeux. Je voulais pas voir ce que maman faisait. Je crois qu'au fond, j'avais compris ce qu'elle tentait de faire.»

Essuyant une nouvelle larme avec ma manche, je repris mon récit, un peu plus rapide et soulagée d'avoir passé cette partie :

« Quand je suis sortie de la cachette, il n'y avait que des corps calcinés partout... La maison était en feu alors je suis sortie et je me suis mise à courir au fond du jardin... Je ne savais pas où aller, j'étais complètement perdue. Je voulais attendre de voir si tu allais revenir... mais j'ai pas eut le choix... »

Continuant mon histoire, je lui parlais de ma rencontre avec la fée Jack :

«  C'est l'une d'elle qui est venue me chercher. Enfin il, puisque les fées peuvent aussi être des garçons. Il m'a dit que je serais soignée, qu'on s'occuperait de moi... un genre de nouvelle famille, mais que Freya ne pouvait venir, parce qu'elle n'était pas comme moi, pas comme maman... Je ne voulais pas abandonner Freya mais ils ont dit qu'elle serait bien traitée et qu'elle recevrait tout l'amour que nous ne pouvions plus lui donner. Je t'en supplie Papa, ne me gronde pas je ne voulais pas l'abandonner mais je ne savais pas quoi faire. »

Secouée par un sanglot, je me permis une nouvelle pause. N'osant pas regarder mon père dans les yeux suite à cet aveu, je fixais le sol. J'avais abandonné ma propre petite sœur, âgée d'un an tout juste. Maman m'en avait confiée la garde et la responsabilité et je n'avais même pas tenté de la sauvegarder par moi même. Non, à la place j'avais laissé une fée inconnue la donner à une famille inconnue, comme une famille de gueux vendait ses enfants. Je ne valais pas mieux que ces parents.
Malgré tout, je terminais mon récit avec le monde des fées. J'allais  aborder un sujet, que l'on m'avait interdit de divulguer. Mabb était une paranoïaque, qui ferait mieux de voir ce qu'il y avait encore de bon ici, plutôt que de vouloir tous nous retrancher dans un monde de mensonge. Et de toute façon, je ne retournerrai jamais là bas, et je n'avais aucune raison de vouloir y emmener mon père.

« Il m'a emmené dans une... espèce d'autre monde. Un monde où il n'y avait que des gens comme moi, et comme maman. C'est là qu'on m'a dit que tu... enfin... que tu étais mort. Je veux dire, vraiment mort. J'y ai cru, et j'ai abandonné tout espoir de retour. La reine des Fées nous interdisait de revenir ici. Elle disait que les vampires nous décimeraient et nous videraient de notre sang. Et puis... J'ai surpris une discussion entre elle et une autre fée... C'est là que j'ai appris que tu étais en vie. Alors je suis revenue dans ce monde... Et c'est là que je me suis rendue compte que le temps ne s'écoulait pas de la même manière ici et chez les fées. Pour moi, tout ne s'est passé qu'il y a dix ans... »

Culpabilisant toujours d'avoir abandonné ma propre sœur à des inconnus, je n'osais plus regarder mon père dans les yeux. Je venais de prendre pleinement conscience de mon acte.


© Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar

John Huntingdon


☩ Morsures : 418
☩ Points : 2516


Qui suis-je ?
Race: Vampire
Pour ou contre les Vampires ?: Neutre
Relationships:

MessageSujet: Re: Daddy's little girl [Alana&John]   Mar 12 Nov - 23:02


Daddy's little girl


Bob Carlisle ▽ There's two things I know for sure
She was sent here from heaven, and she's Daddy's little girl.
John avait nettoyé son visage et s'en était retourner voir Alana. Elle commença alors son récit. Il sentait qu'il était difficile pour elle d'en parler. John le concevait. Celà était douloureux pour lui aussi et il n'en parlait que très peu... Même après trois cents ans la douleur restait... mais aujourd'hui, tout était différent. Le plus dur pour elle a été de raconter la mort de sa mère. Alors elle était là et elle avait vu ? John se sentit responsable. Elle n'aurait jamais du voir ca. Il n'aurait jamais dû quitter la maison. Il aurait dû rester avec ses enfants et sa femme. La prunelle de ses yeux. Au lieu de celà, il les avait condamné et les avait vendu à des villageois affamés.

Il s'était approché d'elle et lui prit la main. Il ne disait rien, il voulait t'entendre parler jusqu'au bout. Elle parla ensuite de Freya et ce qui s'est passé. John fronça un instant ses sourcils. Elle évitait son regard. Elle semblait tellement honteuse... Mais pourquoi ? John baissa les yeux. Une boule se serra dans sa gorge mais il se refusa de pleurer encore. Il ne devait pas. Il devait être fort pour elle à présent. Ce qui le frappa ce fut le temps qui s'était écoulé pour elle. Dix ans ? Mon Dieu ! Alors qu'il avait passé 377 ans à l'attendre ! Un mystère résolu mais tellement imprévisible. Dix ans... Une peine encore si prenante pour elle... John grimaça sous cette révélation.

Il passa une main dans les cheveux blonds de sa fille et la ramena contre son torse, pour la serrer contre lui encore une fois. Il passa ses bras protecteur autour d'elle. Il voulait tellement calmer ses peines. Il voulait tellement revenir en arrière mais il ne pouvait pas. Sa gorge était si serrée qu'il eut du mal à parler. Un voix douce sorti de sa bouche pourtant:

« Tu as fait ce qu'il fallait... Pourquoi t'en voudrais je ? Tu n'étais qu'une enfant. Une enfant avec une grosse responsabilité... Trop grosse... Ne t'en fais pas pour Freya... Je suis heureux... Heureux qu'elle ait survécu et qu'elle ait grandit dans une belle famille... Même si ce n'était pas nous... Tu as fait ce qu'il fallait mon ange. »

Il s'en voulait tellement ! Il aurait dû être là ! Mais au lieu de chercher à trouver ses enfants. Sous l'horreur qui s'était dressé sous ses yeux, il avait préféré la vengeance. Alors il avait laissé ses filles derrière sans s'en apercevoir. Il se recula doucement, l'embrassa sur sa joue. Il lui parlait toujours d'une voix douce et très calme.

« Tu n'es responsable en rien... Et cette Mabb a juste voulu te protéger. Mais elle n'avait pas menti. Je suis mort ce jour là. C'est surement pour ca qu'ils t'ont emmené. J'ai fait l'idiot... Quand j'ai trouvé... le corps de ta mère j'ai... j'ai... perdu la raison. Dans cet enfers, je vous ai cru mortes... Toutes mortes ! Qui aurait pu survivre à un déluge pareil ? Les temps ne sont pas cléments ici bas tu sais... Tout est de ma faute au final... Mais je suis là. Je vais me rattraper... On va rattraper ce temps perdu. Tu vas venir avec moi. On va rentrer... Je vais te faire à manger... Tu vas te reposer... »

Il baissa les yeux et soupira. Il allait devoir annoncer pour Eleanora.

« J'ai... aussi quelque chose à t'annoncer. Je vais... Je vais bientôt me marier... C'est idiot... mais... j'ai retrouvé ta mère... Enfin... en quelque sorte... Sullivan me prend pour un imbécile à penser ca... Mais je crois... Non je sais... que ta mère est revenue en elle... La réincarnation, c'est comme ca qu'on appelle ca. Elle... elle lui ressemble tellement, tu ne verras pas la différence. Et... Sullivan est celui qui... qui m'a transformé... Mon créateur... C'est aussi lui qui m'a sauvé. »

Il ne put s'empêcher un petit rire, à la fois amusé et jaune, et ajouta:

« Tu vas le détester. Il a un caractère de merde et en te voyant, il va encore pester sur mes délires et tout le reste ! Mais il faut que je te le présente. Je l'avais senti... Je l'avais senti... que tu n'étais pas morte... Il parait que c'est l'instinct paternel ca... »

Il l'embrassa sur son front et la fit descendre de la table en la portant délicatement. Il lui prit la main pour l'emmener et lui montrer l'appartement où il vivait avec Eleanora. Il était impatient. Un large sourire heureux se dessinait sur ses lèvres.

(c) AMIANTE


_________________
    breathe me
    I have lost myself again, Lost myself and I am nowhere to be found, Yeah I think that I might break. I've lost myself again and I feel unsafe. Be my friend. Hold me, wrap me up. Unfold me. I am small, And needy. Warm me up, And breathe me. breathe me - sia
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Daddy's little girl [Alana&John]   Mer 13 Nov - 20:38


""Daddy's Little Girl






&


Je n'étais pas d'accord sur le fait que Mabb m'ait menti pour me protéger... Cette femme était une paranoïaque hypocrite ! Mais peut importe, ce n'était pas le moment de faire cette remarque et de toute façon, je n'étais pas ici pour ça.
Puis ce fut à son tour de baisser les yeux et d'avoir l'air gêné. Il  mentionna Eleanora, et j'eus un sourire un peu gêné, et à la fois espiègle et ravi. Avec la timidité d'un enfant qui a découvert trop tôt son cadeau de Noël, je le rassurais :

« Oui... Je... Je sais papa... En te cherchant, je suis aussi tombée sur elle... enfin j'ai vu sa photo et je sais pour vous... »

Dans la foulée, il mentionna son créateur, celui qui l'avait transformé, et son caractère à la manque...

« Je suis sûre qu'au fond ce Sullivan est un gros nounours en guimauve ! Vous savez Père... (Je ne cessais de l'appeler comme ça, cela me faisait tellement de bien de pouvoir à nouveau prononcer ce nom) Je suis d'accord avec vous. Enfin je crois aussi qu'Eléanora est la réincarnation de Mère... C'est la seule option qui explique sa ressemblance avec elle, même si j'ai un peu de mal avec ce concept. »


Il me fit descendre de la table et me prit par la main pour me guider jusqu'à la sortie. Un doute s'empara néanmoins de moi, la faute à ma cervelle à deux cents idées et inquiétudes à la minute :

« Si Eléanora est la réincarnation de Mère... Vous croyez qu'elle m'acceptera de même ? Je veux dire... Je serais sa belle fille, et donc nous serions une famille recomposée. Pouvons-nous vraiment nous le permettre? et je veux pas que mon retour fasse naître de la discorde. Me comprenez vous ? Si elle ressemble beaucoup à Mère, ce n'est pas elle. »

Je ne pouvais m'empêcher de douter. Ce n'est pas parce qu'elle ressemblait à maman qu'elle avait la même mentalité. C'est comme des jumelles. La ressemblance physique ne reflétait pas les différences de mentalités. Et papa avait l'air tellement heureux, je ne voulais pas gâcher ce bonheur. Et en même temps, je ne voulais pas que mon père pense ou croit que je ne voulais pas rencontrer sa fiancée. Aussi, je m'empressais d'ajouter :

« Ne croyez pas que je ne veuille pas la rencontrer... Mais, pensez vous vraiment que ce choix soit judicieux ? »

La question allait peut-être lui paraître idiote. Peut-être bien qu'elle l'était d'ailleurs. Mais je ne pouvais m'empêcher de l'évoquer. J'avais tellement peur que mon retour boulverse le petit bonheur de mon père, je voulais que tout soit parfait, pour autant que cela puisse l'être.



© Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar

John Huntingdon


☩ Morsures : 418
☩ Points : 2516


Qui suis-je ?
Race: Vampire
Pour ou contre les Vampires ?: Neutre
Relationships:

MessageSujet: Re: Daddy's little girl [Alana&John]   Ven 15 Nov - 19:54


Daddy's little girl


Bob Carlisle ▽ There's two things I know for sure
She was sent here from heaven, and she's Daddy's little girl.
Il était tellement heureux. Il n'avait pas de mots à mettre sur toute l'euphorie qu'il ressentait à présent. Elle le subjuguait et il se disait qu'au fond il avait peut être le droit au bonheur lui aussi. Elle semblait savoir pour Eleanora et celà le rassura en partie. Elle était du même avis que lui. Ce n'était donc pas son imagination. Il ne pouvait s'empêcher de sourire. Il n'arrêtait pas ! Sa famille revenait à la vie ! Tout était si beau ! Il avait prit la main de sa fille et l'emmena dans le couloir avec lui. Il avait récupérer ses affaires. Il était temps de rentrer et de lui présenter Eleanora.

Alana semblait inquiète quant à sa rencontre avec sa "belle-mère". John voulait la rassurer, il était persuadé que celà se passerait à merveille. Pourquoi en douter ? Il se tourna vers elle, lui sourit et dit: « Ca va très bien se passer. Peut être ne va-t-elle pas se rappeler de toi, mais Eleanora est la femme la plus gentille et la plus compréhensible que j'ai un jour rencontré. Comme ta mère au final... Car je me dis des fois, qu'elle a quand même accepté de supporter un sale anglais qui venait envahir ses terres, en tombant amoureuse de moi. Après tu vas me dire: l'amour ne se contrôle pas. Ne t'inquiète pas. »

Ils se retrouvèrent jusqu'au parking. John trouva sa nouvelle voiture. Une Austin mais un modèle plus récent. John voulait garder sa petite touch British en prenant cette marque de voiture. Il fit monter sa fille avant de grimper au volant. Il démarra la voiture. John avec tous ces nouveaux gadgets technologique avait du mal à se repérer. Il détestait ca même... Bien qu'il devait avouer que celà lui avait déjà plusieurs fois sauvé la vie. Notamment le téléphone portable. Il pesta contre toute cette technologie, ne comprenant pas pourquoi un voyant était allumé alors que son badge ne fonctionnait pas. Il finit pourtant à démarrer sa voiture en crachant:

« C'est Sullivan qui a voulu celle là... J'ai eu un problème avec l'autre... Les vieux modèles me conviennent mieux ! Tant de boutons et gadgets technologiques qui ne servent à rien au final. »

Il recula et se mit en route pour la maison. Il était pressé de présenter Alana à sa future femme. Il demanda en route:

« Tu as quelle âge ? Sans être indiscret... Ma mémoire est très confuse je vais t'avouer... Disons que j'ai 377 ans en plus dans la tête, ce qui fait vraiment un sacré paquet d'évènement entre deux. »

(c) AMIANTE


_________________
    breathe me
    I have lost myself again, Lost myself and I am nowhere to be found, Yeah I think that I might break. I've lost myself again and I feel unsafe. Be my friend. Hold me, wrap me up. Unfold me. I am small, And needy. Warm me up, And breathe me. breathe me - sia
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Daddy's little girl [Alana&John]   Dim 17 Nov - 13:29


"Daddy's Little Girl"






&


Père semblait vraiment serein quant à la réaction d'Eléanora. J'aurais aimée être aussi détendue que lui. Lorsqu'il me rappela comme Mère et lui s'était rencontré, mariage arrangé, je souris. Oui c'était certain. Mère était vraiment exceptionnelle. Sa réincarnation devait avoir gardé cette qualité.

Il me fit monter dans sa voiture et chercha à la démarrer, pestant contre son créateur. Je ne pus m'empêcher de pouffer de rire. Nervosité ? Joie ? Je n'en savais trop rien. Sans doute était-ce parce que le savoir au volant d'une voiture, presque quatre cents ans après l'époque où je l'ai connu, constituait un décalage assez comique.
Nous avons finalement fini par nous mettre en route.

« C'est Sullivan qui a voulu celle là... J'ai eu un problème avec l'autre... Les vieux modèles me conviennent mieux ! Tant de boutons et gadgets technologiques qui ne servent à rien au final.
-Votre créateur semble être quelqu'un de vraiment taquin Père
, remarquais-je. »

Cependant, la voiture restait encore la nouveautée avec laquelle j'avais le plus de mal. C'était très différent de la diligence, même si le principe restait le même. Je n'y étais pas très habituée et il m'arrivait de tressailler ou de prendre le mal du voyage lorsque l'on roulait et prenait des virages trop vite.
D'ailleurs, quand Liam m'avait trouvée, tenir jusqu'à la maison dans un état nauséeux avait été une réelle épreuve. Avancer si vite sans rien faire, juste en étant assise sur un siège, c'était vraiment quelque chose qui me dépassait un peu. Et voir le paysage défiler aussi vite me donnait la migraine avant la nausée.

Néanmois ce soir, mes pensées était toutes tournées vers une famille retrouvée. Oh bien sûr, avec Freya, cela aurait été encore mieux, mais elle devait malheureusement avoir quitté ce monde depuis bien des années.

La question de mon père à propos de mon âge me fit sourire et je lui répondis, faussement indignée:

« Père ! Il est très impoli de demander son âge à une jeune demoiselle… Et plus sérieusement, j'ai 24 ans. Enfin je suppose qu'il faut y ajouter quelques centaines d'années s'il on compte en âge humain. Dans ce cas je risque de prendre beaucoup d'âge... Vous savez, depuis que je suis revenue ici, tellement de choses avaient évoluées et changées. J'avoue que j'ai aussi eut du mal à m'adapter à certains concepts et nouvelles techniques. Heureusement, L... on m'a bien aidée et je sais allumer un téléviseur sans appuyer sur tous les boutons, ou même allumer une plaque de cuisson sans essayer d'allumer un feu en dessous. Ce monde est emplis de nouveautés que je ne saurais énumérées. »

Oui j'avais un avis très enthousiaste. En dix ans seulement pour moi, c'était comme si je m'étais endormie, qu'une fée avait donné un coup de baguette magique et tout avait évolué. Cette allégorie avec la fée n'était pas exacte, j'étais bien placée pour le savoir, mais je ne savais comment présenter la chose autrement. Liam avait été un immense secours, et d'une précieuse aide, même si j'évitais de mentionner son prénom devant mon père. S'il apprenait que je vivais seule avec un homme, charmant qui plus est, et sans y être fiancée, il piquerait certainement une colère, et je n'avais aucune envie de le voir ainsi, pas ce soir, et le plus tard possible.

© Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar

John Huntingdon


☩ Morsures : 418
☩ Points : 2516


Qui suis-je ?
Race: Vampire
Pour ou contre les Vampires ?: Neutre
Relationships:

MessageSujet: Re: Daddy's little girl [Alana&John]   Mar 19 Nov - 21:32


Daddy's little girl


Bob Carlisle ▽ There's two things I know for sure
She was sent here from heaven, and she's Daddy's little girl.
Cette situation était cocasse mais John ne l'échangerait pour rien au monde. Il regarda Alana avec un grand sourire. Elle n'avait pas changé. Sa façon d'être, de parler. John lui fit un grand sourire et la détailla avec amour. Il était tellement heureux qu'elle soit là à ses côtés. John commença à rouler jusqu'à la maison.

Sur la route, il prit la main de sa fille. Si chaude. Si pleine de vie. Il était tellement heureux. Elle allait bien, elle était là près de lui. Dans le fond, une musique joyeuse passait à la radio, et celà allait bien dans l'humeur du moment. John se mit à rire quand elle expliqua sa nouvelle arrivée ici. Il ne connaissait pas le monde des fées, mais celà avait dû être un choc pour elle. Il tenait toujours sa main dans la sienne.

« Tu m'étonnes. Ca fait 300 ans d'évolution progressive, et il y a encore des trucs dont j'ai du mal. Mais je vais t'avouer que je ne sais pas ce que je ferai sans certains de ces petits gadgets aujourd'hui. Déjà le téléphone portable. Bon, d'accord, je deviens un accroc du genre... »

Il rit. L'appartement était en vu. John gara la voiture et non pas sur la même place de parking que d'ordinaire. Car il avait l'impression que la place était maudite, vu que c'est là où son ancienne voiture avait rendu l'âme. D'ailleurs, on voyait encore une trace noire sur le bitume. Il fit descendre Alana et l'invita à prendre son bras pour l'emmener à l'appartement. Il prit les clefs dans ses poches et ouvrit. Il fit entrer sa fille avant de lancer en avançant dans le salon.

« Chérie ? Chérie ? Tu ne devineras jamais ? »

Il trouva Eleanora, accourut vers elle, presque en sautillant. Pris son visage entre ses mains.

« Regarde mon amour, qui est venue à moi. Ma fille... C'est ma fille, elle est vivante. Enfin... notre fille ! Alana ! C'est Alana ! »

Il était comme un gosse, il se recula pour laisser Elea voir, et attrapa Alana par la main pour la faire avancer vers elle. Un large sourire. Il attendait la réaction de sa fiancée.

(c) AMIANTE


_________________
    breathe me
    I have lost myself again, Lost myself and I am nowhere to be found, Yeah I think that I might break. I've lost myself again and I feel unsafe. Be my friend. Hold me, wrap me up. Unfold me. I am small, And needy. Warm me up, And breathe me. breathe me - sia
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Daddy's little girl [Alana&John]   Mer 20 Nov - 10:39


"Daddy's Little Girl"






&



Le trajet se passa dans la joie et la bonne humeur. Ce n'était pas long et en ville, père ne pouvait pas rouler très vite. Il m'avoua que même lui, ayant vécu cette évolution, avait parfois du mal à s'y faire. En témoignait la scène de tout à l'heure lors du démarrage de la voiture.

De la musique sortait de l'autoradio. Comme dans la voiture de Liam. Je ne comprenais pas du tout comment cela fonctionnait mais je trouvais que celui qui en avait eut l'idée était un génie. Pas besoin de se promener avec tout un cotège d'orchestre, niveau pragmatisme, c'était révolutionnaire pour moi.
Le téléphone, ça aussi c'était une invention qui me laissait sans voix, façon de parler. Liam m'avait montré comment cela fonctionnait, il avait voulu que j'en ais un pour l'appeler si je sortais et qu'il m'arrivait quelque chose. J'avais refusé, parce qu'il en avait déjà bien fait pour moi, et que de toute façon presque tout le monde en avait un. Je n'aurais donc qu'à demander.

Père gara la voiture sur un parking, et une fois descendus, il m'offrit son bras et me guida jusqu'à l'appartement. Mon cœur se mit à battre de plus en plus vite. J'allais découvrir ma mère, en quelques sortes. Pour me rassurer, je me rappelais la confiance de mon père quant au déroulement des présentations. Après tout, si elle ressemblait autant à maman physiquement que moralement, on avait toutes les chances pour que cela se passe bien.
En tout cas, cette nuit était riche en émotion.

Ouvrant la porte, Père me fit passer devant et referma la porte derrière lui avant de s'avancer dans le salon et de lancer son arrivée. N'osant pas trop m'aventurer, je reste non loin de l'entrée, regardant tout autour de moi. C'était tellement différent... En tout. Cela me rappelait encore combien d'années s'étaient écoulées. Les modes avaient changées...

Père était comme un enfant à qui on offre son premier jouet. Avec un entousiasme ni mesuré ni retenu il me présenta à sa fiancée, que je n'avais pu voir qu'en photo. Lorsqu'il se décala pour la laisser me voir, je ne pus qu'être une nouvelle fois surprise par sa ressemblance avec la mère que j'avais vu mourir.
M'attrapant par la main, il me tira doucement vers elle.

Il n' y avait aucun doute. Eléanora était comme la jumelle de ma mère. Le cœur et la gorge serrés, j'en avais le souffle coupé. Je voulais la serrer dans mes bras, la remercier d'avoir accepter mon père, la remercier d'être, d'exister. J'allais peut-être cesser ces cauchemars avec ça. Je l'appréciais déjà pour ce qu'elle allait représenter pour moi.

Et en même temps, j'étais tétanisée. Qu'allait-elle penser de moi ? Comment allait-elle me trouver ? Est ce que nous aurons la même complicité que j'avais avec elle dans une époque lontaine ?

© Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Daddy's little girl [Alana&John]   Mer 20 Nov - 20:52

Daddy's little girl

“ Eleanora, John & Alana

Je me trouve dans la cuisine à faire tourner la sauce à la viande dans un gros chaudron. John est peut-être un vampire, mais moi je reste humaine et j'ai besoin de manger de la nourriture pour survivre. Je n'ai pas perdu l'habitude de faire de grosse quantité de nourriture pour pouvoir en congelé une partie. Mon horaire de travail ne me permet pas de préparer des repas élaborés en semaine. De plus, je vais devoir penser à faire des cartons pour le déménagement. Je ne me sens plus très à l'aise dans mon appartement depuis les incidents des derniers temps. J'ai très hâte que John rentre à l'appartement pour lui montrer ma trouvaille sur Internet, une jolie petite maison à étages avec un grand jardin, rénover pour accueillir un vampire. Les derniers propriétaires sont des êtres de la nuit et ils veulent vendre leur petit nid d'amour pour quitter Shreveport. Je ne peux pas les blâmer après tout je serais moi-même bien tenter à aller vivre à Boston, mais je ne veux pas imposer à John une autre séparation avec Sullivan. La porte d'entrée s'ouvre et j'entends la voix joyeuse de John. Je vois John qui cours vers moi, m'embrasse et me prends le visage dans ses mains. J'ai de la difficulté à comprendre sa joie. Ces paroles me clouent sur place, Alana? Comment ça peut être possible!? Je le regarde sans trop comprendre quand il se recule pour que je puisse voir la jeune demoiselle. John empoigne le bras de la blonde pour qu'elle puisse s'approcher.

Elle semble tout aussi choquée que moi, je lui fais un sourire timide quand une vive douleur me prends à la tête. Je titube légèrement et me prends la tête entre les mains. Des images apparaissent dans mon esprit. Je me retrouve à revivre une situation de mon passé. Il fait nuit, mais il a beaucoup de brouhaha dans la maison, je tiens un jeune enfant dans mes bras que je reconnais en étant Freya, ma seconde fille. Alana est accrochée à moi tandis que je la conduis dans une pièce. Elles doivent fuir, toute les deux! C'est sans grande difficulté que je pousse un faux panneau du mur qui s'ouvre sur un passage secret. Je dépose Freya dans les bras de mon aînée et lui explique la marche à suivre. Je referme le panneau et me tourne vers les envahisseurs, ils sont armés et peu enclin à discuter. Je me dois de protéger ma famille quitte à me détruire moi-même. Il risque de brûler la maison de toute façon, ma dernière pensée est pour John. J'aurais tellement voulu le revoir une dernière fois...

C'est en panique que je me réveille, la serviette mouillée glisse de mon front. Je ressens encore la douleur des flammes sur ma peau. Je tente de reprendre une position assise, ma panique n'est rien celle face à ce que j'ai produit sur John et Alana.

- Une vilaine vision, je sens encore les flammes sur ma peau, Alana et Freya cacher dans un passage de la maison...

Ma main glisse doucement sur la joue de la jeune femme. Mes yeux se brouillent de larmes que j'ai peine à contenir.

- Alana, ma petite fille....je suis tellement désolée de t'avoir abandonnée!

Je l'attire dans mes bras et la serre fort contre moi avant d'éclater en sanglot.

© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas
avatar

John Huntingdon


☩ Morsures : 418
☩ Points : 2516


Qui suis-je ?
Race: Vampire
Pour ou contre les Vampires ?: Neutre
Relationships:

MessageSujet: Re: Daddy's little girl [Alana&John]   Jeu 21 Nov - 13:21


Daddy's little girl


Bob Carlisle ▽ There's two things I know for sure
She was sent here from heaven, and she's Daddy's little girl.
John était tellement heureux. Un lourd silence s'abattit pourtant dans l'appartement quand les deux femmes se regardèrent. Le sourire de John s'effaça un peu. Il attendait que quelque chose se passe... Il espérait qu'Eleanora ne rejette pas Alana... John vit alors sa fiancée blêmir. Elle tourna de l'oeil. Il se précipita pour la rattraper, bien avant qu'elle ne touche le sol. John se sentit alors très mal. Il s'inquiéta de la santé de sa femme. Il ne pensait pas que celà lui ferait un tel choc.

« Eleanora ? »

Non elle venait vraiment de tomber dans les pommes. John la souleva, il était inquiet de son état. Il alla l'allonger sur le canapé. Il regarda sa fille et lui demanda d'aller chercher un linge humide et un verre d'eau dans la cuisine. John passa la main sur le front de la jeune femme. Quand sa fille revint, il la remercia. Il lui prit furtivement la main et lui fit un sourire rassurant.

« C'est... la surprise... Ca va aller. »

Il passa alors délicatement le linge sur son front en appelant la jeune femme d'une voix douce. Bien que sa mine restait inquiète. Elle ouvrit alors les yeux. Eleanora entra alors dans tous ses états. John la regarda inquiet. Elle commença à expliquer ce qui s'était passé. John ne put retenir une larme de sang. Celà venait de le ramener 377 ans en arrière, et une vague de culpabilité le submergea. Il aurait dû être là pour empêcher ca. Elle s'attarda alors sur leur fille, John lâcha une exclamation qui se situait entre une certaine douleur et de la joie. Il se leva, laissa mère et fille ensemble.

« Je vais... chercher à boire... »

Ce fut un pretexte pour quitter la pièce et aller dans la cuisine un instant reprendre ses esprits. Il se leva délicatement, emportant le chiffon humide. Il le posa sur le bord de l'évier et se tint au dessus pour essayer de reprendre contenance. Il voyait ses larmes tomber une à une dans le fond métallique de l'évier, laissant des marques rouges qui venaient doucement couler jusqu'au siphon. Il comprit qu'il avait failli dans son rôle de patriarche. Il aurait dû toutes les protéger, et au lieu de ca, il les avait mises en danger. Elles avaient souffert par sa faute... Mais John ne voulait pas leur montrer. Il avait une nouvelle chance aujourd'hui de faire ce qu'il aurait dû faire depuis le début. Il ouvrit le robinet pour effacer les traces rouges au fond de l'évier et se passa la figure à l'eau. Il prit un torchon et fini de s'essuyer le visage. Il fit bouillir de l'eau et prépara deux thés, avant de s'occuper d'une tasse de sang en puisant dans quelques restes de poches venant de l'hôpital. Il revint avec un petit plateau et servit les deux femmes, avant d'attraper sa propre tasse.

« Voila mesdemoiselles. »

Il les embrassa à tour de rôle sur leur front et prit leur main dans un sourire qui se voulait réconfortant.

(c) AMIANTE


_________________
    breathe me
    I have lost myself again, Lost myself and I am nowhere to be found, Yeah I think that I might break. I've lost myself again and I feel unsafe. Be my friend. Hold me, wrap me up. Unfold me. I am small, And needy. Warm me up, And breathe me. breathe me - sia
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Daddy's little girl [Alana&John]   Sam 23 Nov - 1:06

[/color]

Daddy's little girl"
"John Huntingdon & Eléanora Winter & Alana Lafay-Huntingdon"







Je n'en reviens toujours pas comme elle ressemble à Mère. Rien ne... ne semble différent. Mais très vite, là voilà que la situation... dérape un peu.
Eléanora m'adresse un timide sourire avant de se prendre la tête dans ses mains. Elle s'évanouit et Père la rattrapa avant qu'elle ne tombe à terre. Paniquée, je lâchais un cri de surprise :

«   Oh Mon Dieu ! Père ! Elle... Elle s'est évanouie ! Oh je le savais ! Je savais que ça n'irait pas aussi bien !   »

A deux doigts de repartir en pleurs, cause à la fatigue et aux émotions qui n'arrêtaient pas de défiler, je me prenais les cheveux avec mes mains en proie totale à la panique. Père restait calme bien qu'un peu déstabilisé. Il me demanda d'aller chercher un linge mouillé à la cuisine. Tentant de me reprendre un minimum je fonçais droit devant moi, tenant de penser uniquement à ma mission. J'attrapais la première chose qui ressemblait à un bout de tissu et le passais sous le robinet d'eau froide avant de l'apporter à mon père, faisant goutter le linge sur le trajet.

Père appliqua le linge sur le front d'Eléanora avant de me prendre la main quelques secondes pour me rassurer. Oui ça allait aller... Une fois qu'elle se serait réveilée. Je m'agenouillais à son chevet.
Rapidement elle reprit connaissance, paniquée, aggravant mon sentiment d'affolement intérieur que j'avais sérieusement de mal à contrôler. Elle raconta brièvement la fin de sa vision avant de me serrer dans ses bras. Secouée par ce qu'elle venait de dire, et par l'étreinte qui suivit, je ne réagis pas tout de suite. Le contact ajouté aux émotions me fit perdre le contrôle et ma vision se brouilla de larmes et de flammes ainsi que de silhouettes et de deux visages. Je me reconnu au début de l'adolescence, et je reconnu Freya dans mes bras.
Elle se rappelait. Eléanora n'était pas comme ma mère. Elle était ma mère. Une âme qui avait retrouvé un corps et qui se rappelait ce qu'elle avait vécue par le passé.
Je veux la rassurer, la détromper avant mais ma phrase de perd dans un violent spasme de sanglot :

« Non.. maman c'est pas... »

Père nous laisse un instant. Je passe mes bras autour du cou de ma mère, et les pleurs reprennent. J'ai l'impression d'avoir cinq ans, d'être tombée et d'avoir un bobo. Un bobo qui en fait ressurgir tellement d'autres. Et en même temps c'est un bonheur retrouvé. Celui d'une famille réunie une seconde fois, presque au complet.

Quand père revient, il nous offrit une tasse de thé avant de se servir la sienne d'un liquide rouge. Mon attention était bien trop perturbée et secouée par les dernières retrouvailles que je n'en fis pas cas, me contentant de le remercier.

J'étais dans une situation inespérée. J'avais vu ma mère mourir, et cru mon père mort. Voilà qu'aujourd'hui je les avais tous les deux devants moi, plus de tois cents années humaines après mes derniers souvenirs d'eux. Je ne me lassais pas de les regarder. Eléa … enfin ma mère... elle était comme dans mes souvenirs, si ce n'est la coupe de cheveux courts. Au fond, j'étais celle qui  avait le plus changé. Père semblait soucieux. Il tenait nos mains dans les siennes et semblait perdu dans ses pensées. Séchant mes larmes une nouvelle fois, je regardais tour à tour mes parents. Tous les deux m'avaient demandé pardon de nous avoir abandonnée ma sœur et moi, et je n'étais pas d'accord :

« Vous ne nous avez pas abandonnées. Vous avez été certainement les meilleurs parents dont nous pouvions rêver avec Freya. »

Je posais ma tasse et ma seconde main alla rejoindre la première avec celles de mon père et de ma mère.

« Nous sommes de nouveau réunis. Et si Freya n'est pas là, elle aurait certainement voulu que nous vivions de nouveau comme une famille, sans être rongés par les remords du passé. »

Pendant que je parlais, mon regard n'avait cesser d'aller de mon père à ma mère et inversement. Je voulais que nous reprenions une vie normale, à la mémoire de Freya, pour qu'elle voit que nous pensions à elle, qu'on était loin de l'oublier.

©Richard Seiryu / It's Snow in hell
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Daddy's little girl [Alana&John]   Lun 25 Nov - 3:22

Daddy's little girl

“ Eleanora, John & Alana

Je demande pardon à ma petite fille de l'avoir abandonné ainsi, mais ce n'est pas au goût d'Alana, elle a une vision bien différente de ce qui c'est passé. Je comprends maintenant pourquoi la vie m'a apporté son lot de souffrance comme mon incapacité d'avoir des enfants à nouveau. Mon destin était de retrouver mon ancienne vie, mon mari ainsi que l'une de mes filles. L'entendre m’appeler maman me serre le cœur de bonheur, ce n'est pas des larmes de tristesse qui coule sur mes joues, mais bien des larmes de joie, les plus douces qui soient! John revient au salon avec trois petites tasses, une tasse avec du sang chaud se retrouve rapidement entre ses mains. Je me détache d'Alana pour pouvoir prendre la tasse de thé fumante que John me présente. Une foule d'émotions me possèdent, mais je suis en mesure de détecter les émotions de culpabilité et de tristesse de John. Je commence à bien connaître mon homme pour savoir qu'il culpabilise sur la situation. Je ferme les yeux doucement quand je sens la chaleur de ses lèvres sur mon front. Il nous prends ensuite nos mains dans les siennes tout en nous faisant un sourire rassurant. John veut être l'homme de la situation. Alana tente de nous rassurer sur nos capacités parentales.

- Mes souvenirs sont confus Alana, je ne me souviens pas de tout. C'est comme si deux âmes vivent en moi. Les souvenirs reviennent quand je me trouve en contact avec des êtres qui m'ont connu jadis, comme si la Caitlyn en moi était activée.

J'ai encore beaucoup de difficulté à comprendre ce que je suis, malheureusement je ne peux pas me confier à mon entourage mise à part John bien entendu. Mon père est quelqu'un de plutôt terre à terre et pragmatique, il me dirait que je suis un cas lourd de dédoublement de la personnalité. Entendre ma fille nous parler de vivre à nouveau comme une famille, me transporte de joie. Nous avons tellement de temps à rattraper! C'est une chance inespéré pour John, il a perdu sa famille pendant tellement longtemps et maintenant nous revenons dans sa vie l'une après l'autre. Je ne serais pas étonnée de voir apparaître Freya à un moment ou un autre même si je sais que ma cadette n'était pas une fée...

- Alana chéri, comment as-tu fais pour retrouver ton père? À quel endroit as-tu élu domicile?

Mon instinct maternel se met en action, j'imagine ma petite Alana habitée une petite chambre miteuse de Motel. Il est hors de question que ma fille vive dans un endroit insalubre! De plus, les rues sont loin d'être sûr pour une jeune demoiselle, je le sais, car j'en ai fait moi-même les frais ces derniers temps. Je tourne la tête en direction de John tout en lui faisant un grand sourire.

- Nous allons devoir chercher une maison plus grande! Si nous voulons que Alana vienne s'installer avec nous. Oh! C'est vrai que tu es une adulte maintenant, tu as probablement tes propres projets de vie!

Je prends une gorgée de mon thé, je voudrais bien la taquiner sur la possibilité qu'elle aille un prétendant, mais je me retiens pour ne pas attiser les fibres paternels de John. Dans un moment de faiblesse, j'ai d'ailleurs réussis a entrevoir un visage d'un jeune homme dans l'esprit de ma fille.

© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas
avatar

John Huntingdon


☩ Morsures : 418
☩ Points : 2516


Qui suis-je ?
Race: Vampire
Pour ou contre les Vampires ?: Neutre
Relationships:

MessageSujet: Re: Daddy's little girl [Alana&John]   Ven 13 Déc - 13:03


Daddy's little girl


Bob Carlisle ▽ There's two things I know for sure
She was sent here from heaven, and she's Daddy's little girl.
La situation était extraordinaire et jamais John n'aurait pensé un jour à la vivre. John était partagé par une foule de sentiments qui se mêlaient à ceux d'Eleanora. Il tentait de calmer les siens pour ne pas qu'elle ne les sente, mais c'était vain et déjà trop tard. Il voyait dans le regard de sa belle qu'elle semblait inquiète pour lui. Il lui fit un sourire plus large, histoire d'apaiser celà. Elle prit en premier la parole. Des souvenirs confus concernant ses deux vies. John pouvait imaginer ce qu'elle ressentait et il avait une idée derrière la tête. Il devait en parler à sa femme. Une hypnose pouvait peut être l'aider au final.

Alana les rassura, bien que John continuait à se sentir fautif. Pour lui, il avait laissé ses enfants dans le besoin, trop aveuglé par sa vengeance. Il avait laissé sa femme mourir et il n'avait rien fait. C'était un poids qu'il porterait toute sa vie de toute manière. C'est d'une voix cassé qu'il dit faiblement.

« Oui. Tu as... sans doute raison... »

Eleanora posa alors des questions sur la façon dont il avait retrouvé John. Il fut alors curieux aussi. Il eut un léger sourire et l'interrogea du regard. Eleanora parla alors de la maison qu'ils devaient acheter. Celà ne serait tarder. Plus grande ? Certes ! Autant la fiancée de John voyait Alana comme une grande fille, John en avait encore beaucoup de mal. Son instinct paternel et protecteur semblait vouloir la garder près de lui pour toujours. Il allait lui falloir du temps de ce côté là. Il continua très rapidement à la suite des paroles d'Eleanora:

« Elle vivra avec nous. On trouvera une maison plus grande, ce n'est pas un problème. »

Il semblait un peu catégorique à ce moment-là. Il reprenait ses allures de père de famille. Même si il sentait dans son fort qu'elle ne devait pas s'être retrouvée seule dans ce monde là. Il s'adoucit alors que ses lèvres s'étirèrent dans un nouveau sourire.

« Comme avant... N'est-ce pas ma chérie ? »

John et son sale caractère un peu trop protecteur et un temps soit peu jaloux pouvait refaire surface.

(c) AMIANTE


_________________
    breathe me
    I have lost myself again, Lost myself and I am nowhere to be found, Yeah I think that I might break. I've lost myself again and I feel unsafe. Be my friend. Hold me, wrap me up. Unfold me. I am small, And needy. Warm me up, And breathe me. breathe me - sia
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Daddy's little girl [Alana&John]   Dim 15 Déc - 22:54



Daddy's Little Girl"
"John Huntingdon & Eléanora Winter & Alana Lafay-Huntingdon"





Mes parents (j'avais du mal à me dire que ce mot avait de nouveau un sens pour moi) sembèrent d'accord avec mon avis quant à notre avenir proche. Je n'avais pas encore complètement réalisé que ma famille était entrain de se reformer. Nous avions du temps à rattraper, beaucoup de temps c'est certain.

Puis vinrent les questions, normales pour tout parents qui se respectent. Et puis dans un monde aussi vaste et après tant d'années écoulées, difficile de retrouver une personne précise, quand en plus vous n'arrivez pas à vous servir de l'ordinatur ou du téléphone portable le plus basique, et qu'il vous faut une notice d'utilisation pour la télécommande du téléviseur.
Il allait falloir que je leur parle de ma colocation avec Liam. Rien qu'à penser au fait que j'allais devoir le mentionner mon cœur commença à battre plus fort. Le stress sans doute. A l'époque, enfin je veux dire, avant notre «  grande séparation », jamais je ne me serais permise d'habiter avec un homme sans y être mariée. Et de toute façon, père ne m'aurait jamais laissée partir ainsi. Mais les mœurs et les coutumes avaient bien changés, et je commençais un peu à me faire à ces nouveaux usages.

Prenant les questions dans l'ordre les unes après les autres je répondis avec un calme qui m'étonnait presque :

« Je dois avouer que ce n'aura pas été une chose facile. C'est un journaliste qui a cherché votre nom Père, sur... sur un ordinateur. C'est comme ça que j'ai appris pour vous Mère. J'avais peine à y croire. »

Je marquais une courte pause avant d'enchainer sur la suite :

« En fait, c'est ce journaliste, Liam O'Reilly, qui m'a trouvée lorsque je suis arrivée ici. Il m'a offert toit et couvert, c'est vraiment quelqu'un de très bon. Et il est lui aussi d'origine irlandaise ! Sans lui, je n'aurais probablement pas survécu plus d'une nuit. Deux tout au plus.»

Enfin, la question sur mes projets d'avenir : où vivre ? Que faire de ma vie ? Je n'y avais pas tellement réfléchis à vrai dire. Je m'étais contentée de mettre debout un petit projet de traiteur et cuisine à domicile, plus pour avoir quelque chose à faire de mes journées pendant que Liam travaillait. Cette petite affaire en était vraiment à ses prémices et son futur n'était pas encore certain. Je me mordis la lèvre inférieure, plus par hésitation que par embarrassement.

« Eh bien, je viens de lancer une petite entreprise de cuisine à domicile. Mais ce n'est vraiment rien pour le moment. Retourner vivre avec vous durant un temps, cela nous permettrait de rattraper le temps durant lequel nous avons été séparés. Mais... »

Que dire ? Aller jusqu'au fond de ma pensée ? De toute façon mon dernier mot laissait suggérer une suite dans mes dires. Quitte à l'annoncer, autant la développer.

« Mais... Je dois avouer que je me suis faite à cette vie... Comment dire... de jeune adulte ? Lorsque j'étais encore dans le monde des Fées, nous étions très indépendants. Il y avait des règles à respecter certes, mais personne ne jouait véritablement un rôle de parent. Cela risque d'être un peu étrange pour moi au début de revenir vivre avec vous. »

Je ne voulais pas les blesser, ni les heurter. J'avais pris soin de choisir chacun de mes mots. Mais dire à ses parents, que l'on n'a pas vu depuis des années, que l'on serait à la fois très heureux de les réintégrés dans notre vie, mais que l'on avait pris goût à cette indépendance, cette vie hors du domicile familiale. Que l'on avait perdu l'habitude d'avoir des parents, dans le sens où on ne nous dirigeait plus d'une certaine manière dans nos vie. Sentimentalement parlant, la perte de mes parents ainsi que de ma sœur m'avait toujours donné l'effet d'un vide, comme si je n'étais pas complète. Les retrouver me faisait le plus grand bien, mais j'avais grandit et je n'avais plus dix ans. Malgré eux et malgré moi, c'était un facteur à considérer.



©Richard Seiryu / It's Snow in hell
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Daddy's little girl [Alana&John]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Daddy's little girl [Alana&John]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Till the Last Drop :: RP terminés-